Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 [Salle des machines]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Salle des machines]   Lun 6 Aoû - 18:19

La salle des machines est un endroit bruyant qui peut-être très chaud. Bref, tout ce que Fabian haïssait le plus au monde. Il n'avait jamais autant été sale qu'aujourd'hui. La vapeur s'échappait des chaudière et l'odeur épouvantable du charbon se répandait dans chaque recoins de la pièce. À peine les machinistes avaient démarrés les machines que la fumée noire montait au plafond et la tapissait de suit humide et écoeurante.
Il faisait chaud a en perdre la boule. Et pourtant les énorme ventilateurs fonctionnaient a pleins régime! Fabian n'osait même pas imaginer se que se serait sans eux. Juste a côté les turbines tournaient avec une rapidité inouie. Quiconque aurait le malheur de mettre sa main sur celle-ci ce mériterait un moignon pour le reste de ses jours. Les machinistes et les techniciens du bateau toussaient pour faire sortir la suit des leurs poumons.

Fabian se sentait comme un glaçon dans un four.

Une pelle a la main, il pelletait le tas de charbon pour le foutre dans la machine a vapeur. Les joues rouges et le regard vitreux. Il songeait qu'il aurait bien mérité son foutu revenu. Quelle chance qu'il était bien payé. Autrement il n'aurait pas hésité a se jeté par dessus bord plutôt que de resté une minute de plus à côté de la turbine.
Fabian leva les yeux vers le type en face de lui, un autre machiniste qui était aussi rouge et en sueur que lui. Il lui fit signe. Avec le bruit, il avait peine a s'entendre lui même.

-.. ma pause...!...'revient dans ..minutes! hurla-t-il a l'autre type qui lui fit un signe du pouce. Fabian jeta sa pelle dans le tas de charbon et parti au plus vite.

À l'entrée de la salle des machines, le bruit y était moins fort, mais pour l'odeur c'était une autre histoire... Tout en marchant il croisa son regard dans un vitre: il avait le visage et le cou noir ainsi que les mains. Il avait beau passer sa main sur son visage, la saleté lui collait après. On ne voyait plus que ses yeux bleu topaze qui semblait perdu dans se désert noir.

Il se répugnait lui même.

Direction lavabo. Sur sa route, il aperçu un chien. Mais qu'est-ce qu'il foutait la lui?!..Il s'approcha de l'animal, en songeant que le propriétaire de celui-ci était probablement quelqu'un qui allait bientôt connaitre la SPCA.

- T'es qui toi? s'adressant au chien. Un chien de première?...

Voir un petit fido abandonné comme ça lui fendait toujours le coeur en deux. Il sourit au chien et continu son chemin. Il aurait voulu le gardé..mais le règlement était clair: pas touche aux ''objets'' des passagers.

Spoiler:
 


Dernière édition par Antarctique le Mar 7 Aoû - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Lun 6 Aoû - 18:47

Na Yung, accompagnée d'une bonne, passa la porte de la salle des machines et regretta aussitôt de ne pas pouvoir revenir en arrière.

"Vous êtes sûre que vous l'avez vu filer par là ?" demanda-t-elle d'un ton crispé à la femme de chambre qui se dandinait en appliquant à deux mains le bord de son tablier sur sa bouche. Celle-ci approuva puis s'esquiva et disparut dans un couloir plus frais.

Avec un grognement, la jeune femme s'avança au milieu des ouvriers, indifférente à leurs regards ou à leurs commentaires lubriques. En quelques secondes sa peau moite se mit à coller désagréablement à ses vêtements, frottant contre le tissu rapeux et Na Yung se surpris à maudire le jour où elle avait été embauchée.

"Another Toffee du King Loch d'Aberdeen ?" appela-t-elle en mettant ses mains en porte voix. "Another Toffee ? Viens, mon pépère ! Ta maîtresse t'attend ! Another Toffee !"

La vie était injuste et Na Yung travaillait à cet instant précis à la rendre plus injuste encore : comme prévu, dans le chambardement des derniers préparatifs, beaucoup de choses s'étaient égarées, parmi lesquelles une petite fille de troisième classe, dont la disparition avait été signalée une heure plus tôt, et un jeune chien de première classe, échappé des mains de sa maîtresse quelques minutes auparavant.

Et Na Yung avait été réquisitionnée pour retrouver le cher animal destiné à une prestigieuse exposition canine à New York. Une enfant de troisième et sa famille ne faisaient pas le poids contre la mauvaise publicité que pouvait faire une bourgeoise à la compagnie...

