Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)   Mar 6 Déc - 18:32

Île de Man était en train de lire à la lueur de sa lampe de chevet. Au bout d'un moment, le jeune garçon tourna la tête pour jeter un coup d'œil en direction de sa fenêtre. Le soleil commençait à se coucher, un petit sourire se dessina sur son visage et regarda son chat qui était en train de dormir. Lankouëch décida d'en profiter pour se promener le long de la plage ou dans les rues.
Lankouëch quitta sa place, passa à côté du panier de son minet en marchant sur la pointe des pieds, pas qu'il détestait son matou, mais ce dernier avait tendance à devenir très collant. La petite île poussa un petit soupir, ouvrit la porte mais sentit quelque sauter sur son dos et grimper pour aller sur son épaule.
- Ether... Ce que tu peux être collant... Je ne vais pas me faire enlever, je veux juste sortir...

Ether se mit à miauler et se blottit un peu plus contre son maître pour bien lui faire comprendre, qu'il ne le quitterait pas d'une semelle. Lankouëch soupira, le jeune homme savait que quoi qu'il fasse, son animal ferait tout pour le suivre, aussi décida t-il de ne pas faire la guerre. Le garçon prit son panier et mit son chat dedans en lui faisant un petit sourire. Le duo quitta la maison, le jeune garçon se mit à courir pour voir le soleil se coucher dans la mer. Le jeune homme posa son panier pour que son minet puisse admirer la vue. Ce dernier afficha d’énormes yeux en voyant l’astre disparaître, pensant que c’était la fin, l’animal quitta son panier pour sauter dans les bras d’Île de Man. Le jeune homme se mit à sourire et serra son chat.
- Allons, allons, Ether… C’est juste un coucher de soleil, rien de grave…

Lankouëch continua de câliner son animal, et décida de se balader dans les rues de son île, en espérant qu’il ne ferait pas de mauvaises rencontres, comme des chiens errants, car le jeune homme n’avait aucune envie de se faire griffer. Au bout d’un petit moment le duo entra dans un quartier où la petite île n’avait pas vraiment l’habitude d’aller, la curiosité le poussa à continuer, même s’il sentait de nombreux regard sur lui. Après tout, le mannois n’avait peur de rien, seuls les nordiques pouvaient encore lui faire peur. Ether se blottit de plus en plus contre son jeune maître en poussant des petits miaulements, pour le prévenir qu’un danger pouvait survenir à tout moment. Un bruit se fit sentir près de lui, Lankouëch se retourna et scruta la rue. Le jeune garçon ne vit rien, son chat parvint à s’échapper des bras de son maître, le griffa sans faire attention au visage et s’en alla dans la pénombre. Île de Man porta sa main à son visage, et remarqua que du sang coulait de sa joue, au moins ses yeux n’avaient pas été touchés. Le garçon leva la tête et chercha son animal, mais avec la noirceur le mannois ne voyait pas bien loin, surtout avec les lumières qui crépitaient ou qui étaient sur le point de s’éteindre.
- ETHER ! CHEET ER ASH !*

Mais son chat ne revint pas. Lankouëch se mit à suivre la piste de son chat avec une peur au ventre. Le jeune garçon continua son chemin et sursauta lorsqu’une lampe vint à s’éteindre juste au-dessus de lui. Le mannois leva les yeux en direction du ciel qui était magnifique, mais le garçon secoua la tête, car il devait retrouver son minet à tout prix. Le mannois se souvint par quel miracle il l’avait trouvé. Lankouëch se baladait sous la pluie fine, le jeune homme adorait, car on lui avait dit que c’était excellent pour la santé. Un peu plus loin, Île de Man vit un carton complètement trempé
* Les gens sont vraiment sales…* *

C’est en s’approchant que le mannois vit une petite boule de poil complètement recroquevillée sur elle-même, en train de grelotter. Le jeune garçon eut pitié pour cet animal tout seul sous la pluie, aussi avait-il décidé de le prendre dans ses bras et de l’amener rapidement chez lui, histoire que l’animal puisse se réchauffer. Le lendemain Lankouëch avait décidé de faire le tour de son île pour demander aux différents villageois à qui appartenait ce chat, vu que tout le monde disait que ce n’était pas le leur, le mannois décida de l’adopter. Depuis ce jour, Ether et lui était devenu inséparables, et d’un coup le mannois se retrouvait seul abandonné de tous sans lui. Perdu dans ses pensées, le jeune garçon ne fit pas attention à la personne qui venait en face de lui. Le jeune garçon tomba à la renverse.
- Shiuish stainnaghey nagh gow arrey** ?

