Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Lun 1 Oct - 22:38

Et j'arrive! Fais place, Invité!

"L'Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d'accord. [Napoléon Bonaparte]


"Il y a des moi plus moi que d'autres."
Paul Valéry

Ils sont innombrables ceux qui me ressemblent, et moi, cependant, je demeure unique.
Vasyl Symonenko

    ♠♥ NOM HUMAIN: Mieg Schmitt. Ou Rémi Schmitt si on souhaite parler le français qui sent bon de la bouche. Il réagira aux deux prénoms avec un sourire simple et ne fera pas d'esclandre pour ce problème. Il vante après tout ses deux cultures de la même manière et attise les rivalités ainsi créées par son prénom. Il se considère autant allemand que français et par là même il se considère comme unique.
    ♠♥ NATION REPRÉSENTÉE: Alsace ~ s'Elsass / Elsass
    ♠♥ SEXE: Masculin
    ♠♥ FAMILLE: nan mais sérieusement les gars... son prénom c'est Rémi Lorraine, sa sœur avec qui il a, on peut le dire, subit le joug des mécréants germains. Allemagne qu'il considère plus ou moins comme un père et dont il a repris une grande partie de la culture. France, qu'il surnomme 'maman' ironiquement et dont - comme un adolescent - il cherche à s'éloigner et à vanter sa différence. Il considère également les autres régions -autant françaises qu'allemandes- comme des frères et soeurs... Ou pour certain comme des cousins dont il se passerait bien de fréquenter comme Limousin.. Certaines querelles et explications pourront attendre encore quelques siècles.
    ♠♥ LIEU D'HABITATION: Grimm's Place
    ♠♥ RANG PERSONNALISE: Projet Franco-Allemand



Enfant, regarde sur ces cartes
Ce point noir qu'il faut effacer
Des tes petits doigts tu l'écartes
En rouge. Il vaut mieux le tracer
Plus tard. Quoique le sort te fasse
Promets moi bien d'aller là bas
Chercher les enfants de l'Alsace
Qui nous tendent leurs petits bras
Puisse en notre chère France
Les rameaux vert de l'espérance
Fleurir par toi, ô cher enfant
Grandis, Grandis. La France attend.
[Christmas Trice 24/12/14]





Le dialecte, c'est le sang d'une région qui n'est pas normalisée et conditionnée par Paris.
[Georges Hoderith]

♠♥ CARACTÈRE:
On ne qualifie pas quelqu’un par quelques adjectifs et quelques jolis mots, malheureusement. Si l’on souhaite comprendre quelqu’un dans toute sa complexité, il faudrait probablement y passer des jours, comprendre tous ses souvenirs et ceux qu’il a oublié, tout ce qui l’a forgé et toutes les petites choses qui font qu’au final, il ne fait qu’un et qu’il n’est pas un amoncellement de qualités et de défauts avec des noms qui ne veulent rien dire. On ne peut pas juger un homme par un mot, car l’homme change et la signification du mot également. C'est pourquoi qualifier une Nation, devoir la décrire et en faire quelque chose de construit et de tangible n'est pas chose facile car plus de 2000 ans de vie et d'histoire en font un être tout à fait à part, le décrire, le faire vivre c'est devoir utiliser un certain nombre de mots pour être le plus compréhensible possible.

Nous ne naissons pas comme nous sommes, à la naissance, chaque enfant à toutes les chances devant lui, parfaitement blanc. Nous ne choisissons pas l'endroit où nous naissons, mais l'égalité est la même sur le point de l'innocence. Aucun gosse ne nait foncièrement mauvais ou angélique, ce sont les années, la vie, la famille, les embrouilles, tout ce que nous faisons est un pas vers une destination, remplissant la balance qui penchera inévitablement d'un côté ou d'un autre, dès la naissance, la vie peut nous promettre un avenir douloureux, qui nous forcera peu à peu à abandonner nos valeurs, sans que la conscience ne soulève les mauvaises actions ni même ne les regrette. Mieg n'a pas échappé à la règle, étant encore tout môme il était insouciant, heureux, innocent, ce fut les dérives de son pays natal au fil des années et les coups et bousculades des autres nations et de ses parents qui firent de lui un enfant désabusé, mélancolique, haineux et emporté par la moral et la conscience commune des petites gens. Les guerres, les problèmes et les contraires ne firent qu'achever ses dernières barrières et brisèrent sa foi envers l'humanité telle que la voyait un gosse qui naissait en temps de prospérité.

