Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]   Dim 22 Avr - 9:54

Traité de Londres, 1913 — 

    Les poings serrés, il tentait vainement de contrôler sa colère. La guerre contre l'Empire ottoman venait de prendre fin et déjà, il ressentait ce besoin insatiable de reprendre les hostilités. Un accord avait été trouvé, avec autour de la table, toutes les plus grandes nations du monde. La fin de cette guerre avait provoqué le repli des ottomans, après des siècles d'occupation sur les terres des Balkans. Des hommes partant pour les terres orientales, le Bulgare en avait vu des tonnes. Et ces femmes qui finissaient dans les harem … La guerre y avait mis fin. Une guerre qui avait allié les Balkans. Les serbes, les monténégrins, les grecs … Et les bulgares. Oh, bien sûr, il avait été l'armée principale d'une telle machination. Bien sûr qu'il avait joué un rôle décisif. Et il en était fier. Fier d'avoir repris les armes depuis le temps. Il se souvint d'autrefois, de cette époque où, jeune royaume, il dominait les environs. Ce temps où il fut le Sauveur de l'Europe et …

    La colère qui montait en lui le rendait fou. Il voulait devenir la Grande Bulgarie, comme autrefois, et retrouvait sa fierté d'Etat souverain. Mais rien n'allait comme il l'avait prévu. Le partage des terres fut équitable, et c'est bien cela qu'il redoutait. Il avait tout donné, tout, ses hommes et son courage. Il voulait avoir, dans son camp, deux personnes qui lui était, d'une certaine manière, chères.

    Il ne fallait pas qu'il en parle à Russie. Lui, le géant de l'Est à ses yeux, une sorte de frère pour tous les slaves d'ici, avait donné son soutien pour cette guerre. Sa propre attaque contre l'ottoman avait préparé le terrain. Bulgares, serbes et grecs n'avaient plus qu'à repasser derrière et donner le coup fatal. Mais il ne pouvait pas lui en parler. S'il le faisait … Non, il était également l'allié du serbe. À vrai dire, son unique allié était l'allemand. Et celui-ci agissait avec une délicatesse militaire, un quelque chose que le bulgare avait beaucoup de mal à concevoir.

    Traité de Londres, 1913. Fin de la première guerre balkanique, annoncera les livres d'histoires des années plus tard. Mais même pendant le traité, tous s'avaient que ce n'était que le début d'une nouvelle guerre. Le bulgare fulminait.

    Il frappa trois coups secs sur la porte de bois. Bam. Bam. Bam. Et il attendit. Attendre qui ? Il ne savait pas trop. Un domestique, un employé, une autre personne encore, ou Elle ? Peut-être qu'Elle était seule ici. Lui, ces derniers siècles, avaient eu les moines pour compagnie. Mais ce lieu ne ressemblait pas à une Eglise, ni quoique ce soit de religieux. Alors, peut-être était-elle tout simplement seule, chez elle. Il frappa à nouveau deux fois. Bam. Bam.

    Il devait la voir. Maintenant, pas demain, pas plus tard, maintenant. Puisqu'il fallait qu'il se calme. Qu'il cesse de trembler de rage comme ça. Ce traité, ce maudit traité !

    « Macédoiiiine … »

    Ouvre donc cette porte… !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]   Dim 22 Avr - 13:10

    Encore une fois elle avait été partagée… Comme une vulgaire région dont on se sert … comme une loque qu’on déchire en 4 parts inégales. La jeune femme rangeait son uniforme militaire dans une boite tout en caressant le tissu avec hésitation. Elle sentait que la guerre reprendrait mais le serbe avait ordonné qu’elle range ses affaires militaires. Tremblante elle rangea la boite dans une armoire où se trouvait aussi son arme, regardant le fusil avec une lueur effrayée. Elle ferma l’armoire à double tour et elle retourna dans sa cuisine, le seul endroit ou elle se sentait à l’abri du danger.

    Seule dans sa grande maison elle regardait autour d’elle… dehors très peu de maisons tenaient encore debout. Elle-même n’avait plus de toit mais comme elle ne voulait pas reconstruire elle avait laissé ça comme c’était. Tout à coup une douleur lancinante traversa son bras… elle avait oublié la blessure qu’elle possédait maintenant à son bras. La macédonienne avait été blessée lors d’une bataille mais elle se doutait que le pire restait à venir et que d’autres blessures étaient à craindre. Elle roula le bandage autour de son bras et soupira lourdement. Reconstruire maintenant lui semblait être une mauvaise idée. Surtout si son instinct n’avait pas tort et qu’une autre guerre se préparait en coulisses.

    Depuis le départ forcé d’Ottoman elle se sentait assez mal. Tant de personnes étaient décédées ou blessées comme elle. Bulgarie et Serbie s’étaient tellement battus pour que l’ottoman parte, et si Bulgarie se battait c’est qu’il y avait une raison. Quelle qu’elle puisse être ça devait être une bonne raison. Même Monsieur Russie s’était battu contre l’Empire Ottoman et si le géant du nord s’était battu aussi, la raison devait être encore meilleure.

