Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Ces petits riens... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ces petits riens... [Libre]   Mer 16 Mai - 21:01

Atlantide souleva légèrement le rideau et eu un frisson de plaisir : du soleil ! Elle se leva précipitamment, faisant tomber au passage le livre auquel elle essayait de s'intéresser, et sortit dans le jardin. La tête renversée en arrière et les bras écartés, elle laissa les rayons de son astre chéri lui caresser la peau.

La météo restait l'un des grands inconvénients de la vie chez Angleterre. Selene n'avait rien contre la pluie, mais elle restait l'enfant du sud de l'Europe, voire du nord de l'Afrique, et le manque de soleil la tuait. Que n'aurait-elle donné, certains jours de grisaille et de maussaderie, pour un soleil tombant d'aplomb, implacable, sous lequel on s'épuise rien qu'à respirer un air tiède et lourd et où la peau ne supporte le contact de rien !

Par chance, le ciel anglais était clément ce jour-là et offrait à Atlantide son climat préféré : une pluie d'été, fine et rafraîchissante, baignée de soleil. Le temps propice aux arcs en ciels, parfait pour les moissons et qui lui donnait envie de chanter à tue-tête.

Après avoir savouré un instant le délicieux contraste entre la chaleur du soleil et la fraîcheur de la pluie, Selene sentit un frottement contre le pan de sa tunique. Ouvrant les yeux, elle regarda à ses pieds et aperçut une petite sphynge à l'air grognon.

"Bonjour, très chère mignonne." fit-elle d'une voix câline en se penchant pour prendre la créature dans ses bras. Une seconde plus tard, un cri strident annonça l'arrivée d'une harpie qui ébouriffa la chevelure d'Atlantide d'un coup d'aile. Selene la regarda avec tendresse avant de lui tirer la langue.

Au cours de sa longue et très complète existence, Atlantide avait côtoyé tant de nations et de religions que sa propre mythologie était devenu une sorte de pot-pourri du bestiaire fantastique mondial. Ainsi, la sphynge lui avait été transmise par Athènes et la harpie par Delphes. Combien de nations dont il ne restait plus rien qu'un animal vaguement symbolique ?

Mais ce zoo bizarre n'était pas forcément du goût d'Angleterre. Très sensible au fantastique, contrairement à la plupart des pays actuels, il appréciait moyennement de voir des bestioles aussi effrayantes déambuler dans sa maison et aux alentours et Atlantide avait dû se résoudre à éloigner les plus horribles de ses animaux. Seuls étaient autorisés ceux pouvant rivaliser en "choupitude" avec le bestiaire d'Angleterre : licorne, farfadet, elfes et lutins. Autant dire qu'hormis Pégase, les autres compagnons d'Atlantide ne la voyaient pas souvent... Aussi profitaient-ils de la moindre absence du jeune homme pour venir voir leur maîtresse.

" Quel être, pourvu d’une seule voix... commença la sphynge d'une voix éraillée.
- Oui, oui, je sais, c'est l'homme. Répondit Atlantide, avec une douceur teintée de tristesse.
- Ce prince, de toutes nations le choix..."

Atlantide la laissa pérorer, sans plus s'en soucier que du babil d'un perroquet. Depuis longtemps, la sphynge n'était plus capable que de répéter à l'infini les même quelques dizaines d'énigmes, prophéties et devises qu'elle avait appris dans son jeune temps. Elle était bien loin, et bien finie, l'époque où elle était capable de soutenir une conversation philosophique !
Revenir en haut Aller en bas
 

Ces petits riens... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-