Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Toi j'te tue, toi j'te tue pas... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Toi j'te tue, toi j'te tue pas... [libre]   Dim 22 Juil - 7:43

"Toi j'te tue, toi j'te tue pas..."

Un beau dimanche matin, clair et ensoleillé, s'était levé sur le quartier du Cézanne. Charmés après un début de week-end pluvieux, la plupart de ses habitants en profitèrent pour sortir faire des courses ou aller voir des proches et les rues grouillaient de monde malgré l'heure matinale. Allongée au sol mille neuf cent mètres plus loin et une cinquantaine de mètres plus haut, dans le prolongement de l'artère principale, Na Yung observait ce microcosme à travers la lunette de visée avec la curiosité d'un entomologiste penché sur une fourmilière. Si concentrée était-elle qu'elle ne se souciait ni de la boue gluante dans laquelle elle était à moitié allongée ni du soleil qui, tapant de plein fouet sur le filet de jute qui composait la base de son ghillie suit, lui chauffait inconfortablement le dos.

"Toi j'te tue un peu, toi j'te tue mais j'le dis surtout pas à Russie..."

Une litanie basse et rauque s'échappait de ses lèvres, qui lui permettait de distribuer virtuellement vie et mort sur tous ceux qu'elle visait. Car Na Yung n'était pas là pour agresser qui que ce soit mais simplement pour un entraînement grandeur nature avec mise en conditions réelles. Il lui avait donc fallu investir les lieux aux aurores, installer dans la plus grande discrétion le fusil de précision longue portée qu'elle avait prévu (plus de 14kgs à trimballer vite et discrètement entre Chinatown et le Cézanne !), peaufiner son ghillie suit puis attendre, attendre et attendre encore que les cibles involontaires sortent de chez elles.

"Toi j'te tue dans cinq ans, toi j'te tue y a dix ans..."

Une fois fini, dans une dizaine d'heures, il lui faudrait replier le camps discrètement pour éviter tout incident diplomatique, effacer toute trace de son passage et redéplacer tout le barda jusqu'à chez elle. Une journée longue, ennuyeuse et difficile en perspective. Mais extrêmement profitable. Le tir d'élite ne s'improvisait pas.

"Toi j'te tue sans y penser, toi j'te tue mais faut me payer..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi j'te tue, toi j'te tue pas... [libre]   Dim 22 Juil - 9:15

    Un dimanche matin de merde d'un point de vue Hongkongais, notre protagoniste, soit Hong Kong, devait aller chercher des " vraies feuilles de thé aru " au meilleur marché de la ChinaTown, car la maison commençait à en manquer, et que, étant un adorable petit frère qui, bien sûr, n'avait rien prévu ce matin ( parce-que le dimanche c'est fait pour se reposer, quoi ! ), il se dévoua pour aller chercher le thé. Enfin se " dévoua "... Pas comme si on le ferait pas culpabiliser par la suite s'il n'y allait pas, qu'à cause de lui tout le monde serait privé de thé, qu'on ne pourrait pas bien démarrer la journée et blablabla. Manquerait plus que Yong Soo ait décidé de l'accompagner, mais heureusement pour Fai, il devait encore rêver de kimchi à cette heure-là.

    C'est donc seul, un air blasé ( ou endormi, mais blasé c'est plus cool ) collé sur la face, qu'il partit en direction du marché au thé. Arrivé en plein centre de la ChinaTown, il pouvait constater de la forte population Asiatique qui semblait déjà en pleine action. Non mais franchement. Le dimanche matin. C'est fait POUR DORMIR. Il ne comprenait pas comment on pouvait s'agiter ainsi de si bon matin. Mince quoi ! Enfin, laissant de côté ses réflexions philosophiques quand à l'utilité du dimanche, il se fondit dans la foule, regardant de tous les côtés pour trouver ce fameux marché.

    Après quelques minutes de marche intense au milieu du tas Asiatique sous la chaleur écrasante du soleil - voyez le côté dramatique de la chose et compatissez pour Hong Kong ! - , il finit par trouver le marché et s'arrêter devant. Il prit son paquet ; soit un kilo de feuilles de thé à la menthe, thé Oolong, et autres. Il paya le marchant, le salua d'un signe de tête et se retourna, avant de regarder l'heure sur son portable. Ouais, il était encore tôt, il avait fait vite pour ces feuilles. Rangeant son portable, il se dit qu'une petite balade loin de toute cette pollution mêlée à la population ne lui ferait pas de mal. Pas qu'il n'avait pas l'habitude, mais ça pouvait être sympa non ? Ensuite il irait troller Ice chez lui, puis il ferait un détour par chez Angleterre, irait piquer le dernier jeu vidéo de Yong Soo et finirait par revenir donner le thé à Yao.
    Ce programme lui coûta un léger sourire, avant qu'il ne se mette en route vers de nouveaux horizons !

    Horizons qui, une vingtaine de minutes plus tard, se trouvèrent être de la boue, un soleil qui cogne, et pas grand monde dans le périmètre. Génial. Son paquet de feuilles sous le bras, il jeta un coup d'oeil aux alentours.

    " Toi j'te tue sans y penser, toi j'te tue mais faut me payer... "

    .... What ? Fai cligna des yeux un instant, puis fixa le silhouette, allongée sur le sol, arme en main, qui pointait la Cézanne et balançait des menaces de mort aléatoires. Attendez, la Cézanne ? C'est quoi ça déjà ? Ah oui, le quartier où Hong Kong n'avait aucunes connaissances, alors c'était pas si grave !
    ... Quoi que si, y'avait le mec aux chats et, le mec aux chats, il est pas méchant quoi. Ainsi, l'Asiatique se dit qu'il s'était vraiment éloigné de la ChinaTown, car il se trouvait à présent dans le quartier Méditerranéen. Qui n'était donc pas la porte à côté.

    Il s'approcha lentement de, maintenant qu'il l'avait reconnue, Corée du Nord, et s'assit à côté, tout simplement. Il la fixa un moment, puis porta son regard sur la Cézanne. Vrai qu'on voyait bien toutes les maisons d'ici.

    " Mais t'sais, y'a genre, pas beaucoup de gars intéressants ici. T'fais genre quoi, là, tu t'fais un calendrier de meurtres ? "

    Un léger sourire moqueur sur le visage, il regarda la jeune fille. Qu'elle était bizarre, mais qu'elle était marrante à taquiner, comme Chine en fait. D'ailleurs, ce Chine en question, était sûrement la seule raison de la survie de Fai. Pauvre gamin inconscient.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Toi j'te tue, toi j'te tue pas... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-