Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Rien ni personne. [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vatican
Admin à la bible ♫ Ossatueur de la mort qui tue qui fait très mal!



MessageSujet: Rien ni personne. [libre]   Sam 12 Fév - 0:58

    Rien à faire... c'était ce que pouvait résumer la situation suisse en cet instant même. Absolument rien à faire même. Pourtant, il y avait toujours quelque chose à faire, non ? Vérifier si son argent est bien planqué, quelque chose à raccommoder, à réparer. Non ? Non, il n'y avait vraiment rien, mais c'était plutôt comme quelque chose de vide, un sentiment, pas un fait. Oh il aurait pu faire quelque chose, il y avait à faire s'il se décidait à trouver. Mais non il n'avait juste envie de ne rien faire. Le ciel était désespérément bleu et sa tête désespérément vide. Il ne pensait à rien, et c'était extrêmement simple. Il n'avait aucune envie de repenser à un évènement de son passé ou quelque chose qui pourrait lui arriver. Il n'était pas de ce genre là, en fait. Il était de ceux qui agissaient au moment opportun, et également de ceux pour qui il n'y avait de moment opportun que très, très rarement. Parlons des offensives suisses dans l'histoire ? Oh il n'y en avait pas énormément, et les quelques unes qui avaient eu lieu s'étaient soldées par des défaites suffisamment cuisantes pour que l'on ne l'y reprenne plus dorénavant. Il n'était pas non plus le style de personne qui allait frapper à la porte des gens pour chercher de la compagnie, il n'avait besoin de personne. Indépendant, socialement, surtout financièrement, et ce depuis longtemps. Oui, il n'avait besoin de voir personne.

    Désespérément bleu. Il y en avait à qui cela plaisait, le retour du printemps. Basch était de ce genre là, l'hiver et le temps gris ne comptaient pas parmi ses temps favoris. L'apparition d'un rayon de soleil lui importait peu cependant, il n'allait pas s'extasier dessus. Il faisait beau, oui et alors ? Cela pouvait le rendre de bonne humeur, un peu. Voir qu'en ouvrait la fenêtre, pour changer il faisait beau et clair. Mais des fois non, il fallait dire que la sensation du soleil trop longtemps sur sa peau lui était devenue désagréable. Jamais content, ouais. Et alors, là encore libre à vous de vous en soucier ! Alors voila, résumé des courses, grand soleil, Suisse de mauvais poil. Enfin, pas tellement ce n'était pas du mauvais poil ! Arrêtez d'être si bas du front quand même ! C'était juste... le fait d'être mal luné ? Ouais. Même pas en fait, à sa base, ce sentiment, c'était une sorte de graine, imperceptible, qui grandissait à chaque problème même infime sur son chemin. Des broutilles comme trop d'affaires dans le panier à linge sale ou encore une paie en retard. Des petites choses qui nous gâchaient la journée sans que l'on s'en rende vraiment compte.

    Il n'avait aucun nuage, ce ciel... aucun. Bleu clair, glacé, avec encore un petit peu de brume du matin. Pourtant il était bien midi passé, et Suisse, bien que posté sur un toit à l'abri de tout mais tout de même en hauteur n'éprouvait aucun froid. Un léger courant d'air frais venait de temps en temps et rafraîchissait sa peau qui avait perdu l'habitude de se retrouver au soleil. Il ne trouvait ni inconvénient ni avantage à ce temps, c'était sympa voila tout. Aucun oiseau, pas de bruit de feuilles à chaque coup de vent. On n'était qu'en février, c'était sûrement ça le hic, demain, il ferait froid. Froid comme avant, ça n'allait pas changer de si tôt, il ne fallait pas remiser les pulls en laine au placard, pas déjà. Foncièrement déprimant, et dire que quand l'été serait là il partirait aussi vite qu'il était venu. Et il ferait beaucoup trop chaud, le printemps, ça c'était une saison sympa. Mais bon, là, il ne pensait pas à cela. Son esprit était aussi vide que le ciel, aussi vide que les branches d'arbres et que les câbles électriques normalement peins d'oiseaux. Il était mal luné de nature, alors cela ne venait peut être ni du temps ni de sa probable paie qui aurait peut être un jour de retard. Autriche allait-il lui rappeler des défaites au ski à un quelconque championnat ? Ce fourbe en serait peut-être capable... Rien que pour lui gâcher la journée tiens. En fait, Suisse avait un don, celui de s'énerver tout seul ou de se persuader qu'il était énervé. Mais bon, on ne se refaisait pas.

