Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 6 Nov - 11:50

(Moi et mes titres é_è)

Lankouëch dormait à poings fermés ce matin là, le soleil arriva à percer un pan du rideau et caressa doucement le visage endormi du mannois qui se réveilla en sursaut. Île de Man regarda son réveil qui indiquait neuf heures. Heureux, le garçon prit un livre et commença sa lecture. Au bout d'un certains temps, le jeune homme se souvint que son frère lui avait dit qu'il devait faire les courses. La petite île pesta contre lui, se leva, s'habilla en vitesse et quitta la demeure. Sur le chemin, il ne pouvait s'empêcher de regarder les personnes qui avaient déjà sorti les manteaux d'hiver. Lankouëch se mit à sourire intérieurement. Lui s'était juste contenté de mettre sa nouvelle cape, qui était bien chaude. Le mannois aperçut une boutique et s'y dirigea le cœur léger. Tout d'un coup, au loin, le garçon vit une silhouette qu'il n'avait encore jamais rencontrée dans son quartier et encore moins chez les américains.
* Mais... Qui est donc cette personne... Peut-être qu'il s'est perdu... * Pensa Lankouëch.

Piqué par la curiosité le jeune homme alla en direction de l'inconnu, mais dès qu'il reconnut un des nordiques, le mannois afficha un air de dégoût, tourna les talons et alla en direction du magasin, en jetant quand même un petit coup d'œil par-dessus son épaule, pour voir si la personne le suivait. Île de Man rentra dans la boutique et s'empressa d'acheter la nourriture. Dès qu'il sortit de la supérette, le garçon regarda de tous côtés, car il ne voulait pas tomber sur un de ses ennemis. Ne voyant personne, Lankouëch poussa un petit soupir et marcha joyeusement en direction de sa maison, en espérant du plus profond de son cœur qu'il ne ferait aucune mauvaise rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 6 Nov - 13:52

Nataniel s’était assis sur un banc, fixant ses chaussures d’un œil vitreux. Le froid lui mordait les joues, mais il n’en avait que faire, habitué qu’il était à la fraicheur du matin. Ses mains, enfoncées dans les grandes poches de sa veste de mi- saison, tripotaient nerveusement son téléphone portable et son paquet à moitié vide de réglisses. Il avait rendez-vous ce matin là chez Arthur, et était, comme d’habitude, bien trop en avance.

Il attendait donc que ça soit l’heure, en regardant les rares passants matinaux aller et venir devant ses yeux. L’islandais n’avait pas emmené son oiseau, et sentait le vent dans ses cheveux habituellement couverts par un macareux un peu trop lourd pour son crâne. Il se sentait un peu seul sans Mr. Puffin pour lui faire la conversation, mais il n’avait pas vraiment envie que le macareux attaque l’anglais, alors qu’il venait pour une visite de courtoisie. Fallait pas redéclencher une guerre quoi.

Nataniel regarda sa montre et constata qu’il était dix heures moins dix. Autrement dit, il lui restait dix minutes pour arriver jusqu’à chez l’anglais. Il se mit donc en route et alla sonner à la porte du britannique. Il attendit quelques instants, tapant presque du pied. Son portable se mit alors à brailler dans sa poche. Il sortit l’appareil et constata qu’il avait reçu un nouveau message.

« France est venu à l’improviste, j’arrive pas à m’en débarrasser. Remettons ce thé à plus tard. Désolé. »

Nataniel soupira. Il s’était déplacé jusqu’à Grimm’s place pour rien alors. Il renfonça les mains dans ses poches et marcha jusqu’à la rue commerçante. S’il était là, autant en profiter pour flâner dans les rues. Il trouverait peut-être des cadeaux de Noël pour les autres. Il s’y prenait certes tôt, mais au moins il n’aurait pas à subir le rush des derniers jours avant Noël où tout l’monde panique parce qu’il n’a pas trouvé de cadeaux pour ses amis, sa famille. Même si Tino faisait le père Noël, Nataniel aimait bien offrir des choses aux gens qu’il affectionne.

Il flânait donc, répondant au passage aux quelques sms de Jens qui devait décuver dans un coin, vu les énormités qu’il lui envoyait. L’islandais s’arrêta à un café et commanda un chocolat chaud, histoire de se réchauffer. Il finit vite la boisson chaude, laissa un peu de monnaie sur la table et repartit affronter le froid, enfouissant ses joues rougies dans son épaisse écharpe de laine.

Nataniel ne regardait pas vraiment où il allait. Il regardait plutôt à droite et à gauche contemplant les vitrines, certaines étaient déjà décorées pour les fêtes de fin d’année, drôle d’idée. C’était toujours comme ça avec les commerciaux, il fallait toujours qu’ils exagèrent tout. Bientôt on fêterait Noël le lendemain d’Halloween…

Pris dans ses réflexions et dans sa contemplation de vitrines, l’islandais ne remarqua pas qu’il se dirigeait droit vers un inconnu qu’il percuta de plein fouet (bon, c’était pas la grosse collision style Grand Theft Auto, mais une collision quoi), reversant ce qui était apparemment un sac de courses que tenait l’inconnu.

« Oh pardon ! Désolé, je regardais pas où j’allais ! » s’excusa l’islandais en s’empressant de ramasser le sac et de lui tendre avec un air désolé

Il observa un instant celui qu’il avait bousculé, il lui disait vaguement quelque chose, mais il n’arrivait pas à mettre un nom sur son visage.


Dernière édition par Islande le Dim 6 Nov - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 6 Nov - 16:11

Lankouëch était perdu dans la contemplation des vitrines animées, le garçon était quand même étonné que les décorations de Noël arrivent aussi vite, mais il faut dire que le mois fatidique avançait rapidement. Le mannois se demandais bien ce qu'il pourrait offrir à l'élue de son cœur, il doit bien se l'avouer qu'il ne lui avait toujours pas posé la question, et d'un autre côté il n'osait pas, de peur de la froisser ou d'avoir comme style de réponse : "Je t'assure que je n'ai besoin de rien". Île de Man avait encore le temps d'y réfléchir et au pire, il pouvait toujours lui envoyer un message. D'ailleurs il sentit ce dernier vibrer dans sa poche, il le prit et l'ouvrit. C'est son frère qui lui écrivait pour lui annoncer qu'il ne devait pas rentrer tout de suite. Le garçon se disait qu'Arthur avait encore brûlé la cuisine, combien de fois devait-il lui dire de faire attention et surtout de bien lire les modes d'emploi. La petite île fit descendre son regard au niveau des sacs de provisions qui commençaient à peser. Lankouëch levait les sourcils et entreprit de faire du lèche vitrine. Le garçon ne put s'empêcher d'afficher un magnifique sourire devant certaines vitrines, bizarrement il avait l'impression de retrouver sa part d'enfance qui lui avait été volée, au moment où il était encore un enfant sans défense et qui ne demandait que de retrouver ses terres. Île de Man secoua la tête, il ne fallait pas qu'il repense au passé, ce qui était important pour le moment c'était le présent et l'avenir qui commençait à se dessiner. Puis, tout d'un coup une pensée lui traversa l'esprit. Le garçon avait enfin trouvé son idée de cadeau et il était persuadé que l'élue de son cœur n'en avait jamais eu de plus beau. Il se fit la promesse de l'écrire sur un papier, bien rangé dans sa boîte à souvenirs pour ne pas l'oublier.

Lankouëch quitta la vitrine et marcha avec cette idée en tête, tellement ancrée qu'il ne fit pas attention à la personne qui le percuta de plein fouet. Île de Man se retrouva assis sur le sol, murmura une tonne de paroles dans sa langue natale, puis leva la tête pour gronder l'inconnu. C'est alors qu'il remarqua que c'était un de ses ennemis, un de ceux qui lui avaient mené la vie dure durant son enfance. Le mannois voulut répondre, mais l'islandais fut le plus rapide.
- Oh pardon ! Désolé, je regardais pas où j’allais !

Bon, déjà, il était désolé, mais malgré ce comportement la colère de Lankouëch ne désemplissait pas. Et pire que tout, vu qu'il était tombé, son sac de provisions avait fait de même. Le garçon n'osa même pas regarder dans quel état se trouvait les œufs, sûrement qu'ils étaient réduits au tas de coquilles cassées et que tout le contenu s'était répandu dans le sac. La colère de son frère allait être terrible s'il rentrait dans cet état, mais déjà il fallait qu'il réponde à cette personne. Lankouëch se leva et laissa l'inconnu ramasser son sac pour le lui rendre. De toute façon le mannois savait déjà qu'il devait retourner à la supérette pour tout racheter. Décidément cette journée avait très mal commencé pour lui.
- La prochaine fois regardez où vous allez!

Lankouëch n'avait pas changé son regard empli de haine à l'égard de la personne, qui s'était pourtant montré courtoise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 6 Nov - 18:07

Nataniel était certain qu’il avait déjà vu ce garçon quelque part, mais où ? Il n’arrivait pas à se souvenir qui il était, où il l’avait rencontré auparavant, dans quelles circonstances, avec qui... Bref, des indices qui pourraient le renseigner sur l’identité de l’inconnu dont il avait apparemment ruiné les provisions.

Faut dire que ce genre de mésaventure arrivait souvent à l’islandais. Non pas qu’il était gauche ou particulièrement maladroit, mais il avait le don de faire la petite connerie qui fallait pas au moment où il ne fallait pas. Un véritable magicien de la bêtise. Puffin se moquait souvent de lui à cause de ça. Jens aussi. Même son frère le taquinait sur ses idioties. Au moins, ça mettait l’ambiance, quelque part.

D’ailleurs, son portable vibra dans sa poche. Il soupira et l’ouvrit, constatant qu’il avait reçu un sms de Jens qui lui disait d’appeler Aleksander de sa part. Ni pourquoi ni merde. Ouais bah il attendrait un peu hein, y’avait pas écrit « secrétaire » sur son front. Déjà qu’il avait failli envoyer valser quelqu’un qu’il ne connaissait pas, il n’allait pas en plus passer pour un accro du téléphone. Il rangea l’appareil et se tourna de nouveau vers l’inconnu.

L’islandais fut étonné du regard haineux que lui lançait l’autre. Quoi ? C’était un crime de ne pas regarder où on marchait maintenant ? Certes il n’avait pas été très doué sur ce coup, mais ce n’était pas la peine d’essayer de l’assassiner avec les yeux hein. Nataniel déglutit. Il n’aimait pas ce genre de comportement, c’était trop… Trop comme les pirates. Comme ces enflures qui l’avaient pillé et massacré durant son adolescence. Trop de haine pour un peuple qui n’avait rien demandé.

"La prochaine fois regardez où vous allez!"

Nataniel perdit son sourire. Immédiatement. Nan mais, c’était la fête à mémé ou quoi ? C’est bon il s’était excusé hein. Et puis c’est pas comme s’il l’avait envoyé dans le décor ! L’islandais se dit que l’inconnu devait vraiment être de mauvais poil, ou d’une sacrée impolitesse. Les anglais étaient pourtant réputés pour leur courtoisie. Il était quoi lui au juste ? Même Peter était moins teigneux que ce gars là (oui, parce qu’Islande bouscule souvent Sealand, pas sa faute).

« Oui bah désolé hein. C’est pas la peine d’être aussi désagréable. J’ai pas fait exprès. » fit l’islandais, un peu énervé par l’attitude de l’inconnu

Il avait la désagréable impression que l’autre avait bien envie de lui en coller une. Mais il n’arrivait pas à saisir pourquoi. Ce n’était certainement pas à cause de la bousculade, il y avait autre chose là-dessous, Nataniel en était sûr, mais alors quoi ? C’était la question à cent balles du jour. Pas de bol, l’islandais n’avait pas cent balles en poche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 6 Nov - 20:40

Lankouëch regarda l'islandais prendre son portable, le mannois ne put s'empêcher de croiser les bras, car pour lui ce n'était pas une attitude à avoir devant une personne. Quand on est avec quelqu'un, on laisse tomber le portable. C'est alors que le nordique rangea l'appareil dans sa poche, déjà un bon point au niveau d'Île de Man, même s'il en demandait plus. Déjà, une question le taraudait, pourquoi Nataniel était ici, alors que son quartier est beaucoup plus loin. Peut-être qu'il est venu faire une inspection pour s'emparer d'un nouveau territoire, mais cette fois-ci la petite île n'allait pas se laisser faire.

L'islandais parut étonné face à son regard, comme si le nordique allait s'attendre à un magnifique sourire, ou un regard neutre des plus normaux. Lankouëch aurait bien rigolé sur le moment, tellement l'expression n'était pas appropriée, normalement il aurait dû lui lancer un regard tout aussi haineux que le sien. Bizarrement, Nataniel, avait dû oublier ce qu'il fallait faire.