"Another Toffee du King Loch d'Aberdeen, viens ici tout de suite, satanée bestiole ou je te botte les fesses !" appela-t-elle encore d'un ton enjoué qui contrastait avec la signification de ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Mar 7 Aoû - 5:06

Les oreilles lui cillaient encore du bruit que produisaient les machines, mais Fabian était bel et bien sûr qu'il avait entendu le cri de quelqu'un... Ou plutôt d'une quelqu'une. Avait-il déjà perdu sa saineté d'esprit ou quoi?... Pour en avoir le coeur net, il rebroussa chemin, vers la ou il avait entendu la voix. Il marchait lentement, dû entre autres à ses bottes armées qui pensait trois tonnes, mais surtout dû a la fatigue. Il retourna a l'endroit où il avait trouvé le petit chien perdu. Fabian regarda autour de lui. Il cru voir le chien entre deux chaudières à gaz...

Fabian se dit que le chien devait avoir un maître particulièrement horrible pour devoir se cacher dans la salle des machines...sous les chaudières a gaz.

"Another Toffee du King Loch d'Aberdeen, viens ici tout de suite, satanée bestiole ou je te botte les fesses !"

Il pivota la tête en direction du deuxième cri. Voilà sûrement la propriétaire de la ''bestiole''. Ou plutôt de Another Toffee du King Machin d'Aberchose... Tu parle du nom! Il n'aurait pas plus le nommer Fido ou Lassie comme n'importe quel chien? Pauvre bête. Fabian songea que s'il avait été un chien, il aurait sans doûte lui aussi fui ses connards de propriétaires. C'est un être vivant bon sang! Pas une peluche!...

Le meilleur ami de l'homme...

S'il n'aurait pas eu l'ordre de resté poli si jamais il croisait des passagers -surtout ceux de première classe- le jeune homme aurait dit deux ou trois mots à cette hystérique qui bottait les fesses de son chien... Fabian respira un grand cou. Il suivit la direction du cri en trainant ses dix kilos de bottes et de suie. Il fallait qu'il retrouve cette passagère. Même si elle voulait son chien, seul les membres de l'équipage avait le droit d'aller en salle des machines. Fabian ne voulait surtout pas s'attarder trop longtemps avec elle, plus vite se serait fait, plus vite il sera débarrassé. Et le chien serait sans doûte mille fois mieux ici qu'avant ses maîtres, botteurs de culs.
N'empêche. Il eu un petit sourir et songeant à la crise cardiaque qu'allai avoir la passagère en se trouvant face à face avec lui, le visage tout noir, les mains tachées de charbons et les cheveux en bataille. Il tourna le coin.

Oups.

La jeune femme qui cherchait le chien faisait donc parti de l'équipage. Il reconnu l'uniforme que portaient les majordomes et les stewards. De loin il cru reconnaître des traits plutôt asiatiques. Ainsi que la plus longue chevelure qu'il avait jamais vu de sa vie... Fabian fronça les sourcils,perplexe, puis réalisa qu'elle devait avoir été envoyez pour récupérer le cabot..Et donc le redonnez à ses maîtres.
Il pinca les lèvres. Cela ne lui plaisait guère de savoir que certain membres d'équipage était adepte de violence -et animale de surcoit- . Il s'approcha de la jeune femmes aux cheveux longs et toussa pour ce faire remarquer. Puis il commença de sa voix naturellement caverneuse, voire sombre.

- Mh-mh. Je crois avoir aperçu votre bestiole tout à l'heure. De ce côté... Il pointa la direction dans laquelle il avait vu le chien pour la dernière. Espérons qu'il ne s'est pas coincé dans une turbine...

Il toussa encore.

-Excusez ma voix, avec toute cette suie dans les poumons...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Mar 7 Aoû - 17:35

Si elle ne retrouvait pas l'animal, la jeune femme aurait des ennuis, c'était sûr et certain. Occupée à fouiller du regard les alentours, Na Yung tressaillit en entendant la toux de Fabian et se tourna vers lui d'un bloc.

"Dans une turbine ? Ah putain, ça ce serait une catastrophe !"

Elle avait parlé spontanément et se reprit aussitôt en posant une main sur sa bouche, estomaquée par l'apparence peu ragoutante de la personne qui lui faisait face. Couvert de suie, pas peigné, les mains rugueuses et les vêtements dans un état... Si les passagers de la haute étaient venus voir qui faisait avancer leur "paquebot de rêve" ! Néanmoins, au milieu de toute cette crasse, par un singulier effet de contraste, le bleu de ses yeux étincelait. Ou était-ce leur couleur naturelle ? On ne voyait quasiment qu'eux.