Une plaie, oui. Une véritable plaie pour tout un chacun. Toujours à sourire, toujours là à s'exprimer et à critiquer tout et n'importe quoi, il en devient vite hargneux et ne se préoccupe pas de l'opinion de son interlocuteur. Il est le genre de type qui met de l'eau dans son vin (et comme on dit chez lui : on dit vingT et pas vin, parce que le vin ça se boit), prêt à retourner sa veste au moindre problème et à poignarder son meilleur ami dans le dos si cela lui permet d'en retirer quelque chose. Il ne prend pas parti lors de querelles internes, tant que cela ne concerne pas une attaque sur sa famille, et dans ces cas là, il se contente de témoigner mollement son allégeance avant d'aller se réfugier loin de toute joute verbale ou de toute bataille. Il aime regarder les luttes intestines et les alliances provisoires qui se forment afin que tout un chacun puisse mieux attaquer dans le dos son ancien ami, d'ailleurs il n'est pas rare qu'il soit l'un de ceux qui ait envenimé la situation par des jérémiades ou des accusations.

Invivable, oui. Sarcastique, moqueur, railleur, c'est bien lui. Toujours à chercher le petit bout, ce qui ne va pas avec un méticulosité toute propre à lui. Il s'exprime toujours avec un aplomb et un sérieux qui font passer tous ses sarcasmes pour des phrases réelles, des mots fait pour blesser et non pour se moquer de manière presque gentille de quelques défauts visibles.

Brutal, frustre, mauvais... N'importe quel personne qui se contente de vivre pourrait le qualifier ainsi, une longue suite détaillée de défauts, on ne tarit pas de méfaits qu'il aurait commis. Une monstruosité s'est produite quelque part ou dans les environs ? Aussitôt quelques personnes seraient prêt à faire courir des bruits de couloir sur son dos, Mieg fait fi de ces murmures, les gens peuvent bien casser du sucre sur son dos, ce n'est pas ce qui va le pousser à faire un grand sourire et jouer avec des enfants en distribuant son argent aux gueux dehors. S'ils sont gueux... et bien tant pis pour eux ! Non, il n'ira pas frapper quelques inconnus qui auraient pu l'insulter, il se contente de les mépriser et de les regarder de haut avec du mépris dans la voix et quelques mots méchants à disperser. Heureux les faibles d'esprit comme qui dirait. Mais il ne fait pas dans la dentelle quand il s'adresse à quelqu'un. Il a également souffert et cela ne l'a jamais empêché d'être une région riche et prospère. Peu importe les médisances sur son physique, son accent, ce qu'il aurait pu faire... lui a réussi à rester au plus haut en étant fauché plus d'une fois. Que les gens se complaisent dans leur ignorance et leur pauvreté, lui se suffit à lui même. L'argent, voilà une chose qui l'intéresse. Pas pour être riche et prospérer mais pour posséder. Il a ce besoin maladif de combler des vides en se procurant de quelque façon que ce soit ce qui lui permettra de se reposer quelques temps avant de devoir encore récupérer..

La morale n'est pour lui qu'une belle parole parmi tant d'autres mots que les diverses langues usitées sur Terre, un mot illusoire, creux, juste bon pour rassurer les gens et les plonger quotidiennement dans un monde fabriqué de toutes pièces et qu'ils essayent de ne pas voir. Comme la plupart des gens ayant vu le pire, Mieg est quelqu’un rongé par la peine, le regret et inévitablement la rancœur… il n’est rien de plus qu’une âme brisé qui a conscience d’avoir perdu tout espoir de revoir un jour le monde avec les yeux d'un enfant, avec innocence. Marqué à jamais, il n'oubliera jamais les atrocités, préférant les enterrer sous des décombres de sa pitié et en faisant face au monde avec pour air de dire : 'Tu vois, tu m'as frappé, meurtri, blessé, mais je tiens encore debout...'. Tout cela n'est que façade, boutades, rires, fausses amitiés, ils savent tous que la vie ne sera plus jamais la même. Il se plait à rire des gens et déteste facilement.