À la suite de sa réponse, le mannois vit que l'islandais commençait à comprendre l'étendue des dégâts, non pas matérielle, Lankouëch s'en moquait un peu de ses courses, ça ne le dérangeait nullement de les refaire, mais c'est bien au niveau affectif, même amour propre où il a été le plus profondément touché. Oh! Qu'il rêvait de le mordre jusqu'au sang, mais il retint tout de même son geste, trop de personnes aux alentours le connaissaient sous le trait d'un non-violent. Et puis son frère dirait quoi s'il le voyait entrer avec des vêtements en lambeaux, tâché de sang? La petite île risquerait l'emprisonnement dans sa chambre, jusqu'à ce qu'Arthur décide de la fin de la sentence. Pour le moment, il garda sa part ténébreuse bien enfouie dans son cœur, il ne la sortirait qu'au moment propice. C'est alors que l'islandais répondit, pourtant Lankouëch n'attendit aucune réponse, à part un simple: "Désolé d'être en territoire ennemi", mais cette affirmation suffisait pour clouer Lankouëch sur place.
- Oui bah désolé hein. C’est pas la peine d’être aussi désagréable. J’ai pas fait exprès.

Pas fait exprès? Ce qui veut dire qu'il n'a pas fais exprès de le martyriser durant son enfance, à moins qu'il parlait de son sac de provisions qui était bon à mettre à la poubelle? Île de Man n'osa pas lui poser la question, car il pourrait le faire passer pour un ignorant et, Lankouëch, savait que les nordiques détestaient l'ignorance. Il fallait juste qu'il le lui dise sous forme de devinette, peut-être en disant son nom? Non! Impossible, le mannois était persuadé que l'islandais l'avait reconnu, après tout comment oublié quelqu'un qui avait des yeux de couleurs étrange. La petite île avait regardé chaque individu, et il était le seul a avoir ces yeux particulier, donc pas question qu'il lui révèle son identité, même si l'autre personne pouvait feindre facilement la surprise.
- Pas fait exprès? Maintenant tu regrettes ton acte passé? Non, je ne parle pas du sac de provisions, vu que je m'en moque un peu... Je parle d'autre chose... Tu dois bien t'en souvenir, non?

Lankouëch n'avait pas changé son regard. Son côté ténébreux voulut sauter au cou de l'islandais, mais Île de Man arriva à le contrôler, ce n'était pas encore le bon moment. La petite île attendit tranquillement que la personne devant lui fasse le premier pas, et à ce moment là il le mordra, comme il l'a fait à cette époque. Certes, il avait fait une promesse à sa famille, mais la portée était trop tentante, mais bon... Pour le moment, le garçon prenait son mal en patience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Lun 7 Nov - 13:06

Nataniel était franchement partagé face à cet inconnu qui avait l’air prêt à lever la main sur lui. Partagé entre une gêne, due au regard inquisiteur du garçon, et un certain agacement, du au comportement pour le moins désagréable de son interlocuteur. L’islandais n’était pas particulièrement violent ou quoi, mais il ne fallait pas tester son sang froid trop longtemps non plus.

Il cherchait toujours à savoir qui était ce garçon en face de lui. L’autre avait l’air de le connaître, vu les regards qu’il lui lançait. A moins que l’autre fasse ça avec tous les gens qu’il croisait ? Nan, quand même pas, si ? Ca faisait beaucoup de questions dans la tête de l’islandais qui n’aimait pas vraiment ne pas être au courant de quelque chose. Il avait une capacité de compréhension plutôt limitée, alors il lui fallait des explications claires, nettes et précises. Ce qui n’était pas chose facile quand on avait Aleksander pour grand frère : le norvégien n’est pas quelqu’un de très loquace.

- Pas fait exprès? Maintenant tu regrettes ton acte passé? Non, je ne parle pas du sac de provisions, vu que je m'en moque un peu... Je parle d'autre chose... Tu dois bien t'en souvenir, non?

… Bug.

Là, le cerveau islandais avait pété un fusible. Trois phrases voulurent sortir de ses lèvres à cet instant : « Quoi ? », « T’as fumé ? » et « … Je ne comprends pas. ». Laquelle choisir ? Nataniel referma la bouche, vu l’état d’énervement apparemment avancé de l’inconnu, il valait mieux éviter de le faire passer pour un crétin ou de passer lui-même pour un crétin.

Bon, maintenant, il savait qu’il l’avait bien déjà rencontré. Qu’il le connaissait. Et qu’il lui avait vraisemblablement fait quelque chose de mal. Enfin, il avait fait quelque chose qu’il était censé regretter. Sauf que dans sa tête, ça ne collait pas. Pas vraiment. Pas du tout en fait. Il commença à réfléchir, à faire tourner la machinerie de ses méninges paresseuses.

Alors… Ce n’était certainement pas pendant les dernières guerres. La dernière fois qu’il s’était battu, c’était face à Arthur qui lui volait ses poissons. Même si l’autre avait l’air anglais, il ne pensait pas lui avoir fait quelque chose de répréhensible dans ce conflit par chalutiers interposés. Après, les guerres mondiales non plus, ils étaient du même côté, même si l’islandais n’y avait participé qu’à cause de cette histoire de ravitaillement des boches. Il s’en serait bien passé d’ailleurs. Ensuite, le reste du temps, il était sous domination danoise, autant dire qu’il n’avait pas bougé le cul de son île, même si quelques ennemis étaient venus lui faire un petit coucou entre une famine et une éruption.

Et venait la période viking. Quand il était encore dirigé par son grand-frère. Quand il les accompagnait par delà les mers dans leurs conquêtes en tout genre. Il ne leur servait pas à grand-chose, puisqu’il était haut comme trois pommes à l’époque, il restait d’ailleurs dans le drakkar en attendant qu’ils aient fini de se battre. Une fois le pillage terminé, Aleksander venait le chercher pour festoyer au camp. Il avait appris à se battre avec Jens. Certes, il ne faisait que d’essayer de le taper avec une épée en bois mal taillée, mais c’était déjà quelque chose.

L’islandais se souvint alors d’un détail. D’une petite aventure qu’il avait menée tout seul, quand les autres larrons jouaient à qui-boit-le-plus-avant-de-tourner-de-l’œil. Il s’était éloigné du camp, suivant une petite luciole et s’amusant à la faire fuir à l’aide de son épée en bois. Nataniel avait poussé jusqu’à la forêt, se perdant presque dans les fourrés. C’est alors qu’il trouva un autre garçonnet sur son chemin. Il avait l’air apeuré, avec ses vêtements déchirés et ses cheveux en batailles. L’islandais avait compris qu’il s’agissait là d’un des ennemis des vikings, d’un de ses ennemis en fait, même si niveau viking, il n’était pas encore tout à fait au niveau. L’enfant n’avait rien osé dire, il avait laissé la luciole s’enfuir. Le second n’avait pas l’air commode, ni même armoire. D’ailleurs, il s’était jeté sur lui et l’avait mordu au bras. L’islandais avait crié et tapé avec son épée. C’était un combat d’enfants, l’un qui mordait l’autre jusqu’au sang, se prenant des coups d’épée en bois qu’il n’avait pas l’air de remarquer. Cette petite bataille aurait pu durer longtemps ou tourner à la catastrophe, si Aleksander n’était pas venu, attiré par les braillements de son petit frère, pour séparer les petits sauvages qui se tapaient dessus. Il avait tenu l’autre par le col, poussant Nataniel dans les bras de Jens. Et plus jamais Nataniel n’avait revu celui qui, comme Jens lui avait expliqué en lui mettant un bandage autour du bras (sa première blessure de guerre, ouh, vous auriez entendu le discours du danois…), représentait l’Île de Man.

La main de Nataniel se resserra autour de son bras droit, celui que l’autre avait mordu comme un petit sauvageon. Il avait eu longtemps les traces de la morsure, mais elle avait à présent totalement disparu.

« … Je crois que je sais à quoi tu fais allusion. C’était toi, n’est-ce pas ? Ce petit garçon dans la forêt ? C’était toi qui m’avais mordu, non ? »

Nataniel avait également adopté le tutoiement, puisque l’autre avait fait de même. Maintenant qu’il savait à qui il avait à faire, il comprenait mieux l’attitude du mannois. Même si lui, il ne lui avait rien fait, à part lui foutre ces quelques coups d’épée-jouet et foutre en l’air ses courses…

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Lun 7 Nov - 20:44

Lankouëch remarqua que l'islandais qui lui faisait face essayait de le reconnaître, mais Île de Man n'était pas dupe, car au fond de lui, le garçon était sûr que la personne qui lui faisait face l'avait identifié. La petite île se contenta de croiser les bras en continuant de le toiser du regard. Tout d'un coup, une personne de son quartier le salua, le garçon se retourna et lui répondit avec un petit sourire, puis reprit son air sérieux face à l'islandais.

Puis le mannois se rend compte qu'à la suite de son affirmation, l'islandais semble être parti loin, dans ses souvenirs ou autre part. Lankouëch afficha et hocha la tête sur le côté, levant un sourcil et passa sa main devant les yeux du garçon qui lui faisait face. Ne voyant aucune réaction, Île de Man tourna la tête de côté et poussa un petit soupir. En même temps, le jeune homme ouvrit son sac pour voir l'étendue des dégâts. C'est bien ce qu'il lui semblait, les œufs étaient réduit en bouillie, et avait tâché tout le reste.
* J'espère qu'Arthur ne va pas me tuer... Bah! S'il est pas content, il n'avait qu'à faire lui même ses courses... * Pensa le mannois.

Lankouëch sauva ce qu'il put, ce qui veut dire pas grand chose, et jeta tout le reste dans une poubelle proche. À la fin de sa petite conversation, il ira racheter ce qu'il manque. Le garçon sortit sa liste en jetant quand même des coups d'œil en direction de son interlocuteur, au cas où si ce dernier décide de quitter sa transe, ce qui ne semblait pas être le cas. Île de Man remarqua que ce n'était pas encore le cas, du coup, le garçon sortit sa liste de course et gomma ce qu'il avait si gentiment barré. Mais plus il gommait, plus il déchirait la feuille, et vu qu'il n'avait aucun support, le petit ne pouvait rien faire. Il sortit une tonne de jurons dans sa langue natale, vu que personne ne connaissait, le garçon était plutôt tranquille de ce côté. Tout d'un coup il remarqua que son interlocuteur avait bougé son bras gauche pour aller serrer le droit, comme si on venait tout juste de lui faire mal. Pourtant, le mannois n'avait pas bougé de sa place, trop occupé par sa liste de course qui était déchirée par endroit, et du coup illisible pour lui. C'est alors que l'islandais prit, enfin, la parole. Lankouëch prit soin de ranger son inventaire dans sa poche.
- … Je crois que je sais à quoi tu fais allusion. C’était toi, n’est-ce pas ? Ce petit garçon dans la forêt ? C’était toi qui m’avais mordu, non ?

Lankouëch est heureux au fond de lui même qu'il ait réussi à le reconnaître. Certes, quand il était petit, il voyait tous les vikings, sans exception comme des sauvages qui n'avaient qu'une seule envie, le conquérir. À cette époque, déjà il n'était guère commode pour son âge, c'est d'ailleurs à cette époque qu'il perdit une partie de son enfance, qu'il espérait retrouver dans la forêt parmi les fées. Mais c'était sans compter par l'intrusion du petit qui était arrivé l'air de rien sur son territoire. Bizarrement, le mannois, voyait en lui la partie d'enfance qu'il avait perdue. Lankouëch lui avait fais des signes pour qu'il déguerpisse de cet endroit qui était sien, mais l'enfant qui lui faisait face ne semblait pas comprendre un traître mot, c'est pour cette raison qu'il lui avait sauté au bras pour le mordre jusqu'au sang. Histoire de lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenu. De plus, le petit lui donnait des coups d'épées, Île de Man souriait intérieurement, car cela ne lui faisait aucun mal. C'est alors qu'une grosse brute le prit par le col pour l'écarter de sa victime. Lankouëch jetait des regards froids envers cette personne qui le laissait tomber au sol comme une vulgaire pierre. Dès qu'ils furent assez loin, le mannois se mit à leur tirer la langue et partit s'engouffrer plus loin dans la forêt, le seul endroit où il se sentait chez lui et en paix.

Le mannois secoua la tête pour reprendre ses esprits et enfin répondre à la personne qui lui faisait face. D'ailleurs, il devait également s'excuser pour ce moment d'absence. Lankouëch toussota légèrement.
- Oui, c'est moi qui était dans cette forêt, qui était mon nouveau foyer vu que vous n'avez pas hésité à détruire chaque village, chaque maison. À tuer femme et enfant... Vous n'avez donc aucun amour propre pour les autres? Le pire, c'est que je t'avais prévenu de partir, que tu n'étais pas le bienvenu, mais apparemment tu ne comprenais pas ma langue, c'est pour cette raison que je t'ai mordu, pour te faire comprendre que ta place n'était pas parmi les miens, et que tu n'avais rien à faire dans ma forêt.