Lankouëch se frotta la tête et fut heureux de voir un visage connu dans cette ruelle peu accueillante.
- Roumanie ? Que fais tu ici ?

Le mannois était très heureux de le voir, aussi se leva et le serra contre lui en souriant. Puis, le garçon regarda son ami pour lui expliquer sa situation, surtout que le jeune homme n’avait aucune envie d’inquiéter son confident, surtout avec sa magnifique griffure à la joue.
- Tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureux de te voir. Je me baladais tranquillement avec Ether… Lorsqu’un bruit s’est fait entendre, mon chat a eu peur… Il a quitté mes bras en me laissant une jolie griffure sur la joue, et il est parti dans cette direction -dit-il en montrant d’un petit hochement de tête, la rue qui lui faisait face, puis il reporta son attention sur Roumanie et continua son récit - Tu ne l’aurais pas vu… ?

Si jamais son ami ne l’avait pas aperçu, au moins Lankouëch se sentirait moins seul à chercher, d’ailleurs il se demandait ce qui l’avait poussé à aller dans cette ruelle. Le jeune garçon desserra son étreinte et attendit tranquillement sa réponse.

Vocabulaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)   Mer 14 Déc - 16:02

Ce texte présente des flash-back, entre **......**




La journée qui s'était déroulée avait probablement été d'un calme plat, à tel point que le roumain n'avait aucun souvenir des instants passés. Il ne savait pas s'il avait fait beau, ou s'il avait plu, il ignorait encore plus ce que lui même avait fait.
Vladislaus ne se posait pas réellement de questions, tellement d'épisodes de sa vie avaient été effacés que s'il eut dû les rechercher, il y aurait passé plus que son temps. L'alcool et la mélancolie avaient fait assez de ravages pour qu'il ne puisse encore douter que la disparition de cette journée n'eut pas été de leur faute. Ce dont il avait mémoire était de s'être retrouvé ce matin chez son bon ami, le jeune anglophone, Lankouëch.

Assis dans son canapé, bien chez lui cette fois, une cigarette dans une main et un verre de vin dans l'autre, il tenta néanmoins de se souvenir.......


** Roumanie s'étira nonchalamment, et ne cacha pas son bâillement gargantuesque. Après tout, il était encore seul chez lui, qui aurait bien pu le juger ? Non sans se presser, il se rendit dans sa cuisine glacée, marchant pieds nus sur le sol de pierres lui aussi glacé, ouvrit son frigidaire plus que glacé et en sortit une boîte en argent qui lui brûla presque les doigts tellement elle aussi était glacée.
Vladislaus soupira, il en avait assez du froid de sa maison. Il en avait même assez de sa maison. En fait, pour être sincère, il en avait marre de tout. Il ouvrit la boîte et en sortit des petits morceaux de viande séchée qu'il mâchouilla brutalement en espérant refouler la colère qu'il sentait monter en lui.
Il détestait se mettre en colère, car il était alors vain d'essayer de le raisonner dans ses moments de délires et de fantasmagorie. Il ne contrôlait plus rien, ni ses mains, ni ses mots, ni son souffle amer, ni même les battements violents que son cœur arrachait à sa poitrine, faisant pulser le sang tellement vite qu'il hurlait en lui, jusqu'à son encéphale embrumé de haine.
La boîte vola à travers la pièce pour se fracasser dans un bruit métallique contre l'un des tableaux au mur, qui se détacha et tomba au sol. Le tableau, aux couleurs vives qui représentait un champ de blé au soleil couchant, oscilla sur la tranche un instant, avant de glisser face cachée. Roumanie contempla vaguement la scène, puis tourna les talons et s'enferma dans sa chambre.
Personne ne sait ce qu'il y fit, pas même lui même. **