    Depuis le traité de Londres elle vivait principalement avec Serbie, même si l’entente entre les deux ne semblait pas être très bonne. Elle n’était pas là le jour où on avait décidé de la diviser en 4 parties… entre Albanie, Grèce, Serbie et Bulgarie… Elle entendit trois coups sur sa porte suivie d’encore deux coups et une voix qu’elle ne connaissait que trop bien l’appeler. Elle traversa la pièce et alla ouvrir la porte, regardant le grand bulgare… semblant extrêmement énervé.

    « Entre donc » souffla-t-elle en posant sa main sur son bras douloureux.

    Elle avait honte de sa blessure, elle avait surtout peur que ça n’énerve encore plus le bulgare. Elle ferma la porte derrière lui et le pria de s’asseoir dans son salon. Elle était assez contente de le voir mais elle le cacha derrière un air calme. Intérieurement elle était curieuse de savoir quel était la raison de son énervement même si elle avait certains doutes à ce propos et surtout pourquoi il était venu chez elle ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]   Dim 13 Mai - 14:26

    Il laissa son regard se perdre autour de lui, à la recherche d'un indice qui saura lui expliquer pourquoi, diable, elle ne disait rien de plus qu'un simple « entre donc ». Se retenait-elle ? Ou n'avait-elle simplement aucune envie de lui répondre autre chose ? Cette guerre l'avait-elle épuisée à ce point, bien plus qu'il ne l'aurait pensé ? Il se calma quelque peu en la voyant si calme. Elle ne devrait pas se comporter de la sorte. Elle devrait sourire, rire et sauter. S'amuser. Être heureuse. Mais elle ne semblait pas avoir le cœur pour tout cela.
    Il entra. Ne trouvant rien pouvant satisfaire sa curiosité, il se rua vers le salon. Il retira sa veste dont la violence de la guerre avait laissé des traces et la jeta sans plus de cérémonie à ses côtés. Il prit son visage entre ses mains et soupira longuement.

    Oh, Macédoine, pourquoi donc ne veux-tu pas sourire ? Il releva sa tête et planta son regard dans le sien. Il fallait qu'il le capte, qu'il le garde tourné vers lui. Peut-être que ce regard lui en dirait bien plus que cet endroit, beaucoup trop commun, qui ne lui livrait aucune information sur son état.

    « Macédoine. Je… »

    Et les souvenirs revinrent. Tout d'abord, le pourquoi il était venu ici. Il était en colère contre ce traité. Et contre ce qu'il impliquait. Il fixa la dame nation. Celle qui aurait dû lui appartenir. Il aurait dû l'épouser aux sorties de la guerre, mais il n'en avait été rien à cause de ce fichu … Fichu … Fichu traité égalitaire. La restructuration de la Grande Bulgarie avait été perturbée. Et Serbie s'en sortait bien mieux qu'il ne l'avait espéré.

    « Je suis désolé. »

    Tout n'était que de sa faute. S'il avait eu le cran, ce culot-là, celui de hurler à tous qu'elle lui appartenait, quoiqu'ils en disent, peut-être bien qu'il … non, c'était ridicule. Les grandes nations étaient présentes. l'Angleterre, la Russie, l'Allemagne … Comment pouvait-il espérer se faire entendre ? Bon sang ! Il avait déjà pâti pour attirer leur attention. Et les dominer ensuite ? Utopie ! Balivernes !
    Que diable devait-il faire ? Il la fixait. Et la colère vint se mélanger avec cette mélancolie. Douce mélancolie disent les poètes. Oh, mais quels menteurs ! Elle n'a rien de douce, ils ne savent rien. Ils s'imaginent pourquoi la définir. Mais elle n'a rien de douce. Ni d'amère. C'est une acide mélancolie. Les larmes montent sans qu'on ne les attend. Lui les retenait. Il avait l'habitude. Un guerrier ne pleure pas, bon sang ! Les guerriers ne pleurent pas.
    Mais il avait ce goût qui hantait son palet, cette brulure dans la gorge jusqu'à l'estomac.

    « Ce n'est pas comme ça que j'avais envisagé les choses. »

    Parce qu'il n'avait rien envisagé. Rien. Il y était allé, tête baissée, se mentant sur sa force en se basant sur le choc que le scandale avait provoqué tout autour. Il avait choqué. Il était fort. Assez fort pour le faire partir de là.
    Sans Serbie et Grèce, qu'aurait-il fait ?

    La même chose. Strictement la même chose. Sans eux, il est tout. Avec eux, il n'est plus rien. Noyé dans une alliance qui ne peut le laisser s'épanouir en tant qu'Etat-nation. La Grande Bulgarie ne pouvait pas revivre.