Lankouëch posa son front dans sa main, car il venait de se souvenir de ce moment. C'est quelques jours plus tard qu'ils l'avaient embarqué pour lui montrer une terrible torture qui allait lui être réservé. Île de Man s'accroupit sur le sol, se tenant la tête avec ses deux mains et en fermant fort ses yeux, histoire que les larmes ne coulent pas, même si c'était plus des lames de rage qui allaient sortir. Sur le moment, il voulut qu'un membre de sa famille soit là pour le consoler, mais il était seul... Seul avec un de ses ennemis, qui allait sûrement le regarder de haut avec un sourire des plus mauvais, car Île de Man avait remarqué, durant son enfance, que la tristesse, ainsi que les cris et pleurs, des autres peuples étaient pour eux un réel délice. Chose que le mannois n'avait jamais vraiment comprise, mais il préféra rester là, en essayant de faire fuir ce terrible souvenir qui commençait à remplir son cœur, mais Lankouëch tint bon pour ne pas pleurer et pour ne pas appeler un de ses frères ou sœurs à la rescousse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mar 8 Nov - 12:57

Nataniel n’avait jamais été un garçon bien courageux. A vrai dire, il avait toujours préféré rester dans son coin, ne pas emmerder le monde et ne pas se faire remarquer. Au moins, en assurant sa tranquillité, il s’assurait de ne pas avoir à se battre, à se défendre ou à se débattre. Pour un gosse qui aspirait à être viking, c’était plutôt paradoxal. Mais il était trop habitué à être seul, tranquillou sur son île que personne ne visitait jamais, que personne ne connaissait, à part quelques moines irlandais qui le désignait sous le nom de « Thulé ». Depuis que les norvégiens avaient peuplé son territoire, il n’aimait plus la solitude, il aimait la compagnie de ceux qu’il affectait, mais avait toujours du mal à se faire entendre auprès des autres. Il avait toujours du mal à communiquer avec les autres.

Et l’Île de Man, en ce moment, le mettait vraiment mal à l’aise. La main toujours serrée sur son bras, il observait son interlocuteur, visiblement ravi qu’il ait daigné se rappeler de lui. L’islandais n’avait jamais eu l’occasion de le revoir après l’incident de la forêt. Il ne savait pas ce qu’il était devenu. Tout ce qu’il savait, c’était qu’ils avaient dû partir en catastrophe de l’île quand Jens se fit poursuivre par une triplette de jambes. Il s’était limite fait dessus, le danois. Nataniel n’avait absolument rien compris, mais avant même de pouvoir voir de ses propres yeux ces fameuses gambettes, il avait embarqué vers le continent, sous le bras d’Aleksander.

- Oui, c'est moi qui était dans cette forêt, qui était mon nouveau foyer vu que vous n'avez pas hésité à détruire chaque village, chaque maison. À tuer femme et enfant... Vous n'avez donc aucun amour propre pour les autres? Le pire, c'est que je t'avais prévenu de partir, que tu n'étais pas le bienvenu, mais apparemment tu ne comprenais pas ma langue, c'est pour cette raison que je t'ai mordu, pour te faire comprendre que ta place n'était pas parmi les miens, et que tu n'avais rien à faire dans ma forêt.

Nataniel se vexa, aussitôt. Comment ça aucun amour propre ? Hého, fallait pas charrier, ils étaient là pour s’emparer des territoires, pas pour faire dans la dentelle genre « Coucou, on veut vous envahir, vous seriez disposé à débarrasser le plancher qu’on ait un peu la paix ? ». L’Île de Man n’avait pas l’air d’avoir eu à faire à beaucoup d’ennemis, de coups durs et autres. Il avait l’air d’oublier qu’il parlait à l’Islande, l’un des pays qui souffrait le plus de la famine et des catastrophes naturelles, l’un des pays qui perdit le plus de sa population. Il avait failli dépérir de nombreuses fois, les famines décimant sa population, les pirates l’envahissant, pillait, tuant, violant et revendant jusqu’en Arabie de pauvres islandais sans défenses. Des mannois au marché des esclaves, ça valait combien au juste ?

Le dit Île de Man s’était recroquevillé au sol, l’air terrifié par il-ne-savait-quoi. Nataniel eut plusieurs envies : cracher au sol, lui donner un coup de pied, s’en aller. Cracher de dépit, parce qu’on ne pouvait prétendre représenter un pays et chouiner au sol dès qu’on rencontrait un de ses vieux ennemis. Lui donner un coup de pied, pour le faire réagir, pour qu’il se lève et qu’il se conduise comme un homme, et pas comme une lavette. S’en aller, pour éviter tout conflit, pour retourner au chaud avec son macareux et ses réglisses, au coin du feu. Mais Nataniel avait été insulté, et blessé, même si ça remontait à plusieurs siècles, le souvenir de sa première défaite lui serrait la poitrine, formait une boule dans sa gorge, menaçant d’explosion. L’islandais donna alors un coup de pied dans le tibia du mannois.

« Relève-toi, crétin. C’est crade par terre. Tu étais plus vaillant, quand t’étais môme. C’est Arthur qui t’a élevé ainsi ? Pas étonnant que tu sois toujours à sa botte, à chouiner comme ça en pleine rue. On t’avait envahi à l’époque, j’avais donc tout à fait le droit de me balader où bon me semblait, en territoire conquis. Mais je suis bête, tu ne dois pas savoir ce que ça veut dire, tu n’as jamais conquis quoi que ce soit à part ton misérable bout de terre. » fit l’islandais d’un air dédaigneux

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mar 15 Nov - 17:35

Lankouëch s'en voulait de s'être emporté de cette manière, mais le souvenir était toujours ancré dans son cœur, personne n'avait réussi à le retirer, pas même ses frères, tout comme ceux qui ont été abandonnés. Île de Man commença à faire une série d'expirations inspirations, pour retrouver le contrôle de lui-même. Alors qu'il était calmé, l’islandais se mit à parler, en lui donnant en même temps un coup de pied dans son tibia. L'énervement du garçon refit surface.
- Relève-toi, crétin. C’est crade par terre. Tu étais plus vaillant, quand t’étais môme. C’est Arthur qui t’a élevé ainsi ? Pas étonnant que tu sois toujours à sa botte, à chouiner comme ça en pleine rue. On t’avait envahi à l’époque, j’avais donc tout à fait le droit de me balader où bon me semblait, en territoire conquis. Mais je suis bête, tu ne dois pas savoir ce que ça veut dire, tu n’as jamais conquis quoi que ce soit à part ton misérable bout de terre.

Ne pouvant plus contenir sa colère, le jeune homme attrapa l'islandais par le col et laissa couler ses larmes de rage. Il était sur le point de le frapper, voir de le mordre de nouveau, mais Lankouëch ne fit rien, car il ne voulait guère ternir son image.
- Déjà... Je ne suis pas un crétin! Et je suis toujours vaillant, même quand on me cherche et c'est ce que tu viens de faire, sauf que tu ne connais pas, et même je suis sûr et certain, que tu ne comprendrais pas ma souffrance, que j'ai connue à cette époque. Je me demande si tu aurais réagi de la même façon que maintenant si tu avais connu. Et ce n'est pas Arthur qui m'a élevé... J'ai été élevé par mes véritables frères et sœurs, lui... C'est juste un "adopté", si je puis dire, merci de ne pas confondre les celtes ainsi que les anglo-saxons. Oh! Je l'ai bien vu que vous m'avez envahi, ce n'est pas pour rien que je me protégeais avec les moyens que j'avais à disposition, d'ailleurs... Tu me faisais rigoler avec ta petite épée en bois qui ne me faisais aucun mal. Et mon île n'est pas un misérable bout de terre, s'il l'était vous m'aurez laissé tranquille... Même si j'en suis persuadé, j'aurais aidé mes frères et sœurs, car c'est tout ce que je pouvais faire pour les sauver de votre courroux, mais non... Lâches comme vous êtes, vous avez préféré conquérir un enfant qui ne vous a rien fait de mal, tout ce qu'il voulait c'était connaître cette enfance que vous lui avez volée. D'ailleurs, en te voyant, j'ai cru me voir avec cette part qui m'a été enlevée... C'est pour cette raison que j'ai été saisi d'une rage folle en te voyant.

Lankouëch n'était pas sûr que le jeune garçon le comprendrait, mais au moins la petite île lui avait fait clairement comprendre la raison de son acte. Et puis, quand le garçon y pense, quelques années plus tard c'est Arthur qui est entré en guerre avec les autres pays celtes, à croire que sa famille était vouée à se battre. Île de Man défit son étreinte, vu qu'il ne voulait pas lui faire du mal, mais juste pour lui faire comprendre la raison de sa tristesse précédente, même si au fond de lui, le jeune homme savait pertinemment que son interlocuteur allait faire comme s'il en avait cure, ce qui ne le surprendrait nullement. Manquerait plus qu'un de ses ennemis jurés décide de le consoler. De toute façon, c'était du passé, et même si l'islandais s'excusait, ça ne changerait en rien le comportement de la petite île, sauf si l'islandais lui montrait que son peuple avait changé, qu'il était devenu beaucoup plus ouvert envers les autres peuples. Lankouëch poussa un petit soupir et regarda l'islandais, plus avec son regard froid ou neutre, mais plus avec un air qui demandait à recevoir un pardon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mar 15 Nov - 20:44

Nataniel n’était pas du genre à hausser le ton ou à donner de la voix. Ce qui soit dit en passant signifie exactement la même chose, passons. Mais la main qui se referma soudainement sur son col lui donna envie de gueuler aussi fort qu’un danois face à un suédois dédaigneux. Son sang ne fit qu’un tour, et il serra les poings, prêt à en décocher une au mannois pour qu’il fasse trois tours dans son slip sans toucher l’élastique. Il le laissa cependant parler, curieux qu’il était d’entendre ce que l’autre pouvait bien avoir à dire après sa tirade.

- Déjà... Je ne suis pas un crétin! Et je suis toujours vaillant, même quand on me cherche et c'est ce que tu viens de faire, sauf que tu ne connais pas, et même je suis sûr et certain, que tu ne comprendrais pas ma souffrance, que j'ai connue à cette époque. Je me demande si tu aurais réagi de la même façon que maintenant si tu avais connu. Et ce n'est pas Arthur qui m'a élevé... J'ai été élevé par mes véritables frères et sœurs, lui... C'est juste un "adopté", si je puis dire, merci de ne pas confondre les celtes ainsi que les anglo-saxons. Oh! Je l'ai bien vu que vous m'avez envahi, ce n'est pas pour rien que je me protégeais avec les moyens que j'avais à disposition, d'ailleurs... Tu me faisais rigoler avec ta petite épée en bois qui ne me faisais aucun mal. Et mon île n'est pas un misérable bout de terre, s'il l'était vous m'aurez laissé tranquille... Même si j'en suis persuadé, j'aurais aidé mes frères et sœurs, car c'est tout ce que je pouvais faire pour les sauver de votre courroux, mais non... Lâches comme vous êtes, vous avez préféré conquérir un enfant qui ne vous a rien fait de mal, tout ce qu'il voulait c'était connaître cette enfance que vous lui avez volée. D'ailleurs, en te voyant, j'ai cru me voir avec cette part qui m'a été enlevée... C'est pour cette raison que j'ai été saisi d'une rage folle en te voyant.

L’islandais ne put s’empêcher d’afficher un sourire moqueur. Attendez qu’il avale tout ce que l’autre venait de lui sortir. L’était pour le moins bavard, pour un gars qui semblait sur le point de chouiner quelques secondes plus tôt. Nataniel n’était pas du genre bavard, comme la plupart des autres nordiques, si on exclut Jens et Tino, cela va sans dire. Et là, ça faisait un peu trop de mots pour lui. Donc analysons point par point et démontons doucement les affirmations un tantinet pompeuses du mannois qui n’avaient fait que l’agacer plus encore, donnant un coup de pied dans la chambre magmatique qu’étaient les tripes de l’Islande.

Nataniel recouvra une certaine liberté de mouvement quand le mannois lâcha son col. Il le réajusta, refaisant au passage son nœud blanc qui avait été malmené. Non pas que son apparence lui posât un quelconque souci en cet instant, mais il aimait bien porter un nœud propre et bien fait, c’était sa petite coquetterie à lui, alors pchut, on respecte, ok ?

L’islandais dévisagea son interlocuteur. Il avait perdu ce regard froid et austère, empli d’une haine dont la raison lui était inconnue. Là, il avait le regard d’un enfant pris en fraude, d’un enfant quémandant le pardon. Hey gars, tu crois quand même pas qu’on va t’offrir des réglisses. Il piétine l’honneur de l’Islande, il ose lui défaire son nœud, il crache sur l’histoire du peuple nordique, et il le traite comme un idiot né de la dernière pluie. Et après il devrait lui donner un lei de fleurs et faire « aloha câlin on oublie tout, viens donc au pays magique des Bisounours et allons bouffer des arc-en-ciel » ? Pathétique.