Il est loin d'être un rêveur, il a les pieds sur terre et connait ses capacités, veillant a ne pas trop en demander a son corps, sachant a peu près ce qui lui serait fatal ou non. Il a malgré tout encore de nombreuses arrières pensées, il se souvient de ces enfants, de ces hommes et de ces femmes affreusement mutilées, ces dossiers refermés et toutes ces enquêtes dont il a entendu parler qu'il ne parvient pas à effacer de sa mémoire. Cependant il est le genre de personne à prendre tout cela avec un sourire et rire au nez de ceux qui veulent l'accuser de tromperie ou d'assistance.

Mieg ne s'identifie en personne, même pas en travers d'un grand justicier ou d'une grande figure passée, non pas à cause de la condition de celui-ci, s'il ne s'arrêtait qu'à cela... mais tout simplement parce qu'il ne considère pas les pseudos vertus que s'arrogent les êtres humains comme des modèles à suivre. Il connait son statut, son 'égoïsme' d'homme et, même s'il ne s'en vante pas ouvertement, il n'a pas honte contrairement aux autres de le montrer quand quelqu'un tente de le faire passer pour ce qu'il n'est pas. La 'chevalerie', voler au secours de la veuve et de l'orphelin, certes, de jolis mots, mais il n'est ni chevalier ni prêt à sauver des gens qu'il ne connait pas tant que cela ne lui rapporte rien ou que cela surpasse sa qualité de 'courageux'. Il est là pour faire son métier, pas pour faire assistant social, il n'hébergera pas un camarade dans le besoin, ne donnera jamais son repas et ne prêtera de l'argent que s'il est sûr de le retrouver le lendemain sur son bureau.

Vivre de faux semblant, sourire, hypocrisie permanente, toujours faire croire que l'on aime, penser tout le contraire avec des yeux pétillants de bonté et d'amour, voilà l'une des seules choses que Mieg puisse vraiment faire sans faillir. La vie lui a appris que pour réussir à ne pas être dérangé et après avoir été accusé d'avoir fait le mal, il fallait savoir se faire tout petit et sympathique avec les gens autour de lui, il n'hésite pas à rendre service aux gens tant que cela n'entraîne pas de problèmes et que ça ne concerne pas des choses qui lui appartiennent ou que cela ne risque pas de mettre son travail en danger.

Mieg, c'est le genre de gars qui est aussi droit mentalement qu'il l'est physiquement, toujours à avoir un balai dans le cul, impeccable, irréprochable, il se contentera de mépriser ceux qui le jugent. Cela ne l'empêche pourtant pas de chouiner pour un rien, s'accrochant à ses idées préconçues et n'hésitant pas à jouer sur son histoire et sa douleur - même s'il n'en pense pas moins. Il est foncièrement peureux et ira se cacher derrière un allié temporaire en sachant pertinemment qu'il s'en prendra plein la gueule quoi qu'il se passe. Il a fini par afficher un certain cynisme vis à vis des situations politiques et des guerres. Il adore aller s'incruster dans une conversation en s'accrochant au cou des gens, avec un grand sourire et dire quelques méchancetés avant de s'éloigner d'un pas guilleret. Il est rare de le voir de mauvaise humeur, et même dans ces cas là, son caractère enfantin et moqueur ne change pas d'un poil.

Depuis sa naissance, Mieg est balloté d'un pays à un autre, les celtes, les romains, les alamans, les francs, les prussiens, les suédois, les allemands et bien d'autres encore, il a su pourtant en profiter pour assimiler une culture et garder des avantages de chaque pays chez qui il a vécu, le système juridique, les religions, les langues, rien ne se perd et il en profite pour le faire comprendre à ses nouveaux 'maîtres', dès que le vent tourne, il retourne sa veste pour être le mieux préparé à l'arrivée du nouveau peuple, il sait appréhender les bienfaits de chaque nouvelle civilisation et garde ceux-ci. Il profite également de son statut de région 'à part' pour s'organiser de façon différente, rester une région plus chrétienne, avoir des jours de congé en plus et surtout un système juridique qui ne fonctionne pas de la même façon sont quelques petits exemples de ce qu'il a gardé de sa culture allemande.