Le tzigane tira sur sa cigarette et souffla vers le plafond. Il noya ses yeux dans la fumée, traversée ça et là de rayons lumineux. Comment avait-il pu se laisser aller à ce point, brisant le tableau. Le tableau...seul reste encore saignant de sa meilleure dualité. Les instants où son cœur, cette fois ci, ne le blessait pas. Il soupira, puis toussa. Il se racla la gorge, but du vin qu'il fit passer entre ses dents, mousser un peu sur sa langue, avant de le laisser couler au fond de son être. Il but encore, et encore, il s'endormit dans son fauteuil, ne remarquant pas qu'il avait brisé le verre qu'il tenait dans la main.
Le sang coula lentement, pour finir dans une petite flaque déjà rouge de vin.


**Roumanie ouvrit la porte de son manoir de Frozen Hell.
Emmitouflé dans sa cape, il se livra au vent hurleur. Il ne savait pas où il allait, mais marchait d'un pas constant sous les lumières électriques et grésillantes. Il eut l'impression de longer éternellement les mêmes murs gris et tristes, de marcher sur les même pavés glissants, de respirer le même air et de croiser les mêmes gens, ceux qui vous dévisagent impoliment, comme si vous étiez sorti d'un zoo de curiosités.
Il n'était toujours pas calmé de sa colère, et dû se retenir ardemment pour ne pas sortir les crocs, au sens propre comme au sens figuré. Il marcha encore, pour se retrouver il ne savait où, dans un bar mal famé pour ivrognes en manque d'amour, ou surtout, en manque d'alcool. Il commanda à une serveuse digne d'un film pornographique à petit budget, une bouteille de pinot noir, qu'elle lui tendit avec un clin d’œil à faire frémir les morts. Le vin, ou plutôt le jus de chaussettes tout à fait répugnant avec une vague couleur bordeaux, eut vite fini de l'achever. Mais pas assez pour qu'il ne puisse plus redemander encore une bouteille, puis une autre, et encore une autre...Peut être même encore deux ou trois.
Mais à ce stade, le nombre n'était plus qu'un détail.
Ce dont il se souvint ensuite parfaitement ne mérite pas d'être écrit et raconté ici, disons juste que ce qui semblait être du rouge à lèvres de mauvais goût avait malheureusement tâché le col habituellement immaculé de sa chemise.
Lorsqu'il revint à peu près à lui, étrangement de retour dans la rue, par un miracle divin probablement, il s'assit au sol, pour reprendre ses esprits, et en profita pour détailler les lieux. Il n'était plus à Frozen Hell, des murs de briquettes rouges l'entouraient, et au dessus de lui flotait le pavillon du Royaume Unis.
La nuit commençait à tomber, ce qui le troubla fortement, vu qu'il se souvenait d'être sorti de chez lui alors qu'il faisait déjà nuit noire. Il ne réalisa pas qu'une journée s'était déjà écoulée. Il bailla, et les yeux mi clos crut reconnaître qui venait par là, un jeune garçon avec un chat dans les bras. Il se leva, fut obligé de se tenir au mur, pris de violents vertiges et s'avança prudemment. Le sol tanguait, les murs voguaient, lui donnant envie de vomir, sa tête bouillonnait et son cœur, lui, faisait tellement peu de bruit qu'on eut cru qu'il n'y était plus.
La voix du garçon retentit dans le crane de Valdislaus comme le hurlement d'un vampire qu'on aurait empalé sur un pieu béni.

-ETHER ! CHEET ER ASH !