« Tu es un crétin. Pour moi un gars qui chouine sur son sort est un crétin. Tu crois vraiment que tu es le seul en ce bas monde à avoir souffert de la barbarie des autres ? Crois-tu vraiment que je suis une Nation immaculée qui n’a jamais connu l’horreur ? Tu parles à l’un des territoires les plus ravagés de l’Histoire, tu parles à quelqu’un qui a vu son peuple diminuer de moitié plus d’une fois et tu oses me sortir que la souffrance je connais pas ? Tu es bien pompeux toi. » fit l’islandais, une pointe, mais alors une toute petite, d’amertume dans la voix

Et cette histoire d’anglo-saxons et de celtes… Mais qu’est-ce qu’il s’en foutait de ça. Qu’il ait été élevé par Arthur ou par la danseuse de claquettes qu’était l’Irlande, il n’en avait absolument rien à cirer. Là il était sous le joug anglais, point barre. Lui aussi avait été élevé par son frère, et il n’en faisait pas tout un patacaisse quand il était sous domination danoise. Enfin bref.

« Môsieur qui attaquait avec ses dents n’avait donc point peur de mon épée ? Tant mieux pour toi donc, il s’agissait d’un jouet, pour ENFANT. Tu sais, les trucs qui sont censés être inoffensifs ? Tu croyais quand même pas que mon frère allait me laisser tout seul avec une véritable lame ? Ils n’étaient pas complètement débiles, les vikings, malgré ce que tu peux penser. D’ailleurs, comment aurais-tu pu aider tes frères et sœurs ? Un gamin comme toi n’aurait été qu’un vilain boulet pour eux, en as-tu conscience ? Moi-même je me sentais de trop sur les drakkars et était exclut de toute bataille, comment un gosse comme toi aurait-il pu servir à quelque chose face à eux ? »

Nataniel bouillonnait. Le volcan n’était pas loin de se réveiller. Coucou c’est moi, tu m’as chatouillé alors j’vais te péter des cendres à la gueule, connard. Ça a toujours été comme ça avec l’islandais. Fallait pas titiller là où ça faisait mal. Et le nordique n’aimait pas d’un qu’on se foute de sa gueule, deux qu’on insulte sa famille. Pour lui c’était de grands conquérants, des êtres puissants et vaillants dont seul le nom suffisait à vous faire frémir d’effroi des territoires entiers. Et l’autre tache là, il les traitait de lâches ? Genre.

« Les vikings n’ont pas étudié l’Europe avant de se lancer à sa conquête, j’te signale. Ton misérable bout de terre se trouvait sur leur chemin, tu te trouvais sur leur chemin. Donc ils t’ont envahi. Point barre. Ne crois pas qu’ils sont venus t’enquiquiner parce que t’étais un môme et que c’était facile, loin de là. Les vikings ils ont pas froid aux yeux, et traite-les encore de lâches, encore une fois, et je te jure que tu vas le regretter le temps où je savais que m’amuser avec une putain d’épée en bois ! » finit l’islandais, toisant son interlocuteur et criant presque la dernière phrase

Les vikings, c’était ça son enfance à lui. Les raids dans leur grands bateaux, puis l’Union de Kalmar, tous sous le même drapeau comme une famille. Et la séparation. Le douloureux départ de Berwald et Aleksander, et Tino sous le joug russe. Lui resté avec un Jens au bout du rouleau, enfilant bières sur bières tandis que l’islandais sans défenses ne pouvait que le regarder et subir invasions, famines, éruptions et tremblements de terre. Et pourtant il mordait pas le premier môme venu.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Ven 18 Nov - 15:53

Lankouëch avait remarqué le sourire moqueur sur le visage de l'islandais, après son monologue. Le regard d'Île de Man redevint fougueux, prêt à recevoir la réponse qui n'allait sûrement pas lui plaire, de toute façon il n'en attendait pas moins d'un de ses anciens ennemis. Le garçon le regarda refaire son nœud de col, du côté du mannois, ce n'était pas ce qu'il y avait de prioritaire si jamais on lui retirait.

La réponse de l'islandais ne manqua en rien aux attentes du jeune homme, qui avait déjà échafaudé une tonne de réponses.
- Tu es un crétin. Pour moi un gars qui chouine sur son sort est un crétin. Tu crois vraiment que tu es le seul en ce bas monde à avoir souffert de la barbarie des autres ? Crois-tu vraiment que je suis une Nation immaculée qui n’a jamais connu l’horreur ? Tu parles à l’un des territoires les plus ravagés de l’Histoire, tu parles à quelqu’un qui a vu son peuple diminuer de moitié plus d’une fois et tu oses me sortir que la souffrance je connais pas ? Tu es bien pompeux toi.

Lankouëch se trouvait quand même moins crétin que certains de ses frères... adoptifs, car ils ne faisaient guère partie de la famille pour lui. Il avait quand même un peu plus de dignité, déjà il imaginait l'un deux face à une telle situation et il souriait intérieurement en imaginant la réponse. Mais pour le moment, il lui fallait rétorquer, pas question que l'islandais lui bafouille son honneur.
- Déjà, sache que je ne pleurait pas sur mon sort... J'étais juste énervé, car tu m'as fait revivre de terribles instant durant mon enfance. Je sais bien que je ne suis pas le seul, mes frères et sœurs, autre qu'Angleterre, ont eu droit à cette barbarie, mais ils étaient beaucoup plus grands que moi et donc préparés. Oh! Je suis désolé, mais je ne pouvais pas savoir que toi aussi tu avais connu des horreurs, après tout en te voyant... Je pouvais dire que tu étais déjà assez différent de moi, pas de vêtements déchirés, pas de trace de torture ou que sais-je encore... À moins que tu les cachais pour que personne ne te plaigne, mais sache que je ne me serais pas comporté de cette façon à cette époque, si tu avais montré tes souffrances. Même si on ne parlait pas la même langue, je suis sûr qu'on aurait pu se comprendre.

Aucune trace d'ironie ne paraissait à la fin de sa tirade, car le garçon savait ce que faisait la souffrance. Après tout, après la bataille des vikings c'était au tour des anglo-saxons de l'envahir, lui qui avait juste demandé un peu de temps pour guérir ses blessures qui étaient encore bien ouvertes dans son cœur, mais rien à faire, il était trop petit et trop faible pour faire face aux soucis des "grands". Lankouëch poussa un faible soupir, tous deux étaient partis sur de mauvaises ondes et Lankouëch aimerait bien faire quelque chose pour se faire excuser. Il voulut lui proposer, mais l'islandais repartit sur une deuxième tirade.
- Môsieur qui attaquait avec ses dents n’avait donc point peur de mon épée ? Tant mieux pour toi donc, il s’agissait d’un jouet, pour ENFANT. Tu sais, les trucs qui sont censés être inoffensifs ? Tu croyais quand même pas que mon frère allait me laisser tout seul avec une véritable lame ? Ils n’étaient pas complètement débiles, les vikings, malgré ce que tu peux penser. D’ailleurs, comment aurais-tu pu aider tes frères et sœurs ? Un gamin comme toi n’aurait été qu’un vilain boulet pour eux, en as-tu conscience ? Moi-même je me sentais de trop sur les drakkars et était exclut de toute bataille, comment un gosse comme toi aurait-il pu servir à quelque chose face à eux ?

Lankouëch serrait les poings, lui qui était sur le point de repartir de zéro, voilà que tout avait été réduit en cendres par cette tirade. Certes, l'islandais n'avait pas tort pour l'épée en bois, mais sur le coup, Île de Man n'y avait pas pensé sur le coup, mais il était trop tard pour se rattraper. Le garçon aurait dû réfléchir avant de sortir une telle phrase, mais quand il était sous la colère le mannois ne pouvait rien faire pour se contrôler. La petite île fouilla dans sa poche, pour en tirer la sucrerie qu'il aimait par-dessus tout, c'était le seul moyen qu'il avait trouvé pour se calmer. Le jeune homme retira le papier et se mit à croquer dans la sucette. Dès qu'il eut fini, la petite île jeta le bâton dans la poubelle la plus proche et repris son attention sur l'islandais. Le garçon ne savait que répondre, à part un désolé, mais il avait déjà dit plus tôt. Il préféra nettement garder le silence. C'est alors qu'une autre tirade rentra en scène, et là aussi le mannois savait qu'il ne serait pas de taille pour répliquer.

- Les vikings n’ont pas étudié l’Europe avant de se lancer à sa conquête, j’te signale. Ton misérable bout de terre se trouvait sur leur chemin, tu te trouvais sur leur chemin. Donc ils t’ont envahi. Point barre. Ne crois pas qu’ils sont venus t’enquiquiner parce que t’étais un môme et que c’était facile, loin de là. Les vikings ils ont pas froid aux yeux, et traite-les encore de lâches, encore une fois, et je te jure que tu vas le regretter le temps où je savais que m’amuser avec une putain d’épée en bois !

Son misérable bout de terre? Son île était tout, sauf un "misérable bout de terre", comme le nommait l'islandais. Lankouëch ne pouvait s'empêcher de plonger son regard dans celui de son interlocuteur. Le garçon y voyait de la rancune, c'était véridique que de ce côté, le mannois n'avait pas été de main morte en traitant sa famille de tout les noms, peut-être qu'il aurait réagi de la même façon si on avait dit du mal de la sienne. En tout cas, le jeune homme voyait bien que tous deux étaient très mal partis depuis le départ. Tous deux s'étaient cherchés, cherchant à faire tomber le barrage de l'un ou de l'autre en l'accusant à tort, ou en s'amusant à appuyer sur les points sensibles. Lankouëch avait cédé le premier sa barrière et il en était peu fier. Île de Man décida de reprendre la parole.
- Je suis vraiment navré pour tout ce que j'ai dit. Je pense que je t'ai vraiment très mal jugé, je dois dire en même temps que je ne te connaissais qu'à travers l'image des vikings, qui est assez mauvaise de mon côté je te l'accorde. Enfin... Je pense qu'on devrait apprendre à mieux se connaître et il faut surtout que je retire cette mauvaise image de mon esprit, elle ne fait qu'aggraver mon cas. Hum... En fait... Je me demandais si tu voulais qu'on reparte de zéro et qu'on fasse comme s'il ne s'était rien passé?

Lankouëch restait là à attendre tranquillement une réponse, si jamais l'islandais ne voulait pas. Le mannois reprendrait ses affaires, se dirigera en direction d'un supermarché pour acheter tout ce qui a été gâché, puis retournerais chez lui pour lire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 20 Nov - 18:08

- Déjà, sache que je ne pleurais pas sur mon sort... J'étais juste énervé, car tu m'as fait revivre de terribles instants durant mon enfance. Je sais bien que je ne suis pas le seul, mes frères et sœurs, autre qu'Angleterre, ont eu droit à cette barbarie, mais ils étaient beaucoup plus grands que moi et donc préparés. Oh! Je suis désolé, mais je ne pouvais pas savoir que toi aussi tu avais connu des horreurs, après tout en te voyant... Je pouvais dire que tu étais déjà assez différent de moi, pas de vêtements déchirés, pas de trace de torture ou que sais-je encore... À moins que tu les cachais pour que personne ne te plaigne, mais sache que je ne me serais pas comporté de cette façon à cette époque, si tu avais montré tes souffrances. Même si on ne parlait pas la même langue, je suis sûr qu'on aurait pu se comprendre.

Nataniel avait complètement ignoré la tirade du mannois, aveuglé qu’il était par sa rage. Le volcan avait été réveillé, et l’amadouer n’était pas chose facile. Il avait donc continué à déblatérer inlassablement, déchargeant sa rancœur et sa frustration sur le mannois qui n’avait pas l’air d’en demander tant. Mais pour Nataniel, il l’avait bien cherché. On ne crache pas sur sa famille sans en subir les conséquences. C’était une question d’honneur, une question de fierté, une question d’amour.

Car oui, Nataniel ne défendait pas l’honneur des siens juste par principe, pour montrer qu’il était fier d’appartenir à la fratrie nordique, mais parce qu’il aimait en faire partie. Il avait toujours aimé ses « frères », depuis le jour où ils l’avaient découvert. Caché dans les jupons d’Aleksander depuis ce temps là, il n’avait jamais souhaité que les choses se déroulent autrement. Dire qu’il avait failli être découvert par les irlandais… Il en frissonnait d’avance. Imaginez le truc cinq minutes. La famille nordique sans l’Islande, WTF qu’on pourrait dire. Et puis, ils étaient soudés, dans cette famille. Dès qu’un était mal, tous les autres se levaient. Frères jusqu’au bout des ongles, fiers d’être tous réunis sous un même qualificatif, à défaut d’un drapeau comme à l’époque de l’Union de Kalmar (même si Nataniel ne veut plus jamais entendre parler de tuniques norvégiennes, jamais).

- Je suis vraiment navré pour tout ce que j'ai dit. Je pense que je t'ai vraiment très mal jugé, je dois dire en même temps que je ne te connaissais qu'à travers l'image des vikings, qui est assez mauvaise de mon côté je te l'accorde. Enfin... Je pense qu'on devrait apprendre à mieux se connaître et il faut surtout que je retire cette mauvaise image de mon esprit, elle ne fait qu'aggraver mon cas. Hum... En fait... Je me demandais si tu voulais qu'on reparte de zéro et qu'on fasse comme s'il ne s'était rien passé?