Son emplacement à la frontière entre plusieurs pays lui permet de commercer et de profiter pour faire des échanges et travailler à l'étranger, son ancien statut d'ancienne capitale de l'Europe avec Strasbourg lui donnait également quelques droits qu'il n'a pas hésité à utiliser. Il profite du fait que Francis le laisse en tant que région plus ou moins indépendante et à part pour continuer de son côté son petit bonhomme de chemin et garder des privilèges avec sa sœur, la Lorraine. Dès qu'une situation se présente pour quoi que ce soit qui puisse lui valoir de l'avancement ou de l'argent, il n'hésite pas.. on peut parfaitement dire qu'il est un opportuniste périodique.

Mieg obéit aux ordres qu'on lui donne, il attaque quand on lui demande d'attaquer, il fait le ménage, il organise des choses, il fait du vin, des pâtisseries, on demande il obéit. Bien souvent il a été contraint d'oublier une langue de manière brutale, de fournir des hommes ou de fournir des ressources pour des guerres où il sera le champ de bataille. Il obéit toujours malgré ce qu'il peut en penser, quel que soit l'horrible de la chose, il fait, ferme les yeux, et fait. Il demandera toujours à obéir à un ordre, quémandant des choses à faire à son maître pour pouvoir s'occuper les mains et ne pas penser aux conséquences de ses actes, obéir, c'est tout, rien d'autre, ne pas penser. Mieg est indéniablement collant et restera toujours à proximité de la personne à qui il appartient, lui demandant sans cesse s'il n'a besoin de rien, lui redonnant sans cesse des morceaux de gâteau, allant presque jusqu'à lui mâcher pour l'aider, il faut qu'il aide, qu'il se rende utile aux yeux des autres. Il court à droite, à gauche, donnant tout ce qu'il peut donner, faisant ce qu'on lui demande de faire. Il a besoin de ça, espérant ainsi empêcher une nouvelle guerre qui ravagerait une nouvelle fois ses terres qui ont déjà suffisamment de cicatrices. Cependant le rejet brutal auquel il a souvent eu à faire l'a transformé peu à peu en quelqu'un de distant et d'hypocrite, ce ne sera plus sans arrière pensée qu'il ira faire quelque chose et s'accroche à ses privilèges en n'hésitant pas à partir dans un certain misérabilisme pour forcer la main.

Il est d'une nature craintive, sursautant au moindre bruit trop fort et aux détonations. Il refuse absolument de regarder des films sur la guerre et tout ce qui pourrait se rapporter de près ou de loin à des activités mortelles, il lui arrive de pleurer dans son lit le soir en y repensant et hurle dès qu'on lui tapote le dos quand il ne s'y attend pas. Il est quelque part quelqu'un de lâche et de profondément peureux. Il a peur de tout ce qui pourrait le menacer ou le tuer. Mourir lui fait peur, souffrir lui fait peur et par dessus tout devoir faire attention au moindre de ses pas pour ne pas avoir à se faire tuer ou blesser le terrorise. Vivre dans une peur constante d'être tué n'est pas pour lui, il est certes un flic, mais il n'y a rien de bien agréable à se faire transpercer le corps à coups de couteau ou se faire tirer dessus.. Il ne veut pas disparaitre au profit d'une quelconque idéologie..