    Il se retourna, d'un coup, étant allongé, cela lui prit une seconde tout au plus. Il avait entendu un bruit derrière lui. Pourquoi venait-on toujours le déranger dans un moment inapproprié ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien ni personne. [libre]   Dim 20 Fév - 23:34

L'Irlande traînait dans les rues. Des papiers sur le sujet de l'économie lui débordant presque des bras et une patate dans la bouche, puisqu'elle n'avait plus de place dans ses bras pour la porter. Elle se cherchait un endroit pour analyser correctement les documents concernant l'économie de son pays...Savoir s'il y avait un moyen de s'en sortir...Certes, cela était le travail de ses dirigeants, mais elle aimait bien s'en informer, cela la rassurait un peu, parfois... Elle avait toujours fait cela, enfin, presque toujours. Abigail aurait pu faire cela chez elle, mais qui sait si son sale petit frère, Arthur, pour qui elle avait fait presque tout et qui l'avait négligée par le passé, ne serait pas venu l'embêter... Elle préférait éviter tout cela... Les soucis inutiles, elle n'en avait pas de besoin, vraiment pas... Ces temps-ci, elle passait son temps à lire les journaux, à regarder les bulletins télévisés... Tous les problèmes de son pays en ce moment la stressaient grandement...

Elle marchait en regardant le ciel. Le ciel était bien bleu aujourd'hui. Un temps neutre... Un peu comme ses émotions du moment.. Neutre ? Un temps pouvait-il être neutre ? Si elle, elle avait été dite "neutre", malgré le fait qu'elle avait servi d'abris aux espions allemands, durant la Seconde Guerre Mondiale, pourquoi le temps et le ciel ne pourraient pas l'être ? Un ciel neutre...C'était beau...Beau dans tous les sens possibles. Un ciel neutre, ça permettait de rêver. De rêver au présent, de rêver au passé et même au futur. Oui, les autres cieux permettaient aussi de rêver à tout cela, mais un ciel neutre ne donnait pas de limite aux rêves... Pas comme un ciel en feu, déchiré par les avions de guerre et les bombes. La neutralité d'un ciel permettait de rêver en bien ou en mal... Le ciel neutre ne devrait jamais être déchiré par la guerre ou que ce soit... Malgré cela, la nation préférait les jours de pluie aux jours ensoleillés... La pluie aussi permettait bien des choses. Par exemple, lorsqu'elle pleurait, les larmes s'emmêlaient aux goûtes de pluie...

La demoiselle continuait de chercher un endroit calme et bien... Pourtant, le chant des oiseaux du midi l'incommodait grandement. Elle recherchait le calme... Le calme pour être seule avec elle-même, le calme pour comprendre ses documents, le calme pour changer d'air... Tout comme un ciel neutre, le calme avait aussi ses attributs, dits magiques au sens figuré... La sensation qu'était le calme permettait une certaine forme d'allégresse...Tout cela était sympa pour cette demoiselle qui recherchait souvent à être seule enveloppée par le calme malgré sa grande peur de la solitude...Oui, elle était paradoxale d'une certaine façon. La solitude elle la recherchait lorsque les problèmes l'envahissaient trop, cela était le cas depuis que les gros problèmes économiques avaient commencé...

Les feuilles que transportait la rousse avaient du mal à tenir dans ses bras... Elle savait qu'elle aurait dû apporter un sac avec elle, mais elle ne l'avait pas fait. Non, pas parce qu'elle ne voulait pas en amener un, mais puisqu'elle avait oublié. Sacrée tête en l'air ! Un faux mouvement et tout tomba par terre... La demoiselle se pencha pour les ramasser. Elle soupira. Une d'entre elle était tombée dans l'égout qui se trouvait juste à côté... En espérant que celle-ci n'avait rien d'important d'écrit dessus, puisqu'elle ne descendrait pas dans l'égout ! De plus, lorsqu'elle avait soupiré, elle avait échappé sa patate ! Non ! Pas sa PATATE ! Bon, elle était une grande fille et elle n'allait pas pleurer ! Non surtout pas ! Puisque si Arthur passait dans les environs, elle aurait total la honte ! Elle ne pouvait pas se permettre ça, non, non et non ! La demoiselle lança un regard désespéré à Madame Patate Pascuite. Oui, la patate avait un nom... Et ça faisait toujours plus mal de s'en séparer après lui avoir donné un nom...

L'Irlande leva les yeux au ciel. Son visage affichait un air triste, cela pouvait paraître enfantin, mais elle s'y était attachée à cette patate... Elle n'avait même pas eu l'occasion de la manger...Abigail n'avait pu que goûter l'arôme que laissait goûter la peau de cette patate... Elle avait pourtant l'air si...juteuse...bonne....MANGEABLE ! Elle aurait pu finir en gratin si la fille aux cheveux roux l'avait laissée dans son sac à patates à la maison... Elle aurait pu réjouir un estomac vite... Mais voilà qu'elle nourrira des rats qui traînaient dans les rues... Toujours le regard levé au ciel, elle remarqua les toits...Oui les TOITS ! Le lieu qu'elle cherchait ! Le lieu qui lui fournirait son sentiment de calme ! Ainsi que le sentiment d'être seule au monde ! La demoiselle se précipita dans le premier bâtiment qui lui était accessible et monta jusqu'au toit.

Quelqu'un s'y trouvait déjà... Elle s'approcha pour voir de qui il s'agissait, mais comme cette personne se retourna vers elle, ce n'était pas très compliqué...Abigail remarqua que la personne en question était Suisse...


-Euh...Bonjour ! J'espère que je ne te dérange pas !
Revenir en haut Aller en bas
 

Rien ni personne. [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-