Allons bon. Voilà qu’il s’excusait maintenant. Nataniel grommela dans sa langue natale un mélange de « pauv’ tache » et de « cass’ toi pov’ con » bien senti. Mais il se calma néanmoins. Puisque l’autre reconnaissait ses torts et donnait raison à l’islandais, pourquoi s’enquiquiner à lui chercher des poux (pas dans le sens littéral du terme, ce ne sont pas des chimpanzés, je dois le rappeler) ? Réajustant une mèche de ses cheveux qui était venue se perdre devant ses yeux, il observa le mannois. Il avait l’air plutôt frêle comme gars. Pas comme ceux que côtoyait habituellement l’islandais. Il se senti un peu supérieur, ceci avait renforcé un poil son égo peu flatté en temps normal.

« Oui… Tu as raison. Nous sommes des adultes responsables non ? Nous devrions arrêter de nous comporter comme des enfants… »

Ceci, Nataniel le disait plus pour lui-même qu’autre chose. Depuis cette histoire de « Appelle-moi grand frère », l’islandais tenait à souligner qu’il n’était plus un enfant, plus le petit machin qui se cachait dans les jupes (au sens figuré comme au sens littéral, mais certainement pas dans le sens danois du terme) du norvégien. Fini le temps où l’Islande se planquait, fini le temps où il comptait sur l’aide des autres. Il se débrouillait tout seul. Il avait trouvé tout seul la solution à la crise économique, même si celle-ci se résumait à emprunter une somme colossale aux russes.

Et d’ailleurs, l’autonomie n’était pas un poids pour lui. En fait ça lui réussissait plutôt bien. Il n’était pas le pays le plus sûr au monde pour rien ! De plus, il était également le second pays au monde où on était le plus heureux. Comme quoi il savait gérer. Même si le coup du bonheur faisait un sacré contraste avec la face bougonne qu’il arborait à longueur de temps… En ce moment aussi d’ailleurs. Aleksander lui avait souvent dit d’essayer d’avoir l’air plus avenant, mais c’était peine perdue. L’islandais n’arrivait pas à sourire à tout va, ou à simplement avoir l’air plus sympathique de prime abord. Il ne faisait jamais cet effort, trop timide, trop renfermé, trop Nataniel quoi.

Néanmoins, il prit au pied de la lettre la proposition du mannois. Il tendit l’une de ses mains gantées à son interlocuteur.

« On la refait. Moi c’est Nataniel, représentant de l’Islande. Et toi ? »

Quand il disait repartir de zéro, c’était vraiment de zéro. Nataniel s’était poliment présenté, omettant cependant de donner son nom complet, chose qu’il trouvait parfaitement inutile parce que chez lui, le patronyme n’est utile que pour l’annuaire. Et, en tant que Nation, il n’avait pas vraiment de « père », alors un patronyme, quelle blague. Il l’avait choisi au pif dans les pages blanches islandaises quand on lui avait annoncé que c’était nécessaire pour la poste et les lignes de téléphone. C’est beau la technologie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 27 Nov - 14:39

Lankouëch remarqua facilement que l'individu qui lui faisait face n'avait pas fait attention à sa tirade, en même temps vu tous les mots qu'il avait utilisés, l'islandais allait mettre du temps à tout comprendre. D'ailleurs, Île de Man devrait éviter de penser de telles choses, surtout s'il voulait que tout rentre dans l'ordre. Le garçon secoua la tête pour faire partir ce flot de mauvaises pensées. Le jeune homme continuait de regarder la personne qui lui faisait face, ce dernier était un peu plus grand que lui, le mannois se dit qu'il devait faire la même taille qu'Angleterre. Lankouëch entendit grommeler l'islandais dans sa langue natale, le jeune garçon pensa immédiatement à des jurons, après tout il en sortait souvent dans sa propre langue. Le jeune homme fit comme s'il n'avait pas compris les paroles de ce dernier, en gardant son air impassible, mais en attendant quand même une attaque de son adversaire, au cas où si ce dernier voulait cracher sur la famille, sans oublier le côté adoptif, car après tout, quand on comptait le nombre de territoires dont dépendait l'Angleterre, on pouvait facilement parler de frères ainsi que sœurs adoptifs. D'ailleurs, lui aussi considérait Arthur comme un frère adoptif, car après tout, si c'était un frère normal il ne l'aurait jamais vendu, et puis les anglo-saxons, tout comme les celtes n'étaient pas issus des même cultures. Lankouëch se demandait pourquoi il pensait à toutes ces choses en ce moment, peut-être que le temps à la réflexion était venu. Tout d'un coup, l'islandais se mit à lui parler.
- Oui… Tu as raison. Nous sommes des adultes responsables non ? Nous devrions arrêter de nous comporter comme des enfants…

Le mannois n'en croyait pas ses oreilles, l'islandais avait accepté ses excuses et acceptait de repartir de zéro, sur le coup il aurait pu sauter au cou de l'islandais, mais il préférait rester à sa place, et laisser sa joie éclater en lui, sans qu'elle se laisse apparaître. Après un petit silence, Lankouëch décida de briser le silence.
Oui... Tu as bien raison... On devrait laisser de côté notre passé, et puis... Je me demande si on se comportait vraiment comme des enfants, après tout... On cherchait juste une réponse à ce qu'il s'était passé, enfin... Il ne vaut mieux pas remettre le sujet sur le tapis, sinon on risque de ne plus sortir de ce cercle vicieux...

Lankouëch afficha un micro sourire suite à sa phrase, car il était vraiment heureux que l'islandais est accepté son offre, et puis il ne savait plus vraiment montré ses sentiments, à part en souriant qu'en l'envie lui venait. L'islandais lui tendit une de ses mains.
On la refait. Moi c’est Nataniel, représentant de l’Islande. Et toi ?

Lankouëch lui serra la main gentiment, pas question qu'il lui fasse du mal et le regarda dans les yeux. Ainsi donc, il avait oublié qui il était, mais bon, pour lui ce n'était pas trop grave, aussi suivit-il l'exemple de l'islandais.
Je me nomme Lankouëch et je représente l'Île de Man...

Le garçon lâcha la main de Nataniel et reprit son sac de provision. Pas qu'il voulait partir, mais les boutiques fermaient dans très peu de temps, d'ailleurs c'était un bon moyen de faire plus ample connaissance s'ils faisaient les courses ensemble. Île de Man décida de lui en faire part, après tout s'il avait un refus, la petite île pouvait toujours faire ses courses, ça n'allait pas l'arrêter pour si peur.
- Hum... Est-ce que tu veux faire des courses avec moi... Vu que tu m'as cogné, j'ai dû jeter la plupart des articles... Enfin, je comprendrais si jamais tu ne veux pas... Ou alors on peut faire autre chose si tu veux, ça ne me dérange nullement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Lun 28 Nov - 10:49

Oui... Tu as bien raison... On devrait laisser de côté notre passé, et puis... Je me demande si on se comportait vraiment comme des enfants, après tout... On cherchait juste une réponse à ce qu'il s'était passé, enfin... Il ne vaut mieux pas remettre le sujet sur le tapis, sinon on risque de ne plus sortir de ce cercle vicieux...

Ouais enfin Nataniel il n’avait rien cherché à vrai dire… Il se baladait tranquillou pépère et avait buté dans quelqu’un qui s’était alors mis à l’insulter comme si il l’avait attaqué avec une hache géante (ce qui était totalement absurde sachant que l’islandais avait plutôt du mal à soulever ce genre d’armes). Il ne cherchait aucune réponse, puisqu’il n’avait pas de question. Cet évènement était sorti de sa mémoire avant même que la marque de morsure disparaisse. L’islandais se mit à penser que son interlocuteur était un poil rancunier dans le genre, obstiné, têtu et qui vit trop dans le passé. Sérieusement, c’était quoi, même pas un siècle de son histoire ces raids vikings. Fallait arrêter de se prendre la tête. Nataniel imaginait aisément l’ambiance des réunions mondiales si toutes les Nations avaient le même type de raisonnement. Déjà que c’était des petites guéguerres incessantes en temps normal, mais là ce serait la troisième guerre mondiale à peine après avoir passé le pas de la porte…

Je me nomme Lankouëch et je représente l'Île de Man...

Nataniel n’avait jamais su comment s’appelait le môme qui l’avait mordu, aussi cette question n’était pas si anodine que ça. Ce n’était pas un nouveau moyen de vexer le mannois, mais l’islandais préférait appeler les gens par leur prénom, c’est quand même moins formel dans le genre. Aussi il ne s’était pas enquiquiné la carafe et avait simplement commencé les présentations, comme chez les gens civilisés. Nataniel essaya donc, dans sa tête, de prononcer le prénom de l’Île de Man. Avec son accent prononcé, il avait bien du mal à prononcer un truc qui ressemblait de près ou de loin au nom que lui avait donné le mannois. Il abandonna la partie après quelques instants de bataille intérieure et se dit qu’il verrait bien. Il ne voulait pas créer un nouveau conflit pour un nom écorché, lui-même détestait qu’on écorche le sien, son nom de pays comme son nom humain. Cherchez pas pourquoi, l’islandais est une drôle de bestiole.

Hum... Est-ce que tu veux faire des courses avec moi... Vu que tu m'as cogné, j'ai dû jeter la plupart des articles... Enfin, je comprendrais si jamais tu ne veux pas... Ou alors on peut faire autre chose si tu veux, ça ne me dérange nullement...

Nataniel, le visage toujours fermé et l’air constamment renfrogné laissa son visage s’éclairer un peu, non pas en souriant hein, faut pas exagérer, mais en défronçant ses sourcils et en prenant un air un peu moins bougon. Il avait presque l’air normal, et par normal j’entends qu’on n’avait plus l’impression, en le regardant, qu’il avait soit trop pas assez dormi, soit qu’il avait une bouse de vache sous le nez. C’était fin, certes, mais c’était ça.

« Pas de problèmes… Après tout, si c’est de ma faute, c’est bien normal que j’te file un coup de patte. Dis-le si tu veux que j’te rembourse hein, surtout. » fit-il, en bafouillant un peu, puisqu’un Nataniel calme, ça bafouille, c’est automatique

D’ailleurs, il avait proposé de rembourser, alors qu’il n’était même pas sûr d’avoir assez d’argent sur lui. Il songea avec amertume à ses coffres vides où se battaient les grains de poussière à la banque d’Islande. Encore heureux que le russe l’avait dépanné, sinon il aurait été bon pour se déclarer en faillite. Il soupira et se dit qu’au pire il sortirait sa carte bleue, il avait toujours de l’argent dessus, mais répugnait à l’utiliser, étant devenu plutôt économe maintenant (oui, vous n’avez pas rêvé, même qu’il met une piécette par jour dans un bocal pour ses réglisses, pour éviter de dévaliser les confiseries, ça serait con de se mettre sur la paille pour des sucreries).

Nataniel emboîta le pas du mannois vers la supérette, les mains dans les poches. L’une tâtait nerveusement les deux derniers bâtonnets de réglisse qu’il lui restait. Tel un accro en manque de sa dose, et qui savait qu’il n’avait plus grand-chose, il se donnait des baffes mentales. Non Nat, tu n’engloutiras pas ces bonbons maintenant, après t’en auras plus et tu vas criser tout seul, passant encore pour un crétin, et Aleksander va encore t’engueuler pour ta gourmandise, te priver de bonbons et tu vas encore passer des nuits blanches. Oui Nataniel était un accro au sucre, et alors ? On ne pouvait être parfait. Même si il devrait faire un poil plus de sport pour compenser son besoin compulsif de s’empiffrer.

« Sinon… Vous fêtez Noël chez vous ? »

Question totalement idiote au vu des décorations du quartier, mais il n’était pas si bête de demander. Après tout, beaucoup de pays ne fêtaient pas Noël avant que les américains s’emparent du truc. Bande de moutons. Et pour un nordique, s’il y a bien un truc important, peu importe ce qu’en disent les américains, c’est bien les fêtes de Noël.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Lun 30 Jan - 22:16

Le mannois regardait Nataniel en essayant de connaître ses pensées, mais apparemment ce dernier était comme lui, impossible de lire sur le visage. Lankouëch ne put s'empêcher de jeter des petits coups d'œil en direction de la pendule qui se trouvait sur l'église qui était juste derrière son interlocuteur. Tout d'un coup, le jeune homme vit que l'islandais défronçait les sourcils.
* Génial... J'ai encore dû proposer quelque chose qu'il ne fallait pas... Bah... Ce n'est pas grave, j'ai toujours été seul... Enfin... Pas toujours seul... Sauf pour les courses... Comme si je tirais toujours la courte paille... *
Tout d'un coup l'islandais prit la parole.
- Pas de problèmes… Après tout, si c’est de ma faute, c’est bien normal que j’te file un coup de patte. Dis-le si tu veux que j’te rembourse hein, surtout.

