Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Dim 2 Oct - 19:41

Et j'arrive! Fais place, Invité!

L'Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d'accord. [Napoléon Bonaparte]


"Il y a des moi plus moi que d'autres."
Paul Valéry

Ils sont innombrables ceux qui me ressemblent, et moi, cependant, je demeure unique.
Vasyl Symonenko

    ♠♥ NOM HUMAIN: Roderich Edelstein
    ♠♥ NATION REPRESENTEE: Autriche | Republik Österreich
    ♠♥ SEXE: Masculin, cela va de soi
    ♠♥ FAMILLE:
    ♛ Liechtenstein: Elle est comme sa fille.
    ♚ Espagne: C'est son ancien mari.
    ♛ Hongrie: Son ex-femme.
    ♚ Toute la famille allemande: Cousins/cousines

    ♠♥ LIEU D'HABITATION: Grimm's place
    ♠♥ RANG PERSONNALISE: A mettre sa vie en musique, on en oublie parfois de vivre.




♠♥ CARACTERE:
Il y aurait plusieurs mots possibles pour décrire ce qu'est cet aristocrate: égoïste, se soucis peu de ce que les autres pensent(non ça ne revient pas au même), un peu trop stricte par moment (souvent), extrêmement conservé et calme... mais un mot pourrait le décrire parfaitement: radin. Lui il vous dira qu'il n'est qu'intelligent et économe, mais ne l'écoutez pas, c'est pas vrai. Enfin, si il est intelligent, très même. Loin du genre à sauter partout, cet autrichien est des plus calme et renfermé sur lui-même. Pas particulièrement sympathique ou gentil avec les gens en général, il fait toutefois exception avec certains de ses proches, comme Hongrie ou... Italie. Oui, très rarement, une fois tout les mille ans, mais reste qu'il peut être gentil. Suffit de bien le connaître. Puis, des gens qui savent apprécier la beauté de son piano ne peuvent pas être des nuisances, n'est-ce pas? La musique, c'est tellement mieux que tout~ oh! Parce que j'ai négligée de dire que notre Roderich est un prodige de la musique! Pas seulement du piano à queue, son instrument de prédilection: même au violon et à la flûte traversière, l'homme excelle. Il est très bon dans tout ce qu'il entreprend, en fait. Sauf peut-être la guerre... il n'est pas un grand batailleur, et la violence est, à ses yeux, quelque chose dont on pourrait largement se passer. Pas parce qu'il est faible... quoique... ahem. Disons que les arts reste un domaine dans lequel il préfère se jeter corps et âme. Le pauvre n'a aucun sens de l'orientation, il se perd très facilement. Comment il survit dans son manoir? Facile. Il a apprit le chemin de sa chambre au piano. VOILÀ. Mais non je blague. Ou pas. Pas seulement ça, il est aussi plutôt maladroit. Enfin, ça on le dit pas, Autriche est très orgueilleux et n'aime pas qu'on sache ce genre de petits secrets...

Roderich Edelstein, de son nom complet, a une tendance à prendre les nerfs pour pas grand chose et s'énerver chez lui est monnaie courante. Soit après Italie, Allemagne ou, surtout, Prusse. Enfin, lui c'est une autre histoire et mieux vaut l'éviter, Rod' le sent pas trop c'lui là. Il sait ce qu'il veut, par contre d'un naturel légèrement paresseux je dis pas qu'il ne fera pas tout pour terminer le plus rapidement possible. Mystérieux! J'avais oubliée le mot. Oui, cet homme est mystérieux, cela va sans dire. Il ne parle pas beaucoup, et ses yeux n'en disent parfois pas très long. Quand il réagit, par contre, il ne peut plus rien cacher. Vous ne vous en doutez pas, mais il a bien des choses dans son jardin secret. Meilleure oreille que dictateur, l'aristocrate est une bonne personne à aller voir lorsqu'on a envie de parler sans vouloir recevoir de commentaires. Du moins, quand on est dans ses proches, sinon... bah, il va s'en foutre en fait. Malgré le fait qu'il a un sens de l'honneur très fort, rares sont ceux avec qu'il s'est réellement lié d'amitié. Quand cela se fait, par contre, vous êtes certain d'avoir un allié fidèle. Efficace je dis pas, mais fidèle, oui. C'en est tout je crois... oh! Ses goûts culinaires: sa nourriture est très bonne, ressemblant pas mal aux mets allemands, mais avec des différences bien marqués tout de même. Chacun est libre d'aimer ou pas, mais de façon général, personne ne se plains lorsqu'il fait à manger(ce qui arrive pas souvent ceci dit en passant).