"Mes excuses, ce chien appartient à un rupin de première et il vaut dans les cinq mille dollars, autant dire que j'ai pas envie qu'il soit retenu sur ma paie si une de vos machines du diable le découpe en tranches !"

Cinq mille dollars... combien de jours de services sur ce bateau lui faudrait-il pour rembourser une somme pareille si quelque chose arrivait à l'animal ? Elle ne gagnait même pas autant en une année ! La toux de Fabian lui arracha une grimace. Elle connaissait ce genre de symptômes, son grand-père, son père, ses soeurs et son frère toussaient de la même façon quand ils revenaient de la manufacture. Ils crachaient leurs poumons à tous bouts de champs mais ils y avaient gagné de quoi faire d'elle, la petite dernière, une madame sachant lire, écrire et compter ! Lire les 'notes au personnel', écrire les noms des passagers sur le registre et compter le nombre de lessives à lancer chaque jour...

"Vous êtes machiniste ? Vous pensez que vous pourriez m'aider à le retrouver ? C'est la première fois que je viens ici et je risque de passer à côté de lui sans le voir."

Elle sortit un mouchoir de sa poche.

"Euh, pour vos poumons... si vous avez besoin... pour... pour expectorer."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Mer 8 Aoû - 1:27

Fabian ne put s'empêcher de se sentir légèrement contrarié en constatant l'effet de dégoût qu'il produisait chez Na Yung. Il avait une envie terrible de répliquer que se n'était pas de sa faute s'il était aussi sale, qu'habituellement son hygiène était irréprochable. Raaah! Le jeune homme se gratta la joue d'un air coupable et se mit à écoutez parler la jeune steward.

Alors pas le moindre doute, elle cherchait bien le petit chien qu'il avait aperçu tout à l'heure. A moins que ce ne soit un autre chien.. Il ne devait pas avoir sept-cent-soixante-dix-sept fido a cinq milles dollars américains dans ce bateau donc il s'agissait bel et bien de celui qui s'était échappé.

Avec cinq mille dollars, il aurait sans doute de quoi se payé 6 télescopes et il aurait sans doute d'argent restant pour donner à la charité. La simple valeur d'un chien aurait pu nourrir des centaines de familles dans le besoin.

Et un gaspillait tout cela pour un chien. Fabian en était bouche bée.

"Vous êtes machiniste ? Vous pensez que vous pourriez m'aider à le retrouver ? C'est la première fois que je viens ici et je risque de passer à côté de lui sans le voir."

Elle sortit un mouchoir de sa poche.

"Euh, pour vos poumons... si vous avez besoin... pour... pour expectorer."


Fabian eu un sourir en coin. En se demandant si elle faisait cela pour être gentille et polie ou seulement parce qu'elle était écoeurée par sa toux creuse, il pris le mouchoir et répliqua.

-Pour cracher mes poumons vous voulez dire? d'un air satirique. ...Enfin. Merci je suppose. Et oui, je fait bien parti de la brigade des machinistes de ce bateau. Un travail que je déteste du fond du coeur, mais il faut bien mettre du pain sur la table.

Fabian se passa le mouchoir dans le visage pour se débarrassé une fois pour toute de la saleté de son visage, mais sans succès. Il fut pris d'une nouvelle quinte de toux par la suite. Le mouchoir allait être bon pour jeter à la poubelle. Il respira un bon coup puis observa la jeune femme, puisqu'elle était désormais devant lui. Il pu constatez ses traits plutôt asiatiques,ses grands yeux noir et sa grandissime chevelure d'ébène. Elle lui faisait presque penser à une sirène... Mais une sirène plutôt dure avec les chiens...

- Mademoiselle, commença t'il en essuyant une autre quinte de toux. Je veux bien vous aidez a trouver votre chien. Si nous ne retrouvons pas vite, soit il mourrera d'asphyxie, soit il se coincera la patte dans une turbine.

Il la fixa du regard et lui tendis son mouchoir couvert de noir.

- Votre mouchoir... Moi c'est Fabian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Ven 10 Aoû - 9:41

Visiblement, son manque de self contrôle avait froissé son interlocuteur mais Na Yung n'y pouvait rien : on ne passait les quinze derniers jours à polir et lustrer les moindres vis des moindres étagères sans devenir soit-même un peu précieux... L'idée lui vint d'ailleurs qu'en sortant de cette antichambre des enfers elle aurait sûrement à changer une partie de sa tenue et à re cirer ses bottines, service en première et deuxième classes oblige.