Lankouëch fut étonné, car il ne s'attendait nullement à une telle réponse, tellement habitué aux refus depuis sa plus tendre enfance. Le jeune homme secoua la tête en espérant que son interlocuteur n'a pas remarqué son regard ahuri, puis lui fait un micro sourire. Que c'était dur pour lui de sourire, mais au moins il voulait lui montrer qu'il était heureux, même si le résultat devait être médiocre. Puis, l'islandais lui proposait de le rembourser, sur ce coup Lankouëch se devait de refuser, car après tout niveau économique il était au top.
- Non... Garde ton argent pour cette fois... C'est de ma faute après tout... Si je m'étais comporté correctement je pense qu'on ne se serait pas attrapés...

Lankouëch alla en direction de la supérette en marchant à la hauteur de Nataniel, histoire de ne pas le laisser tout seul derrière. Le mannois regardait les nombreuses vitrines animées, comme il adorait cette fête, au même titre que le festival inter-celtique qui se passait chez Bretagne.
- Sinon… Vous fêtez Noël chez vous ?

Le mannois ne put s'empêcher de rigoler tout bas, car le jeune homme ne s'attendait pas du tout à ce type de questions, surtout au vue des décorations de Noël. Lankouëch reprit son air sérieux et le regarda.
- Désolé... Et oui nous fêtons Noël... C'est une fête assez joyeuse ici, même si la plupart du temps je préférerais être ailleurs... Enfin... On ne choisit pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mer 1 Fév - 11:38

    « Non... Garde ton argent pour cette fois... C'est de ma faute après tout... Si je m'étais comporté correctement je pense qu'on ne se serait pas attrapés... »

    Ouais, peut-être, enfin, celui qui regardait pas devant lui, c’était bien l’islandais. Mais Nataniel se garderait de protester, ils n’allaient pas recommencer à se friter, surtout pour une histoire d’œufs cassés et de trois francs six sous. Il n’aimait pas le fric, l’islandais. Ça n’apportait que des ennuis, d’en avoir, et quand on en a pas, c’est pire. Lui, il avait essuyé les frais de la crise de 2008, vrai gouffre financier, coucou les banques vides et les mouches s’échappant de son porte monnaie.

    Il n’avait pas voulu tirer la sonnette d’alarme auprès de ses frères, lui qui avait si longtemps bataillé pour être indépendant, être son propre maitre, ne plus être sous le joug du danois alcoolique, qui s’intéressait autant de son sort que de l’état de son paillasson. Se débrouiller tout seul, c’était beau, sur le papier, mais en pratique, il avait bien du mal, tiens. Et ça avait fini en emprunt chez les Russes. Il frissonnait rien qu’à l’idée de ce qui pourrait lui arriver s’il mettait trop de temps à rembourser tout ça. Il avait soumis sa candidature à l’Union Européenne, contre l’avis de son frère, mais n’attendait plus grand-chose de cette organisation en déclin. Oh, comme il haïssait l’économie.

    « Désolé... Et oui nous fêtons Noël... C'est une fête assez joyeuse ici, même si la plupart du temps je préférerais être ailleurs... Enfin... On ne choisit pas... »

    Nataniel laissa un simulacre de sourire orner son visage pâle, alors qu’il emboîtait le pas du mannois jusqu’à la boutique. Il ne se formalisa pas du rire de Lankouëch, après tout, sa question était idiote, c'était juste histoire de lancer une conversation, et l'islandais n'était pas réputé pour son talent oratoire.

    Chez lui, Noël c’était encore plus important que la fête nationale, le 17 juin, célébrant son indépendance. Doux mois de décembre où la neige rivalise avec les lampions et les couleurs dans les vitrines de jouets. L’islandais aimait cette fête, pas pour les cadeaux, seulement, pour la joie que ça apportait, pour les doux souvenirs en famille que ça créait, pour les rires, les sourires, l’insouciance d’un moment partagé avec les êtres aimés. Seul, sur son île perdue dans l’Atlantique Nord, il subissait tous les jours le poids de la solitude sur ses frêles épaules.

    « Chez nous, c’est très important, Noël… La seule fête qu’on ne voudrait rater pour rien au monde… » souffla-t-il, un sourire dessiné sur son visage au seul souvenir des Noëls passés avec les siens

    Il poussa la porte du magasin et laissa le mannois passer devant lui, pris dans ses pensées nostalgiques. Il avait souvent l’air complètement ailleurs, Nataniel, ça ne changerait pas de si tôt, oh non.

    « Quand tu parles d’être ailleurs… Tu veux dire quoi ? Si c’est pas indiscret… » demanda-t-il ensuite, se rappelant des paroles de Lankouëch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Jeu 16 Fév - 14:00

Lankouëch marchait tranquillement en direction du supermarché, c'était quand même amusant de louer des liens avec une personne qu'il considérait comme un ennemi, quelques instants auparavant, comme les dieux adoraient s'amuser avec leurs sujets. Le mannois écouta la réponse de son nouvel ami.
- Chez nous, c’est très important, Noël… La seule fête qu’on ne voudrait rater pour rien au monde…

Île de Man le regarda esquissant un petit sourire, car de son côté cette fête était très importante, même s'il se retrouvait avec des personnes qu'il n'aimait pas vraiment, et qu'il préférait les voir loin de lui. Dès que l'islandais poussa la porte du magasin, le jeune garçon le regarda et lui fit signe de passer devant lui. Mais voyant que Nataniel refusait catégoriquement, le jeune garçon n'eut pas d'autre choix que de passer devant lui, chose qu'il n'aimait pas vraiment, mais ne le laissa nullement paraître. Puis l'islandais lui posa une question, celle qu'il redoutait le plus.
- Quand tu parles d’être ailleurs… Tu veux dire quoi ? Si c’est pas indiscret…

Lankouëch cherchait ses mots dans sa tête, et dès qu'il les trouva, le jeune garçon regarda Islande.
- En fait... Dans la famille d'Angleterre, il existe trois individus que je déteste par dessus tout... Il s'agit d'Irlande, d'Écosse et d'Angleterre... C'est pour cette raison que j'aimerais le fêter ailleurs... Même si j'adore Pays de Galles, tout comme Cornouailles et Bretagne, mais déjà... Cette dernière le fête en France... Je ne lui en veux nullement, après tout... Elle est avec ce dernier maintenant... mais l'année prochaine j'essaierais de le passer avec Québec...

Il ne put s'empêcher de rougir légèrement en regardant dans les rayons, pour voir ce qui lui manquait. La liste était devenu illisible à cause du gommage qui avait laissé des trous, du coup il dû se servir de sa cervelle. Comme il détestait faire les courses pour les autres. C'est en soupirant qu'il prit quelques aliments au pif. D'ailleurs, il en prit d'autres pour faire certains plats de chez lui, puis le garçon regarda l'islandais.
- Dis moi... Tu voudrais qu'on se balade... Je peux déposer les ingrédients dans l'escalier et repartir... Et au moins on pourrait faire plus ample connaissance..., lui dit-il en affichant un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Ven 24 Fév - 14:32

    Nataniel emboîta le pas du mannois dans la supérette, le regardant faire ses achats d’un œil désintéressé. Il soupirait intérieurement. De soulagement. Ils avaient évité la bagarre, et avaient opté pour une entente cordiale, en moins d’un quart d’heure. Comme quoi il était peut-être pas si asocial que ça, l’islandais. Norvège serait fier de lui tiens ! Et en plus c’était pas Île de Man qui allait le faire chier à cause de l’Union Européenne ou des baleines, ou des cendres, ou que sais-je encore. C’était un bon point, ça, un très bon point, si on excluait le fait que sa famille ait pillé l’île du mannois, ils partaient sur de bonnes bases, non ?

    « En fait... Dans la famille d'Angleterre, il existe trois individus que je déteste par dessus tout... Il s'agit d'Irlande, d'Écosse et d'Angleterre... C'est pour cette raison que j'aimerais le fêter ailleurs... Même si j'adore Pays de Galles, tout comme Cornouailles et Bretagne, mais déjà... Cette dernière le fête en France... Je ne lui en veux nullement, après tout... Elle est avec ce dernier maintenant... mais l'année prochaine j'essaierais de le passer avec Québec... »

    Nataniel l’écouta attentivement, ne bronchant pas. Angleterre, il ne l’aimait pas particulièrement non plus. Il essayait de maintenir une entente cordiale avec le british, juste histoire de commercer, c’était son plus proche voisin, une fois passé les autres nordiques, après tout. Ecosse avait collaboré avec son frère, en ça il préférait ne pas se montrer désagréable avec, et la dernière fois qu’il avait vu Irlande en dehors des réunions mondiales, c’était à sa naissance, avant que Norvège et Danemark ne viennent foutre les moines irlandais dehors à coups de hache et de trolls. Donc il ne pouvait simplement rien ajouter aux déclarations du mannois concernant ses voisins insulaires. Question de diplomatie, voyez.

    Cornouailles et Pays de Galles, il ne les connaissait pas. Bretagne, il voyait qui c’était, puisqu’elle possédait une grande colonie de macareux moines, et Puffin y migrait parfois avant la période de reproduction, mais c’était tout. Ouais, très ouvert au monde, l’Islande. Et enfin Québec. Beh lui, il ne connaissait que Vinland, le petit machin qu’il avait découvert il y a des siècles de ça, et c’était devenu Canada après qu’il ait déserté les terres. Donc s’il avait bien compris, Québec c’était une province canadienne. Le peu de fois qu’il l’avait croisée en salle de réunion, il l’avait trouvée très sympathique, et portée sur la boisson, comme tous. Et la rougeur sur les joues du mannois fit gentiment sourire l’islandais, qui aimait bien enquiquiner les autres comme ça. Enfin, quand on parle de sourire, imaginez un peu la simili grimace que ça donne, hein.

    « Québec hein ? C’est-y pas mignon ça. » taquina-t-il, en sortant à sa suite

    Il accepta ensuite la proposition d’aller se balader, après tout, le temps frais ne le dérangeait pas, et tant qu’à être sorti pour rien, autant utiliser son temps pour discuter avec sa nouvelle connaissance, et ne pas retourner s’enfermer avec Puffin à regarder la télé en attendant un appel ou un texto qui le sortirait de sa torpeur habituelle. Suivant toujours le mannois, il le laissa ranger ses courses dans un coin, il aurait bien proposé son aide, mais pour un sac aussi petit, c’était prendre Lankouëch pour un gamin incapable de faire quoi que ce soit. Peut-être. Les mains dans les poches pour les préserver de la morsure du froid, il marcha à côté de l’Île de Man, essayant de trouver un sujet de conversation, mais à ce jeu là, l’islandais n’est pas aussi fort qu’au handball, non non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mar 17 Avr - 19:51

Lankouëch prenait les différents ingrédient pour ses recettes, il lui manquera juste du sang pour son fameux gâteau au sang.
* ... Je demanderais à mes fées de sang... Je n'ai pas vraiment le choix... *

Un petit frisson le parcourut le long de son dos, le mannois ne détestait pas ses fées bien au contraire. Souvent, le garçon était heureux de les trouver surtout en cas de coup dur, vu que lui seul pouvait les voir à moins que le reste de sa famille aussi, mais que ces derniers ne lui ont pas encore avoué, au moins il pouvait en quelques sortes attaquer à distance. Ce qui le faisait frissonner c'est le fait qu'il devrait donner son propre sang si jamais elles n'ont pas l'ingrédient, et il en avait horreur. Le jeune homme secoua la tête et continua sa série d'achats. En jetant de temps en temps des coups d'œil en direction de l'islandais qui était assez silencieux. Ou encore une fois, peut-être que Lankouëch avait dit un mot de travers, mais l'adolescent n'arrivait pas facilement à changer son caractère, c'est peut-être un de ses nombreux mauvais côtés, mais il préférait nettement dire tout haut, au moins ça avait le mérite d'être clair.

Le garçon partit en direction des caisses, la queue était terriblement longue, comme si la caissière ou le caissier parlait avec une personne. Lankouëch se pencha légèrement. C'était une personne âgée, le mannois regarda dans d'autres directions pour voir si une autre caisse s'ouvrait. Le miracle se produisit, la caissière a dû appeler une de ses collègues pour en ouvrir une autre, le garçon s'y précipita et posa rapidement ses affaires. Lankouëch regarda la personne, lui afficha un petit sourire histoire de montrer que lui aussi était heureux de la voir, et qu'il n'était pas du tout asocial. Ensuite, le mannois quitta le magasin et s'empourpra en entendant la phrase de l'islandais.
- Québec hein ? C’est-y pas mignon ça.

Lankouëch ne répondit pas tout de suite, juste le temps d'assimiler la réponse qui l'a vraiment pris au dépourvu. Le mannois arriva devant l'immeuble, posa le sac de course, quitta l'endroit pour se retrouver sur le pas de la porte. De là, le garçon le regarda.
- ... ne redis plus de tels propos... Compris... ?