La voix résonna longuement dans sa tête, avant qu'il ne puisse se remettre à avancer. Au moins cela avait eu le mérite de lui secouer les idées, et il remercia silencieusement le ciel d'avoir créé Lankouëch, et s'apprêta à accélérer le pas pour le rejoindre...lorsqu'il fut heurté aux jambes par on ne sait quoi de poilu et qu'il s'étala de tout son long, plutôt long d'ailleurs, sur le sol sale, un peu boueux aussi et probablement micro-biologiquement dangereux.
Vladislaus se releva hâtivement, espérant que personne ne l'eut vu, ne prit pas la peine de s'épousseter, et reprit sa marche vers l'anglophone. Un peu trop violemment peut être, car, ayant mal évalué la distance, il le heurta sans que mal ne lui soit fait, mais projetant le petit au sol qui débitera quelque chose d'incompréhensible, avant de le reconnaître.

-Roumanie ? Que fais tu ici ?

Avant qu'il n'eut le temps de penser à répondre, le roumain se fit serrer par les bras du garçon, qui tout sourire, devait être particulièrement heureux de le voir. Allez savoir pourquoi, Lankou semblait toujours content de voir Roumanie, bien que ce dernier ne fusse pas d'une exceptionnelle et très aimable compagnie.

-Tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureux de te voir. Je me baladais tranquillement avec Ether... Lorsqu'un bruit s'est fait entendre, mon chat a eu peur... Il a quitté mes bras en me laissant une jolie griffure sur la joue, et il est parti dans cette direction. Tu ne l'aurais pas vu... ?

Pourquoi fallait il que la voix de son ami lui donne si mal au crâne ? Et pourquoi diable fallait il seulement qu'il ne parle ? Roumanie le fixa, alors que le petit le libérait de son étreinte et le regardait avec cet air qui dit « J'attends que tu répondes ». Le roumain se pinça l'arrête du nez, et se mit à réfléchir du mieux qu'il put. Avait il vu le chat ? Avait il vu....le chat... ? ...le chat... ? ...chat...

-Pisică ? DA ! Stradă !

Roumanie montra du pouce par dessus son épaule, la rue sombre de laquelle il venait et où le chat l'avait bousculé. Mais pourquoi Lankou l'embêtait il avec ce chat... Et pourquoi donc faisait il une tête qui prouvait qu'il n'avait pas compris ce qu'il avait dit...Dans un soupir, le roumain répéta sa phrase.

-Le chat ? OUI ! Dans la rue !... Je l'ai croisé je pense, il été pressé tu sais ? Peut être avait il un rendez vous urgent, il faudrait le laisser, le pauvre, il a besoin d'indépendance. Même s'il faut admettre qu'il a été impoli. Me faire tomber, quand même, c'est assez barbare comme méthode pour demander de laisser le passage libre...

Roumanie continua sa phrase avec des borborygmes en tout genres, et aussi incompréhensibles qu'un chinois qui parlerait grec à un russe, avant de se taire et de fixer le jeune homme avec un grand sourire Colgate. Le roumain ne comprenait pas comment on pouvait accorder autant d'importance à un chat, et comment on pouvait être aussi possessif. Après tout, le chat était probablement majeur et vacciné ! Où irait le monde si la tranche de population la plus mature n'avait plus le droit d'aller se promener dans les ruelles sombres et apparement puantes des bafonds de Grimm's Place au beau milieu de la nuit ! Mais Roumanie, en son âme charitable et très alcoolisée, eut un élan de conscience et d'altruisme.

-Si tu veux, mon petit, je puis t'aider à le chercher, et à le trouver. Même s'il court vite. Et que nous ne savons ni où il est allé, ni où il va en ce moment, ni même ce qu'il fait, pense et dit, ni même ce qu'il regarde ! Imagine que nous le retrouvions en train de lécher la patte d'une conquête ? Le pauvre sera immensément gêné ! Ce n'est pas décent, pas décent du tout...

Roumanie hocha la tête de gauche à droite de manière frénétique, comme pour appuyer la véracité pourtant douteuse de ses propos, et reprit plus fort.

-Et puis d'ailleurs, qu'est ce que tu fiches ici toi ? Hein ?! Errer la nuit en solitaire...Whooo ça fait peuuuur tu sais ! On ne sait jamais sur qui on peut tomber...