♠♥ PHYSIQUE:
Beau est ce qu'on peut dire de façon générale. Parce que c'est vrai après tout. Tout chez lui est attirant, en passant par son visage fin et raffiné ou encore par ses magnifique yeux violets. D'ailleurs, ces derniers sont assez perçants, bien que démontrant rarement de l'intérêts pour quelque chose. On est porté à croire qu'il n'a pas d'émotions, mais des signes corporel indiquent clairement le contraire, comme par exemple le fait qu'il rougit facilement. Pour en revenir à son visage, ses traits son efféminés et loin d'être menaçants ou durs, mais c'est ce qui fait sa beauté, au fond. Lunettes toujours sur le nez, il ne les retire que lorsqu'il dort ou qu'il prend sa douche. D'autres moments aussi, mais restons décent, c'est quand même une présentation physique ici... pour en rester au niveau du haut, il y a ses cheveux, de légers fils brunâtres/noirs avec, sur le dessus, une constante mèche de cheveux(représentant la ville autrichienne Mariazelle). Finalement, un grain de beauté orne le dessous de sa bouche, entre celle-ci et son menton. Un petit secret concernant ce dernier: si on le touche, Roderich devient une "machine sexuelle" et vous sautera dessus pour vous faire des choses que vous pourriez regretter... ou pas.

Son corps n'a rien en commun à celui d'Apollon, mais n'a pas grand chose à envier aux autres, restant mince et élancé, bien que sa masse musculaire ne soit pas la plus développée, cela ne lui empêche pas d'avoir un corps de rêve. Ou plutôt, typique uke, si vous voulez mon avis. De longs bras et jambes, ses gênes allemands lui apporte une bonne grandeur, pouvant s'avérer menaçante, du moins, quand il le veut bien. Sur son annulaire gauche, on peut encore remarquer l'anneau de son alliance avec Hongrie. Il y a tenu et y tient toujours, ne le retirant jamais. Son accoutrement de tout les jours n'a rien à être reproché, toujours impeccable. Une veste violette, pantalon de la même couleur... plusieurs variétés possibles, comme une simple chemise et un pantalon noir, ou autres vêtements simples. Que dire, que dire, sinon que l'apparence pour lui est une chose importante et qu'il n'aime pas être décoiffé. Bref, une beauté naturelle cet homme. Quoi dire d'autre? (que les lunettes, c'est le bien, ouais). Oh! La version chat de lui, parce que ça peut toujours être pratique. Donc, son pelage est, sur le dessus, du même violet qui le caractérise normalement. En dessous, du beau poil blanc. Sa mèche et son grain de beauté sont des détails faciaux qui ne changent pas. Ses lunettes par contre sont troquées pour des yeux, ses yeux demeurant toujours aussi mauve.

♠♥ HISTOIRE:
L'Autriche, connue pendant un temps sous le nom de "Ostarrîchi", fut d'abord gourverné par la famille Babenberg. Pendant les siècles qui suivirent, on installa la colonie: les forêts, les terres, les édifices. Bref, on en faisait un pays. En 1156, on éleva l'Autriche au rang de Duché, le ressort de commandement d'un Duc. D'ailleurs, les Ducs de Babenberg ont été notés comme étant la famille la plus influente dans la région du Duché de Styrie. L'Interregnum, de son nom latin, est la période entre la fin du règne et le début d'un autre. Frederick II, dernier descendant des Babenberg, fut massacrer en une année qui nous échappe encore. Pour cause, le statut du pays et qui le gouvernerait se disputa pendant des décennies, jusqu'à l'extinction totale de la famille Babenberg, au 13ième siècle. L'Autriche contesta la mise au pouvoir du Roi Ottokar II de Bohémie, sous qui il resta un temps gouverné. Grâce à Rudolf I de Habsburgh, que le roi Ottokar se refusait à laisse entrer au pouvoir, et le Roi Ladislaus IV de Hongrie, on élimina Ottokar. C'est là qu'un grand règne débuta. Il s'agissait de...


Sa formation (1618 - 1648)
--------------------------------------------
C'était une journée chaude, pas très ensoleillée toutefois. Roderich, gardant la tête haute et fière, se tenait aux côté de son Empereur, Rudolf I. Ils étaient accompagnés de son fils, dont le nom échappe à l'autrichien, dans une grande salle faite de bois, avec en son centre une table tout ce qu'il y a de plus banale. Ce ne fut pas grande cérémonie, malgré l'ampleur de l'événement. La figure d'Autorité, donc, montra un papier à son fils, lui faisant signe de signer.