Le mannois espérait qu'il s'était bien fait comprendre, puis prit une direction au hasard, espérant trouver un endroit intéressant. Après un long moment de silence, Lankouëch décida de le briser.
- ... Hum... Sinon... Durant la fête de Noël... Que faites-vous... ? Lui demanda le jeune homme, avec une légère touche de curiosité qui brillait dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Ven 20 Avr - 13:18

    « ... ne redis plus de tels propos... Compris... ? »

    L’islandais haussa un sourcil face au comportement du mannois, qui avait pris une jolie teinte pourpre. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il montait sur ses grands chevaux, d’un coup. Surtout que celui qui était réputé pour ses chevaux, c’était lui. Mais passons ce détail inutile qui ne nous intéresse certainement pas dans la situation présente, hein. Nataniel se repassa sa courte phrase dans sa tête, essayant d’analyser, de voir s’il avait dit un truc méchant ou quoi, mais rien ne lui venait à l’esprit, alors il ouvrit son bec, les sourcils froncés, comme toujours.

    « … J’ai rien dit de méchant, que je sache. »

    Il suivait le mannois, le trouvant bien susceptible. En y réfléchissant, il avait l’impression que c’était un truc immuable chez les anglais, la susceptibilité. Ils s’énervaient tous pour un rien, c’était un comble, ça. Il aurait pu dire que c’était commun aux insulaires, puisque lui-même était un brin susceptible, mais il ne s’énervait pas aussi vite. Disons qu’il était plus du genre à vous faire la gueule qu’à vous lancer des chaises à la figure. Et puis ça casse, les chaises. C’est moins fatigant d’aller bouder.

    « ... Hum... Sinon... Durant la fête de Noël... Que faites-vous... ? »

    Ah ! Enfin un sujet sur lequel l’islandais pouvait se vanter d’en savoir une bonne tartine. Il adorait Noël. C’était une tradition qu’il affectionnait tout particulièrement, même si, pour lui, elle n’avait rien de religieux. Les islandais ont peut-être été évangélisés, comme tous les nordiques à l’époque, mais l’île restait très païenne, et Nataniel lui-même ne croyait en rien, sinon en les vieilles légendes tirées de la mythologie nordique, les sagas, et tout ce tralala qui semblait bien tiré par les cheveux, par moments. Nataniel s’adossa à un banc et commença à raconter ce qu’était Noël, chez lui, en espérant que le mannois ne décide pas de partir en courant au milieu.

    « Chez nous, Noël, c’est pas la naissance du petit Jésus. Ca remonte à l’an mille, on fêtait le solstice d’hiver. Selon la légende, treize jours avant Noël, treize pères Noël viennent rendre visite aux gens pour leur jouer des tours. Chaque jour, jusqu’au 25 décembre, un nouveau père Noël descend des montagnes et le dernier repart le 6 janvier.
    Le premier, Stekkjarstaur, dérange les fermiers et les moutons, Giljagaur se cache dans les étables et vole le lait des crémières. Stúfur mange les restes, Þvörusleikir lèche la cuillère du cuisinier à son insu, Pottasleikir frappe à la porte et profite du dérangement pour voler la nourriture. Askasleikir se cache pour voler la gamelle des animaux de compagnie, Hurðaskellir claque les portes, Skyrgámur mange du Skyr, fromage de chez moi, à s’en faire éclater le ventre. Bjúgnakrækir vole les saucisses grillées, Gluggagægir espionne les gens par la fenêtre, Gáttaþefur respire l’odeur du pain avec son gros nez, Ketkrókur passe un crochet par la cheminée pour voler la viande et Kertasníkir suit les enfants pour leur voler leur bougie.
    »

    Nataniel comptait les pères Noël farceurs sur ses doigts, comme il le faisait à chaque fois qu’il racontait cette histoire à d’autres, enfants comme adolescents. Ses légendes, il y tenait, beaucoup. Pour lui, ces histoires échangées autour d’un bol de lait chaud étaient des bribes précieuses de ce qui construisait la culture de son île, de sa population. C’était une douce mélopée, qu’il était joyeux de conter à toute occasion.

    « Ces pères Noël, descendant de la montagne bleue, viennent tous de la même famille. La famille Gryla, qui fait si peur aux enfants qu’on a interdiction de leur en parler, chez moi, mais ça, c’est bien une des seules lois que je me fiche qu’on enfreigne. Le chat de cette famille descend tous les ans pour manger les enfants qui, à la nuit de Noël, ne portent pas de vêtement neuf. C’est pourquoi à chaque Noël les enfants reçoivent un nouveau vêtement. Le repas de Noël est traditionnellement composé d’une soupe de mouton, de mouton fumé, de pommes de terre au caramel, du Laufabrauð, un pain traditionnel, et du porridge. »

    Voilà, Nataniel avait parlé de tout son saoul. Il aurait pu en rajouter, décrire les moments de félicité en famille, les doux matins où on déchirait le reste des paquets cadeaux pour découvrir ce que Tino avait mis sous le sapin, les doux parfums de beignets tout chauds, les bougies portées par les enfants et les cantiques du soir. Nataniel se contenta du strict minimum. Il avait la langue bien pendue quand il s’agissait d’histoires. Et encore, Lankouëch ne lui avait pas demandé de raconter une des sagas, connues pour leur longueur et leur complexité. Il en aurait encore eu pour un moment. Et Nataniel les connaissait toutes sur le bout des doigts, comme un véritable recueil de contes et légendes sur pattes. Il esquissa un sourire et leva les yeux vers le mannois.

    « Et, chez toi, c’est comment les fêtes ? »

    Car oui, si Nataniel adorait ses propres histoires, celles des autres l’intéressaient aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Ven 13 Juil - 20:51

- … J’ai rien dit de méchant, que je sache.

Certes, c'était véridique que l'islandais n'était pas méchant quand il avait sortit cette phrase, mais c'est surtout qu'il détestait qu'on le taquine, surtout quand c'était sur une personne qu'il aimait énormément. Lankouëch se frotta les joues pour faire partir la rougeur qui était revenue. Île de Man chercha les bons mots pour bien faire comprendre à Islande ce qu'il avait sur le coeur, mais ne trouva rien, pourtant c'était tout simple de lui avouer qu'il détestait se faire taquiner sur certain propos, mais tel qu'il se connaissait quoiqu'il dise, ça allait finir en menace, aussi préféra t-il se taire le temps de trouver le bon mot, même s'il met longtemps à pointer le bout de son nez. L'air comment à se faire frais, l'insulaire remonta son écharpe et trouva enfin le mot et regarda Islande.
- ... Je sais que tu n'as pas été méchant... Mais... Je n'aime pas trop qu'on m'embête sur ce point... Tu sais... Pas beaucoup de monde dans ma famille sont au courant... Je suis assez réservé sur mes sentiments... Et j'ignore si c'est une bonne solution...

Lankouëch poussa un petit soupir, au plus profond de son être la petit île espérait qu'il n'avait pas froissé son nouvel ami. Île de Man s'assit à côté de son ami et écouta attentivement le récit de son ami.
- Chez nous, Noël, c’est pas la naissance du petit Jésus. Ca remonte à l’an mille, on fêtait le solstice d’hiver. Selon la légende, treize jours avant Noël, treize pères Noël viennent rendre visite aux gens pour leur jouer des tours. Chaque jour, jusqu’au 25 décembre, un nouveau père Noël descend des montagnes et le dernier repart le 6 janvier.
Le premier, Stekkjarstaur, dérange les fermiers et les moutons, Giljagaur se cache dans les étables et vole le lait des crémières. Stúfur mange les restes, Þvörusleikir lèche la cuillère du cuisinier à son insu, Pottasleikir frappe à la porte et profite du dérangement pour voler la nourriture. Askasleikir se cache pour voler la gamelle des animaux de compagnie, Hurðaskellir claque les portes, Skyrgámur mange du Skyr, fromage de chez moi, à s’en faire éclater le ventre. Bjúgnakrækir vole les saucisses grillées, Gluggagægir espionne les gens par la fenêtre, Gáttaþefur respire l’odeur du pain avec son gros nez, Ketkrókur passe un crochet par la cheminée pour voler la viande et Kertasníkir suit les enfants pour leur voler leur bougie.


Lankouëch ne put s'empêcher d'afficher un regard pétillant, tellement il était captivé par l'histoire, le jeune homme ne fit pas attention qu'Islande comptait sur ses doigts, car la petite île imaginait les Père Noël farceurs en train de jouer des farces aux différentes personnes, et se disait que c'était dommage qu'il était dans l'obligation d'enterrer ses racines celtiques, qui reviennent quand même quand c'est le jour d'Halloween. Puis, Nataniel reprit son récit.
- Ces pères Noël, descendant de la montagne bleue, viennent tous de la même famille. La famille Gryla, qui fait si peur aux enfants qu’on a interdiction de leur en parler, chez moi, mais ça, c’est bien une des seules lois que je me fiche qu’on enfreigne. Le chat de cette famille descend tous les ans pour manger les enfants qui, à la nuit de Noël, ne portent pas de vêtement neuf. C’est pourquoi à chaque Noël les enfants reçoivent un nouveau vêtement. Le repas de Noël est traditionnellement composé d’une soupe de mouton, de mouton fumé, de pommes de terre au caramel, du Laufabrauð, un pain traditionnel, et du porridge.

Lankouëch se mit à applaudir à la fin du récit de son ami. Puis, il se rendit compte, un peu tard, qu'il se comportait comme un gamin. L'insulaire reprit son air sérieux et ses yeux quittèrent cette part d'enfance qui brillait quelques instants plus tôt. Île de Man se trouvait idiot sur le moment, aussi regarda t-il ses pieds qu'il balançait joyeusement dans le vide. Il s'en voulait d'être aussi faible, car il n'avait aucun souvenirs sur ces fêtes de Noël avant l'arrivée du christianisme. Puis Islande lui posa une question.

Et, chez toi, c’est comment les fêtes ?

Île de Man le regarda, il ignorait ce qu'il devait lui répondre. Que son Noël était comme celui de son frère détesté et qu'il n'avait plus aucun souvenirs de cette fête à l'époque où il était encore un celte insouciant? Le mannois se creusa quand même la tête. Tout d'un coup, Lankouëch se souvint parfaitement du début de sa fête et ce qu'elle représentait à l'époque des celtes. C'est donc avec un petit sourire qu'il regardait Islande.
- Je vais te raconter ce qu'était Noël pour moi, bien avant l'arrivée du christianisme et de ce crétin de frangin. Noël est à l'origine une fête païenne celte, fêtant le solstice d'hiver : la fête d'Yule. Mais il existe aussi plusieurs autres origines mais je vais te parler ici de quelques particularités qui étaient propres à la fête celte d'Yule.

Les symboles de Noël sont pour la plupart païens : la bûche de Noël est en réalité une bûche de chêne, et dans les temps anciens, elle était conservée tout au long de l'année dans un endroit sacré car elle représente le feu sacré, la lumière de la Terre. La bûche traditionnelle devait bruler pendant 12 heures, pour porter chance. Maintenant que bien des maisons n'ont plus de foyer pour brûler la bûche, celle-ci prend place sur la table, en gâteau roulé.

Le symbole de la bûche a aussi évolué vers l'arbre de Noël sur lequel on plaçait des bougies allumées plutôt que de le brûler. Les protestants clament que Martin Luther inventa cette tradition et les catholiques prétendent que c'est Saint-Boniface, mais la coutume existait déjà au temps des Saturnales romaines et même dans l'ancienne Égypte. Naturellement, l'arbre choisi devait être coupé et non acheté, et le temps voulu, brulé comme objet sacré et non comme vulgaire bois de chauffage.

Cette fête est associé à la naissance d'un bon nombre de dieux païens et de héros, par forcément celtes : Oedipe, Thésée, Hercule, Persée, Jason, Dionysos, Apollon, Mithra, Horus et même le roi Arthur des légendes possèdent une histoire de naissance, de mort et de résurrection très proche de la vie de Jésus, et la plupart d'entre eux le précèdent au point de vue strictement historique. Les Chrétiens ont pris beaucoup de temps pour s'accaparer cette fête. La tradition était établie que Marie avait donné naissance le 25 du mois, mais personne ne s'accordait pour savoir de quel mois il s'agissait. Finallement, en 320 de notre ère, Les pères Catholiques de Rome décidèrent de placer la fête en décembre, dans un effort pour erradiquer la célébration Mitraïque des romains et la célébration de Yule des celtes et saxons. L'Église romaine n'a jamais prétendu que la date était historiquement valable, car les bergers ne déplacent pas les troupeaux vers les hauts pâturages en plein milieu de l'hiver, et de nuit en plus! Le nouveau testament donnerait plutôt comme référence pour la naissance de Jésus quelque part au printemps. C'est aussi au printemps que les brebis vêlent et que les bergers restent près du troupeau pour s'assurer de leur sécurité, même la nuit. C'est pourquoi l'Église orthodoxe refuse cette date du 25 décembre. Et maintenant, on fête le Noël que tu connais...