Vladislaus se lança dans une pitoyable imitation d'un fantôme, ce qui lui fit tourner la tête et le força à se tenir à l'épaule de Lankouëch. Un autre moment de lucidité survînt, et une petite voix, peut être celle de sa Conscience, lui glissa à l'oreille qu'il serait bon d'arrêter de boire au moins jusqu'à Noël. Roumanie secoua la tête, comme pour chasser la voix, ce qui lui redonna un vertige, réajusta sa cape et plongea son regard dans celui du garçon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)   Mar 20 Déc - 18:08

(Attention, ce RP comporte des parties avec le chat de Lankou en mode italique)

Lankouëch regardait son ami qui ne semblait pas être très en forme. Le garçon le regarda tranquillement en jetant quand même des petits coups d'œil en direction de la ruelle au cas où s'il voyait le museau de son chat, ou au mieux son ombre.
* Si seulement je lui avais acheté un grelot, j'aurais facilement su où il se trouvait... J'espère qu'il ne fera pas de mauvaises rencontres... *

C'est alors que la voix de son confident le tira de ses songes, la petite île hocha la tête sur le côté, car il ne comprenait pas un mot de ce que lui disait le roumain. Île de Man savait que sa langue était assez difficile, mais il ignorait que d'autres langues pouvaient être pires que la sienne. En voyant son expression, Roumanie reformula sa réponse, histoire qu'Île de Man puisse comprendre.
Le chat ? OUI ! Dans la rue !... Je l'ai croisé je pense, il été pressé tu sais ? Peut être avait il un rendez vous urgent, il faudrait le laisser, le pauvre, il a besoin d'indépendance. Même s'il faut admettre qu'il a été impoli. Me faire tomber, quand même, c'est assez barbare comme méthode pour demander de laisser le passage libre...

Lankouëch savait que son chat avait surtout eu aussi peur que lui, mais le petit préféra garder le silence. De plus, Ether était seulement âgé de trois mois, enfin... Selon ses souvenirs, vu qu'il l'avait trouvé en Octobre dernier, car la petite île n'avait mis aucune date dessus, ce qui l'attristait profondément, d'ailleurs il se demandait bien à quel âge il pouvait le vacciner, heureusement qu'il avait eu la bonne idée de le tatouer dès qu'il avait reçu. Au moins, si une personne le retrouvait, l'individu pourra facilement retrouver son propriétaire, sauf si l'inconnu lui coupe l'oreille, ce que Lankouëch ne voulait en aucun cas. La petite île n'avait pas écouté la suite, car le jeune garçon ne voulut faire aucun effort pour comprendre la langue de son ami, surtout sans l'avoir étudiée au préalable, puis le mannois lui fit un petit sourire.
- Tu sais... Si je le revois, je lui dirais de se faire pardonner... Et si tu veux, tu pourrais le garder quelques temps chez toi, enfin... Pas sûr qu'il veuille, il faut dire qu'il ne te connait, pour ainsi dire, pas du tout... En tout cas, sois sûr que je lui ferais la morale...

Lankouëch lui fit un petit sourire, suite à ses paroles, même s'il savait que la première chose qu'il ferait en voyant son chat serait de le câliner, de s'excuser un bon nombre de fois ainsi que de lui lire une histoire, au coin du feu.
- Si tu veux, mon petit, je puis t'aider à le chercher, et à le trouver. Même s'il court vite. Et que nous ne savons ni où il est allé, ni où il va en ce moment, ni même ce qu'il fait, pense et dit, ni même ce qu'il regarde ! Imagine que nous le retrouvions en train de lécher la patte d'une conquête ? Le pauvre sera immensément gêné ! Ce n'est pas décent, pas décent du tout...

Lankouëch détestait par-dessus tout qu'on le traite de "petit", car il se trouvait grand et assez mature, mais le mannois ne le dirait jamais à son seul et unique ami. La petite île se creusa la tête, car bien entendu, le garçon ne s'était guère renseigné sur les stades amoureux des chats, car dans sa petite tête c'était dans les alentours de deux, trois ans, mais peut-être que c'était plus tôt. Puis en voyant l'expression du roumain, le jeune homme se dit qu'il valait mieux rentrer chez lui pour le moment et de reprendre plus tard les recherches, au moins quand il ferait jour. Lankouëch sursauta quand Roumanie reprit la parole.
- Et puis d'ailleurs, qu'est ce que tu fiches ici toi ? Hein ?! Errer la nuit en solitaire...Whooo ça fait peuuuur tu sais ! On ne sait jamais sur qui on peut tomber...