"- Mon fils, ces terre t'appartiennent maintenant. Perpétue la Monarchie Habsburgh jusqu'à son dernier souffle, et soutient ce règne s'annonçant une grande avancée dans l'histoire de l'Autriche."

Pour les 640 prochaines années, la Duché allait être gouvernée par nul autre que la si connue Famille Habsburgh. Plusieurs décennies passèrent, le royaume fut donné à différentes figures royales, plusieurs changements, comme n'importe quelle autre contrée.

L'Autriche, un pouvoir grandissant, ou les relations conflictuelles avec la France (1657 - 1714)
--------------------------------------------
D'abord, l'Autriche en ces temps sembla s'en prendre un peu plus à la France qu'aux autres. Une nouvelle rivalité était née, et on pu le constater par nombre de guerres, entre autre la Troisième Guerre Anglo-Néerlandaise(1672-1679), qui se résultat en victoire pour les deuxièmes, soit l'Autriche et l'Empire Dano-Norvégien.

Sur le champ de bataille, grosse ambiance sombre et lourde. Au loin, on peut entendre un certain danois s'obstiner. Pas très subtile, surtout que rien n'est commencé et qu'il s'amuse à gueuler les stratégies.

"- ET PUIS ON PEUT TOUJOURS FAIRE ÇA AU LIEU DE ÇA! Tu vois? Faut passer PAR DERRIÈRE!
- Tais-toi bougre d'imbécile!! Ne cri pas nos stratégies!!"

Ah que France et Angleterre riaient, face à eux! Ils ont pris la victoire pour acquis. Mais... quelle ne fut par la leur surprise quand ils perdit! Tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à se tenir tranquille.

Il ne faudrait pas oublier la Guerre de la Ligne des Augsburg(1668)-1667) ou encore... la Guerre de la Succession Espagnol, de 1701 à 1714. Le très vaste territoire de l'Espagne, maintenant détrôné, a été en proie à plusieurs conquérants désireux de ses terres. Il y avait là-dedans la France, notre cher Autriche, ainsi que l'Angleterre et d'autres. Bien que la France prit une bonne partie des terres, l'Autriche s'en sortit aussi avec de bonnes parts, ceci incluant les Pays-Bas méridionaux, la Duché de Milan dans l'Italie du Nord et Naples et Sardinie en Italie du Sud.


Charles VI & Maria Thérésa, ou une flaque de sang sur la neige trop blanche (1711 - 1780)
--------------------------------------------
C'était un des événements marquant de l'histoire, ce genre d'occasion à laquelle rares avaient participé. Un couronnement pour le moins inattendue suite à une mort inévitable. Charles VI, ayant succédé à son frère Philippe I comme Empereur du Saint Empire Romain, ainsi que Roi de Hongrie, Autriche et les alentours, rendit l'âme en 1740. N'ayant aucune descendance masculine, et possédant comme seule fille la jeune Maria Thérésa, âgée d'à peine 25 ans, le Royaume n'eut d'autre moyen que de la proclamer Reine de Hongrie, Croatie et Bohemie, Archi-Duchesse d'Autriche et Duchesse de Parma. Bien que son père ait été un grand chef pour le Saint Empire, la nouvelle reine de pouvait accéder à ce titre; jamais une femme n'avait eu de rôle, et aucune femme n'aurait du, selon certains. Mais suite à diverses problématiques, le Chef n'eut d'autre choix que de persuader les pays allemands d'accepter la place de pouvoir à cette jeune femme, via la Sanction Pragmatique de 1713. Maintenant au pouvoir, Maria pouvait assurer le parfait contrôle de ces pays, malgré son bas âge et son expérience fortement diminuée.
Un jour, toutefois, la Sanction fut brisée, par la prise de Silésie par la Prusse. Encore lui, cet abrutit, grommela Roderich à lui-même, à l'annonce de cette outrageuse trahison. Autriche se battit d'abord seul. Sans espoir. Son armée était piètre et, comparativement à celle de Prusse, complètement minable. Cuisante défaite que ce fut, victoire écrasante ce fit. C'est là que la Silésie fut prise. Mais la vraie guerre n'avait pas commencée... pas encore...