Mieg est toujours derrière les gens pour ramasser les dégâts qu'ils ont fait, passer un coup de balai et faire un sourire d'excuse en soignant le vainqueur du combat qui a encore eu lieu sur ses terres, c'est un schéma sans fin qui se répète depuis tellement de siècles. Il ne peut s'empêcher malgré tout de pardonner et d'aimer ses 'frères' comme il se plait à les appeler, il pardonne, donne toujours, obéit malgré les réticences, sourit toujours malgré sa haine des batailles et de la douleur, ils font ça pour son bien, pour protéger les autres nations, pour le peuple... Il trouve toujours une raison de pardonner et passera derrière pour ramasser ce qui a été brisé et le remettre en place, comme le petit frère qui voit sa chambre envahie par un plus grand et qui ne fait pas attention où il marche, tout reviendra comme avant, après la tempête, le calme... ? Hein ? Il espère toujours et encore, malgré les batailles, les cris, les morts, il reste dans l'ombre de Francis ou de Ludwig, fournissant ce qu'on lui demande de fournir, obéissant, mais toujours en se trouvant une excuse pour lui et celui qui lui prend...

Un jour quelqu'un a dit : La jalousie qui se tait s'accroit dans le silence. Ce serait une belle phrase pour explorer une nouvelle facette de la nation.. Sous ses dehors moqueurs et ses belles phrases, malgré tout ce qu'il pourra dire... Il est bel et bien jaloux des autres régions et micro-nations plus chanceuses que lui et qui n'ont pas subit les grosses bottes allemandes ou le délicat mépris français. On le considère d'ailleurs plus comme allemand dans ses manières froides et brutales de s'exprimer, son acharnement et son travail ainsi que sa manière froide d'évaluer les choses et de rendre à l'heure. Il ne rechigne pas devant un bon repas ou de l'alcool, trait qu'il a su tirer autant d'Allemagne que de France puisqu'il est touche à tout en matière d'alcool : autant le Crémant, le vin et ses dérivés délicats que le schnaps, la bière ou le Riesling sont des bons amis de table.

Si Mieg est du genre à être bonne pâte, à s'adapter... il refuse catégoriquement de laisser partir ce qui le caractérise. Il fait une éloge de la culture sous ses airs frustres et provincial, il travaille de ses mains pour faire ce qui lui semble juste et bon. Il cultive sa différence pour pouvoir mener à une sorte d'auto-suffisance. Son travail acharné, sa hargne et son envie font de lui quelqu'un de libre et qui revendique son indépendance. Pas de la manière de Corse en demandant à être libéré mais avec des petites piques et des choses qui font que LUI peut se vanter d'avoir. Il apporte à lui les cultures et les transforme à sa sauce, on peut ainsi retrouver du latin dans son dialecte, de l'allemand de son système administratif, du religieux dans sa façon de vivre...


♠♥ PHYSIQUE:



♠♥ HISTOIRE:

« Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. »
Maréchal Leclerc, serment de Koufra.

La contrainte linguistique a toujours été ressentie comme odieuse et intolérable.
[Paul Lévy]

♠♥ TEST RP:

♠♥ AIME:
♠♥ N'AIME PAS:


♠♥ AVATAR: Sibrand de AC (utilisation de Dieter ou Johan de Monster et de Draco Malefoy de HP dans la fiche)

♠♥ AVOIR UN GRAND FRERE?: [X]OUI [ ]NON
♠♥ TEINTE SOUHAITÉE:ALL IS BLACK

♠♥ ET AUTRES:


Dernière édition par Alsace le Ven 5 Oct - 15:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kowloon
Anomalie et ex-délinquant.



MessageSujet: Re: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Mer 3 Oct - 15:23

*Donne un pigeon, ET NON, ça se mange pas, ça se câline, SANS TROP serrer* Bienvenu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Mer 3 Oct - 19:04

BROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO <3
Enfin quelqu'un en qui on peut avoir confiance. '3'
Bienvenuuue ♥
Revenir en haut Aller en bas
Fonda




MessageSujet: Re: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Sam 13 Oct - 9:58

Bienvenue !

Lorraine > N'importe quoi, tu peux avoir confiance en moi, tu le sais, hein? HEIN? *sort le tuyau*

_________________
&lt;img src=&quot;http://i20.servimg.com/u/f20/12/90/57/81/0066-110.png&quot;&gt;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bokuhetalia.tonempire.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Sam 13 Oct - 12:11

Bienvenue parmi nous^^

Lankou
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C   Aujourd'hui à 18:47

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine {U.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille Fiche-