Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Les aventuriers du Graal perdu. [Jérusalem / futur proche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vatican
Admin à la bible ♫ Ossatueur de la mort qui tue qui fait très mal!



MessageSujet: Les aventuriers du Graal perdu. [Jérusalem / futur proche]   Dim 12 Fév - 23:21

    Cela faisait longtemps qu'il n'était pas retourné à Jérusalem, bien trop longtemps selon lui. Il avait souvent entendu parler de ce qu'il s'y passait, des bombardements et des choses plus ou moins sombres. Souvent revenaient les mêmes mots dans les bulletins infos sur le proche-orient, « bande de Gaza », « attentat » ainsi que tout un tas d'informations peu compréhensibles pour quelqu'un qui n'avait pas vu toutes ces guerres de ses yeux, en direct, et s'y était un minimum intéressé. C'était compliqué, tout ça, songea-t-il en passant de rue en rue, sans faire plus attention que ça à qui pourrait bien avoir une tête de terroriste.

    Parce que pour une fois ce n'était pas pour une nature politique qu'il venait à Jérusalem, parfois, il lui arrivait de songer à des choses complètement idiotes qui n'avaient qu'un rapport vaguement succinct avec ses activités habituelles, mais cette fois, oui cela n'avait que peu de rapport mais si, c'était infiniment sérieux. Sauf que cette fois, pas de gardes du corps, pas de gilets pare-balles et de sorties minutées, aujourd'hui il était inconnu, parmi tant d'autres. Pour l'occasion, il avait même fait main basse sur deux ou trois vêtements du placard de son frère, un pantalon assez large, sombre, des rangers, une veste et un maillot, à peu près de même couleur. Le tout était un peu grand mais restait agréable, au moins il ne se baladerait pas comme le pape si galeries nécessitant de ramper il y avait, il ne s'agissait pas d'une ballade au clair de la lune qui allait tout juste se coucher. Il avait laissé ses cheveux libres, si bien que les mèches sombres lui tombaient un peu devant le visage, devant ses yeux qui avaient un couleur un peu trop voyante d'une feuille d'arbre en plein printemps. Ainsi on ne le reconnaîtrait pas, ou du moins peu. Mais qui pouvait bien le reconnaître ici, maintenant...

    Jérusalem, 06:01, alors que les échoppes des bazars et les devantures des magasins s'ouvraient paresseusement et que l'appel à la prière commençait à résonner de la mosquée d'Al Aqsa, depuis seulement quelques secondes, le Vatican avait prévu de chercher le Graal.

    C'était une idée qu'il aurait trouvée complètement idiote s'il n'avait pas une confiance extrême en celui qui lui avait dit un beau soir, après lui avoir certifié que c'était sûr, qu'il avait le plan du premier Temple de Salomon. Et Fabrizio avait étudié ce plan, il en connaissait chaque ligne et chaque mot l'énervait au plus haut point dès qu'il le lisait désormais, sûrement le signe que l'info était rentrée. Bonne nouvelle, s'était-il dit en se dirigeant vers un lieu qu'il connaissait pour y être allé plusieurs fois au cours de ces derniers siècles. Plusieurs fois certes éloignées mais toujours marquantes, la première fois, il pensait simplement mourir, traversé par une flèche sarrasine alors qu'il cherchait à tenir les positions franques, c'était déjà … Oh, au moins neuf-cent ans auparavant, il se souvenait toujours des endroits où il avait été. Certes le vent de la mémoire avait érodé ces images marquantes dans son esprit, mais son corps tenait toujours pour acquis les réflexes qu'il avait eus ce soir là. Le dernier soir, en octobre, quand il avait vu la grand porte de la cité se faire submerger encore une fois par les hordes ennemies. Une trêve rapide, et ils étaient partis, payant leur propre vie pour s'enfuir, retourner en occident... Souvenirs, vieux et enfouis, comme ses réflexes qui étaient loin d'être encore réveillés. Il voyait une boule de pierre rouler hors d'une cache comme dans Indiana Jones, nan lui il courait pas, il aurait même pas le temps de se demander ce que c'était que déjà ce serait crêpe vaticane pour les rats, amen.

    Il avançait silencieusement jusqu'à son but, quoi qu'il fasse, il était toujours un peu à la bourre, en n'ayant pas su quoi emmener. C'était prévu pour six heures... un peu trop tard mais pas encore horrible, au moins il ne s'était pas paumé (c'était déjà pas mal parce que vu le temps qu'il n'avait pas foutu les pieds ici, ça aurait pas été du luxe). Il traversait rues et ruelles, jurant entendre cette musique qu'il avait entendue vaguement dans un des couloirs du Palais du Gouverneur, il y avait déjà si longtemps. Pour lui, elle était comme l'encens, comme le lever du jour au travers de toiles de lin, ou du couchant derrière des volets clos. Cet instrument qui ressemblait à une guitare dont le son l'avait fait bien rire la première qu'il l'avait entendu... Il pouvait en penser tellement de choses à ce jour... Nostalgie des choses perdues, calme placide d'une mer avant la tempête, ou le vol d'oiseau sur une ville encore endormie...