Île de Man aurait presque rigolé quand son ami fit une pâle imitation d'un fantôme, si ce dernier ne s'était pas appuyé sur l'épaule de Lankouëch. Le jeune garçon le regarda, et lui fit un petit sourire.
- On va rentrer chez moi, je pense qu'on prendra les recherches plus tard...

Lankouëch marcha en direction de sa maison en jetant quand même des coups d'œil derrière lui, au cas où s'il voyait une ombre courir à sa rencontre, ce qui n'était nullement le cas. Le garçon baissa tristement la tête, et répondit aux questions de son ami.
- Ce que je faisais là-bas? Disons... Que je l'ignore moi même, je ne connaissais guère ce quartier, alors... J'ai voulu le visiter, et puis... Tu sais très bien que je n'ai peur de personne... Sauf des nordiques, même si je ne le montre pas souvent... Car j'essaye de cacher cette terreur...

Le chat avait couru le plus loin possible de son jeune maître, chose qu'il faisait rarement vu qu'Ether ne le quittait pas d'une semelle, mais tout d'un coup, l'animal se trouva dans une voie à sens unique, et c'est à ce moment là qu'il se rendit compte qu'il avait abandonné Lankouëch. Le minet poussa des petits miaulements de tristesse, en espérant que son maître l'entende, surtout s'il était parti à sa recherche. C'est alors qu'un groupe de minets vint vers lui, pas l'air super commode. Ether leva la tête, les vit. En voyant leur air, le chat se mit sur ses quatre pattes, fit le gros dos, montrant les dents et sortit ses griffes. Le chaton espérait que son maître ne lui en voudrait pas trop.

Pendant ce temps, le duo arrivèrent devant la maison d'Île de Man. Le garçon ouvrir la porte. La maison était assez simple et dégageait une certaine chaleur, déjà par les nombreux meuble en bois, ainsi que le papier peint en rouge légèrement passé. Lankouëch fit asseoir Roumanie sur le canapé à côté de la cheminée, et fila dans la cuisine pour préparer un bon thé chaud, en espérant que son ami aime. Puis, le regard de la petite île alla sur sa magnifique bouteille de vin de pomme de terre*, une spécialité de son pays, mais le garçon se demandait si Roumanie allait pleinement apprécier. Mais ne voulant faire aucune bêtise, Lankouëch continuait son thé et l'apporta à Roumanie.
- J'espère que tu aimes le thé... Sinon j'ai bien du vin, mais... Je ne pense pas que tu vas apprécier...

Île de Man s'assit à côté de son ami et fixa la porte. Espérant voir surgir son chat, ce qui ne fut nullement le cas, puis le jeune garçon regarda son ami.
- Au fait... Que faisais tu dans cette ruelle...?

La bataille faisait rage, Ether avait été blessé à de nombreux endroits, mais tenait encore bon face à ses ennemis qui se faisaient de plus en plus nombreux. Puis, le chat regardait autours de lui pour trouver un moyen de s'échapper, car son seul refuge était la maison de Lankouëch. C'est alors que le matou vit une poubelle, qui pouvait le faire passer derrière ses assaillants. Le minet courut dans la direction de la benne, sauta dessus, en descendit et galopa jusqu'à en perdre haleine, mais l'animal avait perdu tellement de sang qu'il chuta après avoir fait quelques mètres. Le groupe pensa qu'il était mort, aussi se mit il à partir dans plusieurs directions. Au bout d'un petit moment d'attente, Ether se redressa sur ses pattes et marcha en titubant. Puis s'écroula de nouveau.

Vin de pomme de terre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)   Aujourd'hui à 21:16

Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit peut cacher des surprises (PV Roumanie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-