    « Je te dois ta liberté. »

    Celle d'être mienne. Il n'osa pas le dire. Son regard, qui glissa des yeux de la macédonienne à ses épaules, à ses mains, traça cette ligne qu'il voulait retenir. Cette femme, il allait l'épouser. Qu'elle le veuille ou non. Qu'ils le veuillent ou non. N'était-il pas … Grand ?
    La Bulgarie ne se pliera pas. Il est fort. Et il la lui fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]   Mar 15 Mai - 11:31

    En le voyant se ruer vers son salon la macédonienne eut ce petit sourire, doux souvenir de leurs vie passée ensemble avant l’arrivée de l’ottoman. Doux souvenir de le voir se ruer vers sa cuisine réclamant à manger. Puis la réalité frappa, violemment, en le voyant jeter sa veste à ses côtés. Par automatisme, elle prit avec délicatesse ce manteau, comme ci elle avait peur que le tissu ne se dérobe sous ses doigts, puis elle alla l’accrocher dans la penderie de l’entrée. Quand elle revint près du Bulgare, ce dernier essayait de créer un contact visuel en plantant son regard dans le sien… Non. Lenka détourna les yeux. Non. Hors de question de montrer une faiblesse. Non … pas à lui. Pas à celui qui avait tant fait pour elle par le passé… Pas à cet homme qu’elle aimait plus que tout. Il n’en était pas question.

    Quand les mots d’excuses franchirent les lèvres du bulgare elle manqua de se relever avec violence pour lui dire que ce n’était pas de sa faute, mais elle se ravisa… Il voulait s’expliquer. Ce traité leur faisait mal à tous les deux. Elle avait mal parce qu’on s’était servi d’elle comme on se sert d’un mouchoir et on l’avait jeté déchiré… en 4 l’offrant pour une grande partie à Serbie, cette personne qu’elle ne supportait pas. Ensuite le bulgare continua expliquant qu’il n’avait pas envisagé cela comme ça… Mais qu’avait-il donc envisagé si elle lui était revenue, comme avant ? Qu’aurait-il fait si elle lui était revenue ?

    Elle eut presque un sourire mais la le bulgare commit l’erreur irréparable. Parler de sa liberté. Une liberté qu’il pensait lui devoir… les larmes de rage commencèrent à s’amonceler aux coins de ses yeux alors qu’elle se leva et gifla le bulgare, de son bras blessé. La douleur la plus insupportable était celle de voir Bulgarie ainsi, s’en vouloir pour quelque chose qu’il n’aurait pas pu changer, quoi qu’il fasse, même sa blessure, qui pourtant laissait passer du sang à travers le bandage, ne lui faisait pas aussi mal … elle n’était qu’une simple région. Les larmes coulèrent sans qu’elle ne puisse les retenir, son bras blessé elle le colla contre son cœur, comme pour essayer, en vain de le cacher, et ses yeux d’un bleu lagon, prirent tout à coup toute leur signification. On pouvait lire dans ce regard, qu’elle avait tant essayer de cacher, la peine d’avoir été livrés aux mains Serbes, la tristesse à propos ce traité, la douleur d’être éloigné, encore un peu plus de ce Bulgare, qui avait tant offert à son peuple par le passé, mais surtout cette petite flamme incompréhensible de douceur, malgré tout.

    Soudain, elle recula d’un pas, et mena la main de son bras blessé, pour caché sa bouche sous le coup de la surprise. Elle venait de gifler Bulgarie, et venait de s’en rendre compte. Elle s’avança tremblante, et prit le visage de l’homme face à elle entre ses mains, regardant si elle ne l’avait pas blessé. Macédoine n’était pas violente, elle ne giflait jamais personne, restait gentiment à sa place, obéissait à ce qu’on lui disait… Pour la première fois de sa vie, Lenka avait suivie ses impulsions et son cœur.

    « Je… je suis désolée … mais … je ne te permets pas … de dire ça »

    Permettre … Non. Elle lui interdisait de penser ça ! Il ne lui devait rien ! C’est elle qui lui devait tout ! Jamais personne n’avait fait ce qu’il avait fait pour elle, jamais personne n’avait pris le temps de venir chez elle pour discuter de la situation ou des guerres et jamais personne n’avait égalé le Bulgare dans son cœur. On aurait pu décrire cette situation comme un de ces tragédies grecs… ou des amis se quittent, s’éloignent puis se perdent à jamais. … Perdre Bulgarie… Perdre son seul véritable ami… Non.

    « Tu … tu ne me dois rien moi je te dois beaucoup. »

    La proximité du bulgare fut trop gênante et elle se recula, lâchant son visage et se rasseyant. Prête a encaisser la colère du bulgare pour cette gifle, cette proximité. Lenka s’était surpris… elle avait eut ce premier sentiment de ne pas être vouée à rester une région passive… elle s’en était même voulue d’avoir ce sentiment de ne pas vouloir perdre son seul ami, alors que Bulgarie était bien plus que ça. Il était celui avec qui elle aurait adoré faire un bout de chemin en plus. Même se marier pourquoi pas… le seul bémol dans tous ses projets fut ce maudit traité d’après guerre.

    « Tu n’y es pour rien… »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]   Aujourd'hui à 22:14

Revenir en haut Aller en bas
 

Et la Grande Bulgarie pourra renaître de ses cendres. [PV Macédoine/1913 - Entre-guerre balkanique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-