    Bientôt, la nation arriva sur une grande place, encore vide malgré l'heure... Il l'avait rarement vue vide, mais c'était pour cela que l'heure convenue était aussi matinale... Il ne devait se faire voir de personne, pas aujourd'hui.

    Du regard, il chercha le point de rendez-vous ainsi que Jérusalem qui devait probablement déjà l'attendre.

_________________
« Le vrai moyen d'être trompé c'est de se croire plus fin que les autres. »
La Rochefoucauld
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aventuriers du Graal perdu. [Jérusalem / futur proche]   Lun 13 Fév - 12:03

    4h30. Porte de Sion, quartier juif.

    Jérusalem se réveillait… il se douchait puis s’habillait de vêtements assez souples, un pantalon beige en tissus très souple et lui laissant la liberté nécessaire à une exploration, un t-shirt blanc, très salissant mais nécessaire si il ne voulait pas crever de chaud, des chaussures de marche d’une certaine marque aux pieds et une chemise beige à manches longues si jamais il avait froid dans les souterrains, gardant dans la poche arrière de son pantalon une paire de gants d’escalade au cas ou… On est jamais trop prudent. Sion prépara de quoi manger, si comme il le pensait, Vatican n’avait rien prévu ou n’avait pas su quoi emporté, au moins ce n’est pas de nourriture qu’ils manqueraient. La ville âgée de plusieurs millénaires relut encore une dernière fois le plan, tout en avalant sa tasse de thé, comme pour s‘assurer qu’il n’avait rien oublié. Préparant aussi de quoi boire, il rempli deux thermos, de thé et de café, ainsi que deux bouteilles d’eau. Répartissant le tout dans son sac. Un léger coup d’œil à l’horloge le fit soupirer longuement. Il n’était que 5 heures et il devait encore attendre une heure… Sion ne tenait pas en place, tellement il était nerveux. Il ne savait plus depuis quand il avait été aussi nerveux. Aussi il décida de prendre son sac et d’aller faire un tour dans les quartiers de la ‘vieille’ ville.

    5h30 dans le dédale des escaliers du quartier juif.


    Sion descendait et remontait des centaines de marches …. Il avait déjà été brûlé un cierge dans la basilique du Saint-Sépulcre. Un peu d’aide d’en haut ne leur ferait surement pas de mal, surtout pour éviter les pièges des ruines. Le blond aimait se promener dans ses rues au petit matin, ça lui faisait du bien autant physiquement que mentalement. S’arrêtant devant une demeure, il sourit un peu mélancoliquement, remettant ses lunettes. La demeure devant laquelle il s’était arrêté avait été la sienne, quand les croisades avaient commencé… tant de souvenirs étaient liés à cet endroit, des rires des pleurs et beaucoup d’émotion. Il salua certains habitants alors qu’un petit garçon courait vers la mosquée, marmonnant qu’il allait être en retard. Amusé Sion regardait le boulanger, sac sur le dos. Ce dernier lui tendit un paquet de certaines douceurs ; Il remercia le boulanger et fila. Regardant l’heure, à travers les verres de ses lunettes de soleil il se surprit… 5.45 … Encore au quart d’heure ?

    6.00 Mur des lamentations.

    Sion attendait assis comme à son accoutumé sur un tas de pierres… Avant il grimpait en haut de ses murs fortifiés et regardait, assis sur l’une de ses nombreuses portes, les armées arrivées. Sion était toujours prêt à les accueillir avec son sarcasme et sa désinvolture. Mais tout ça … c’était du passé. Redressant ses lunettes, passant une main dans ses mèches blondes Jérusalem attendait… Certes il aurait pu aller à la recherche du Graal seul… mais ça n’avait pas la même signification…Partir à la recherche du Saint-Graal avec Vatican, ça avait quelque chose de plus mystérieux et de plus aventureux. Pendant qu’il attendait Vatican, Jérusalem vérifia une dernière fois s’il avait tout. Boite de premiers soins, oui, corde de plusieurs mètres, oui, lampes de poches, oui, mousquetons et de quoi se sécuriser, oui, à manger, oui, à boire, oui, la carte, oui, de quoi se protéger, oui … On aurait pu croire que Jérusalem partait pour plusieurs jours de randonnée… Quand enfin il vit arriver Vatican, il lança un regard amusé à sa montre.

    « Tu es en retard Fabrizio » lança le blond avec un sourire en coin très amusé « Tu t’es perdu peut-être ? »

    Oui Sion aimait bien se foutre de la tronche de son cher ami, mais quoi qu’il fasse ou quoi qu’il dise… Si il n’avait pas Vatican, sa vie serrait bien morose. On aurait pu les qualifier comme un couple de vieux qui se gueulait dessus, mais quand l’un des deux n’était plus la, ils étaient perdus… C’est pour ça que Sion voulait partir à la recherche de ce foutu Graal avec Vatican. Simplement pour sa présence et puis après tout …. Ce Graal était une partie de leur histoire.
Revenir en haut Aller en bas
 

Les aventuriers du Graal perdu. [Jérusalem / futur proche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-