Lankouëch afficha un petit sourire, car son histoire n'était pas aussi palpitante que celle de son ami, il faut dire aussi qu'il n'avait que quelques bribes ce qui n'aidait guère à construire une véritable histoire. Le garçon se demandait ce qu'ils allaient faire maintenant. Île de Man leva la tête pour voir tomber quelques flocons de neige. Le jeune garçon se mit à sourire joyeusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Mer 18 Juil - 14:48

Nataniel n’avait pas accordé beaucoup d’importance à la remarque de Lankouëch précédant son récit. Faut dire, il était de la même trempe. Jamais, au grand jamais, il ne parlait de sa vie sentimentale à sa famille. Parce que c’est comme ça. Entre Norvège le taré qui le stalke limite, Danemark qui se foutrait de sa gueule, Finlande qui en ferait une affaire d’état, Suède qui fait peur, Ladonia qui matte déjà des films pour adultes, Groenland qui a une relation houleuse avec la machine à café… Y’a que Svalbard qui soit assez saine d’esprit pour que l’islandais daigne évoquer ses déboires sentimentaux. Enfin, le peu que y’avait, d’ailleurs.

Il était plutôt fier d’avoir réussi à intéresser Île de Man à son histoire. Il se félicitait d’être plutôt bon conteur, et ne se faisait jamais prier pour pratiquer. Mais on lui demandait rarement, faut dire qu’il est pas très loquace, sorti de ça, donc pour savoir que, des histoires, il en a à raconter, c’est pas simple. Du tout. C’est plus facile de retirer un compliment à Mr Puffin, même. Les applaudissements de Lankouëch l’amusèrent un peu. Si bien qu’un léger – quand je dis léger, je parle d’un micro mini demi tiers de bout – sourire étira ses lèvres gercées par le froid.

Nataniel écouta alors le récit du mannois, le trouvant un peu plat et encyclopédique à son goût, pour lui ça manquait d’émotions et d’expérience personnelle. Mais il est toujours critique, l’islandais. Faut dire que le racontage d’histoire, c’est son dada, et qu’il sait comment captiver quelqu’un. Malgré ça, il était intéressé, par le contenu du récit de Lankouëch. C’était différent, plutôt, de chez lui, lui et ses treize papas Noël. C’était sympathique. Nataniel afficha un autre demi-bout de sourire quand l’autre eu finit son récit.

« T’arrêtes pas de parler de religion… C’est important chez toi ? »

Il n’en savait rien, sur le christianisme ou quoi sur l’Île de Man. Chez lui, y’avait pas mal de chrétiens, mais la religion officielle, c’était la religion nordique, les croyances païennes de la vieille mythologie scandinave qui avaient été apportées en Islande en même temps que les norvégiens et les premiers installés sur ses terres. Alors Jésus et compagnie, il y croyait pas du tout. Vraiment pas. Et il n’en avait rien à faire. Juste savoir si les autres étaient croyants, ça pourrait être utile, histoire de pas être blessant dans ses propos, quoi.

Car si Nataniel savait être incisif et blessant, la plupart du temps, il essayait d’être un minimum poli et d’user de tact. La tolérance, c’est dans les mœurs islandaises, plus ou moins. Plus plus que moins.

La neige qui commençait à tomber réussit à le distraire un instant. Neige, comment il aimait ce manteau blanc qui recouvrait les villes et les paysages une fois l’hiver venu. Rien n’était mieux que de se balader en laissant des traces dans cette neige bénie. Il adorait ça. Mais la neige tombante annonçait autre chose. Il regarda sa montre. Il ne devrait plus tarder à rentrer, pour éviter tout désagrément. Il s’était déplacé presque pour rien, après tout. Oui. Il avait simplement failli se disputer méchamment avec un anglo-saxon, mais à part ça, c’était une journée vide d’intérêt. Et de toute façon, s’il avait réussi à avoir cette entrevue avec l’anglais, y’aurait vraiment eu une dispute anglo-islandaise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 5 Aoû - 14:31

Le mannois s'attendait à une quelconque manifestation de l'islandais suite à sa réponse sur les sentiments, mais peut-être que ce dernier était comme lui. Île de Man n'osa pas lui poser la question, car pour ce dernier c'était tout simplement assez impoli, le garçon étant assez patient attendrait tranquillement que son compagnon lui avoue. Lankouëch détestait précipité les faits.

À la fin de son récit, l'islandais lui posa une question pour le moins... Déconcertante.
- T’arrêtes pas de parler de religion… C’est important chez toi ?

L'îlien ignorait ce qu'il pouvait répondre. Certes, le catholicisme était la plus répandue dans son île. Le garçon regarda le sol en continuant de battre ses pieds, comme le jeune homme regrettait l'ancienne époque où il courrait sans se soucier des changements qui allaient surgir dans sa vie. Le mannois poussa un petit soupir et regarda Nataniel.
- ... En fait... Je m'en moque un peu des religions... Mais... J'ai trop vécu avec Angleterre du coup... On va dire que je lui ai prit quelques fêtes... Je n'avais pas le choix sinon j'aurais gardé la religion celtique... Qui me manque terriblement, mais que je retrouve avec joie au moment de la Toussaint... D'ailleurs... C'est le seul moment où je raconte des histoires avec les créatures qui peuplent mon île... Qui ne sont pas des plus gentilles d'ailleurs... Sauf... Si on sait exactement ce qu'il faut faire pour ne pas attirer leurs courroux.

Lankouëch afficha un petit sourire, puis se dit qu'il pourrait offrir un bon petit verre de vin de pomme de terre, ou alors un civet de lièvre avec des gâteaux aux fruits, histoire que son nouvel ami garde un magnifique souvenirs de lui, et surtout pour effacer cette vieille querelle. Le mannois descendit du banc et regarda l'islandais.
- ... Heu... Veux tu venir chez moi pour boire quelque chose... Ou bien manger... Ou alors... Te réchauffer avant de reprendre la route qui risque d'être longue... Lui proposa gentiment Île de Man qui lui tendit la main pour l'aider à se lever, même s'il se doutait que ce dernier n'avait besoin d'aucune aide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Dim 5 Aoû - 18:49

- ... En fait... Je m'en moque un peu des religions... Mais... J'ai trop vécu avec Angleterre du coup... On va dire que je lui ai prit quelques fêtes... Je n'avais pas le choix sinon j'aurais gardé la religion celtique... Qui me manque terriblement, mais que je retrouve avec joie au moment de la Toussaint... D'ailleurs... C'est le seul moment où je raconte des histoires avec les créatures qui peuplent mon île... Qui ne sont pas des plus gentilles d'ailleurs... Sauf... Si on sait exactement ce qu'il faut faire pour ne pas attirer leur courroux.

Nataníel l’écouta déblatérer sur ses croyances. C’est drôle comment il partait en live dès qu’on lui posait une question simple. Il était en tout cas beaucoup plus loquace que l’islandais qui aurait simplement répondu oui ou non à ce genre de question. D’ailleurs il avait pas tout compris. Il était… Vachement influençable, le mannois, pour changer de croyances simplement parce qu’il vivait avec quelqu’un qui n’avait pas les mêmes que lui. Les autres nordiques c’était hallelujah l’église, lui il en avait rien à carrer et était revenu aux vieilles croyances du Nord. Le christianisme, c’too mainstream.

« Je vois. T’es plutôt influençable dans le genre, quand même. J’trouve. On quitte pas ses croyances, sa religion, pour quelqu’un. Je crois aux divinités nordiques, et c’est pas le cas de ma famille. »

Par contre, il ne dit pas non à l’invitation à boire ou manger un truc. Il avait encore un peu de temps, alors bon. Mais vite fait hein, il fallait pas qu’il rentre après la tombée de la nuit. Ca caille après. Et puis il s’était fixé une heure de rentrée, quoi. Bref. Il attrapa la main du mannois et se releva, avec un merci au bout, politesse oblige.

« C’pas si long, d’ici au quartier nordique, t’sais. Enfin. J’dois rentrer avant la nuit. »

Il enfonça les mains dans les poches de sa veste et avança à côté du mannois, il savait pas où Ile de Man créchait, alors il suivit bêtement. Et là, il fallait réengager la conversation, parce la question de religion a le don d’agacer Nataníel qui est un peu foreveralone à croire à des divinités qu’on parodie dans des comics américaines. Dire qu’il va royalement boycotter les Avengers c’est pas nécessaire, donc.

« Sinon. Pour en revenir à c’que t’as dit tout à l’heure. Tu devrais p’tete en parler à ta famille, un jour ou l’autre, non ? C’est bête, sinon… »

Oui parce qu’avec l’islandais c’est fais ce que je dis pas ce que je fais, naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Sam 11 Aoû - 15:14

- Je vois. T’es plutôt influençable dans le genre, quand même. J’trouve. On quitte pas ses croyances, sa religion, pour quelqu’un. Je crois aux divinités nordiques, et c’est pas le cas de ma famille.

Île de Man baissa la tête. Le garçon savait très bien qu'il était faible au niveau des croyances. Lankouëch tenta un regard en direction de l'islandais.
- ... Je sais que je suis influençable... Mais... Hum... Comment dire... Tu sais... Quand j'étais jeune... Je croyais vraiment tout ce qu'on me disait... Alors... J'ai cru ce qu'on m'avait dit à cette époque... Mais... je ne le regrette pas... J'aime beaucoup voir la joie sur le visage des personnes, et puis... Je passerais des heures à écouter des personnes chanter au coin des rues... Et... Je me demande si la joie serait toujours présente... Si j'avais remis en place les croyances celtiques...

C'est vrai que Lankouëch n'était pas très fier de ses actions passées, mais le jeune homme ne voulut rien dire à son compagnon, pas question de l'inquiéter davantage.
- C’pas si long, d’ici au quartier nordique, t’sais. Enfin. J’dois rentrer avant la nuit.

Le mannois n'en crut pas ses oreilles, l'islandais venait d'accepter son invitation. Son petit coeur rata un battement, car il ne s'attendait pas à ce genre de réponse. En tout cas, il fut ravi, aussi le conduisit-il jusqu'à sa modeste maison. Lankouëch regarda les vitrines animées avec un petit sourire, puis l'insulaire se demandait à quoi ressemblerait Noël s'il avait gardé ses croyances celtiques, est-ce qu'il y aurait autant de lumière ainsi que de joies ? Est-ce qu'il entendrait les chants dans les rues ? L'adolescent regarda l'islandais, il voulut lui demander comment était la fête de Noël chez lui, mais son interlocuteur lui posa une question qui le prit de court.
- Sinon. Pour en revenir à c’que t’as dit tout à l’heure. Tu devrais p’tete en parler à ta famille, un jour ou l’autre, non ? C’est bête, sinon…

Lankouëch regarda ses pieds. L'îlien savait très bien ce qu'il pouvait arriver s'il avait le malheur de dévoiler son secret au grand jour. Angleterre risquerait de le tuer et de tout faire pour les séparer. Le mannois connaissait très bien son "adorable" grand frère. Donc, pour l'insulaire, c'était une mauvaise idée d'en parler à ses proches, surtout qu'il ne s'entendait pas avec tout le monde. Enfin... Il fallait bien que l'adolescent réponde à la question de son nouvel ami, histoire de ne pas paraître impoli. C'est donc avec une légère rougeur aux joues que le jeune homme lui dit :
- ... Je sais que je devrais en parler, mais... Comment dire... Hum... On va dire que je ne suis pas en bon terme avec certaines personnes de ma famille... Donc... Il ne vaut mieux pas... Enfin... J'en ai quand même parlé à une personne en qui j'ai confiance... Je sais très bien qu'elle ne le répétera pas aux autres... Enfin... J'espère...

Lankouëch avait le don de changer de sujet, surtout quand celui-ci devenait pénible et surtout déstabilisant pour lui.
Quelques minutes plus tard, le duo arriva devant la maison d'Île de Man. Ce dernier ouvrit la porte en faisant signe à son invité de rentrer. Lankouëch en profita pour appuyer sur l'interrupteur, histoire que l'islandais puisse voir où il mettait les pieds. Les meubles étaient en bois, tout comme le sol. Quant aux murs ils étaient blanc. Une cheminée se trouvait dans le salon, ainsi qu'un sapin décoré se situait dans un coin, à côté d'une fenêtre.
Le garçon proposa à son invité de s'asseoir dans le fauteuil qui se trouvait devant la cheminée, en lui demandant par la même occasion s'il pouvait allumer un bon feu de cheminée, et lui demanda ce qu'il désirait boire et manger. Île de Man adorait recevoir des personnes chez lui, aussi faisait-il tout son possible pour leur montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]   Aujourd'hui à 21:15

Revenir en haut Aller en bas
 

Une balade qui risque de se transformer en une nouvelle amitié [PV Islande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-