"A qui le dites-vous..." maugréa Na Yung avant de se reprendre et de redresser légèrement le menton. Elle n'était pas supposée manifester pour son travail autre chose que de la joie et de l'enthousiasme. Les clients étaient étrangement naïfs de ce côté-là, croyant dur comme fer que le dévouement de leurs salariés était quelque chose de naturel.

Sous son maquillage de sauvage d'opérette l'homme se révéla être très pâle, voire blanc, sans doute plus qu'aucun autre occidental qu'elle aie jamais croisé. Entre ses yeux glacials et sa peau neigeuse, ce type n'était pas du tout à sa place dans cette machinerie crasseuse et puante.

"Ah merci, mais ne vous faire aucune illusion, il n'y aura pas de récompense au bout. S'ils arrivent à nous remercier du bout des lèvres, ce sera déjà beaucoup.

- Votre mouchoir... Moi c'est Fabian."


Elle pinça les lèvres puis hésita et prit le mouchoir du bout des doigts pour le glisser dans la poche de sa veste.

"Enchantée, je m'appelle Na Yung. Bon, il s'appelle Another Toffee de... de... j'ai déjà oublié son nom, tant pis. Il paraît qu'il est gourmand, vous pourriez peut-être me montrer où vous stockez vos gamelles en attendant la pause ?"

Elle regarda à nouveau son interlocuteur pour admirer la couleur de ses yeux, seul élément un tant soit peu rafraîchissant des environs.

"Ce que vous avez la peau blanche, pour quelqu'un qui travaille dans cette fournaise !" ne put-elle s’empêcher de remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Salle des machines]   Lun 13 Aoû - 0:50

Elle s'appelait Na Yung. Il déduisit qu'il s'agissait donc d'une asiatique. Fabian commençait a peine a découvrir l'Europe . Et il ne connaissait a peu près rien de l'Asie sinon du Japon qui faisait ses preuve en matière de guerres de conquêtes...Que faisait-elle a bord de ce bateau? Bah. Probablement la même chose que lui: gagner de l'argent. Soit cela, soit elle adorait vraiment faire les domestiques pour les gens de première classes, ce qui lui parut invraisemblable pour quelqu'un de seulement sain d'esprit...

'' Ce que vous avez la peau blanche, pour quelqu'un qui travaille dans cette fournaise ! ''

Fabian se regarda les mains. Il avait presque oublié qu'elles avaient déjà été blanches avant toute cette crasse noir et humide. Le jeune homme se gratta la joue, geste trahissant chez lui sa gêne. Ne sachant pas trop ce qu'il devait répondre, il s'en trouva décontenancé.

''Oh! Ça... Disons que c'est de famille. Une famille qui aime beaucoup la neige..''

Au dessus de ses joues biffées de noir, ses yeux bleu ne cessait de scruter les environs. Si quelqu'un - ou pire, son supérieur- le voyait en train de fouiller dans la chambre froide de la salle sans autorisation, Fabian devrait sans doût se coltiné au travail le plus écoeurant qui soit : nettoyer les pots de chambres.
Il regarda la jeune femme droit dans ses grands yeux noirs et annonça d'un trait.

'' D'accord. Je vais vous aidez, mais ne le dites a personne. S'il y a une récompense, prenez tout. Je vous accorde dix minutes, mais pas plus. Allez venez. ''

Il pris la direction de la chambre froide. Elle était savant située tout près des ventilateurs qui assurait le refroidissement de tout ces machines. Ce chien avait intérêt à toujours être en vie car Fabian prenez de gros risques d'être vu ici. Seul avec une femme en plus, il auait l'air de quoi?..

Son côté très prudent était parfois sujet a moqueries quand il était plus jeune. Il ne grimpait jamais a un arbre sans être sûr de pouvoir redescendre, il ne jouait pas dans la terre sans avoir une paire de gants, il ne traversait jamais la rue sans regarder 3 fois de chaque côté. Paranoïaque était souvent l'adjectif qui ressortait le plus lorsque les autres décrivait Fabian. Lui, se trouvait seulement prudent.
Lors du chemin, il se retourna plusieurs fois vers Na Yung.

''Faites attention où vous mettez les pieds. On ne sait jamais quel danger traine... Et prenez garde à ne pas toucher les murs, ils sont couvert de suie et votre habit risque d'être taché, mais surtout ne faites pas trop de bruits. Si on me voyait avec vous ... enfin vous devez comprendre ce que je veux dire.''

Jetant un oeil nerveux aux alentours, il demanda.

''Votre chien risque d'être attiré par quoi d'après vous?''
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Salle des machines]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Salle des machines]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-