***

Un champ de bataille, loin d'être le premier que Roderich avait vu, se dressait devant elle et ses alliés. Lui, en avant plan, la tête remontée pour cacher sa peur et sa crainte, fier et prêt à combattre. À sa droite se dessinaient Hongrie, alors qu'à sa gauche était là, le menaçant et à cette époque redouté Angleterre. Un peu derrière se trouvait Russie, son sourire toujours aussi effrayant éclairant de façon inquiétante son visage. Rien ne bougeait, pas même leurs ennemis d'en faces, eux aussi visiblement près à éliminer tout ce qui se trouvera sur leur chemin. De ce que l'autrichien pouvait voir, la frontière adverse comptait évidement Prusse, droit, sourire moqueur et beaucoup trop confiant à son goût, faisant tête à l'armée. À sa droite, Espagne. À sa gauche, France. Un peu derrière, se démarquant de par sa grandeur des autres, un autre nordique; Suède. Tout semblait être sur pause; personne ne parlait, seul les grondements menaçants du tonnerre résonnaient dans l'immensité du ciel gris, accompagné d'une pluie battante. L'odeur du sang semblait déjà peser dans l'air, qui se faisait lourd et remplis de mauvaises tournures. Rien n'était bon; ou du moins, rien ne s'enlignait pour l'être. Un dernier respire. Une profonde inspiration, qui, Roderich osait croire, allait lui permettre de traverser cette dure épreuve.

Après un coup d'oeil collectif des 4 principaux chefs, comme d'un coup, tout partit; chacun aillant ses propres comptes à régler, chacun ayant ses propres vengeances à assouvir. Autriche n'hésita évidement pas à foncer droit sur Prusse, l'assénant des plus puissants coups qu'il pouvait donner malgré sa peur. Oui, une peur qu'il n'admettra jamais. On aura beau dire ce que l'on voudra, cet imbécile de Gilbert est redoutable, et quand il a l'épée en main, c'est 10 fois pire! Parfois le dominant, autre fois dominé... c'est sans caché que sa détermination et l'adrénaline faisaient de lui une bête, bien plus puissante qu'il ne l'a jamais été. Ses terres, son honneur, sa fierté, son avenir... tout se jouait ici. Même lui, habituellement si silencieux, ne pouvait retenir ses cris de fureurs, de rages, face à cet individu qui lui rendait la vie si dure, si ardue. Il devait en finir. Maintenant.

-"Rend moi ce qui est mien!
- Ke! Parce que tu crois qu'un minable comme toi peut me faire peur? CES TERRES M'APPARTIENNENT, HAHAHA!
- Crève!"

Pas seulement était-il en furie, mais les hurlements autour de lui lui donnait envie de tout détruire, de tout arrêter. Lui trancher la tête, à ce traître. Il n'avait pas le temps de regarder autour, mais pouvait facilement deviner qu'Elizabeta de son côté se débrouillait bien, tout comme les autres. Möge gott mit uns! Était la prière que lançaient, en plein champ de bataille, les braves combattants. Soudain, une petite inattention, minuscule, une accroche, fit perdre pied à Roderich, qui tomba sur le dos, son épée repoussée au loin. S'en était fini, il en était certain. L'autre grand imbécile, qui prit sa victoire pour acquise, leva son épée au-dessus de lui. Mais alors qu'il abaissait l'arme pour le coup fatal, une ombre se mit face à lui et bloqua le coup. Il fut surpris, mais tellement soulagé, lorsqu'il vit la hongroise lui porter secours, qu'il ne trouva pas les mots pour la remercier. Susurrant injures à qui était avant son meilleur ami, Elizabeta parvint à le repousser quelques secondes, secondes précieuses qui lui permirent de redonner son arme à l'homme se redressant de terre. Une fois la lame bien dans ses mains, Roderich la remercia d'un hochement de tête reconnaissant. Elle avait bien comprit qu'elle venait de lui sauver la vie, et c'est dans un cri qu'elle repartit se battre, aussi fièrement que n'importe quel autre homme, bien qu'étant la seule femme du terrain. Le duel reprit entre les deux rivaux, et dans chacun de leurs yeux se dessinait une lueur plus meurtrière que jamais.

Le début, ce n'était que le début...

***
Ouest du Saint Empire Romain, 1748.
C'est le silence total dans la pièce. Autour de la table se trouvaient les protagonistes de cette guerre, une guerre qui ne résulta à rien. Ou presque. Le papier au centre, celui que Roderich s'apprêtait à signer, s'en suivant Prusse, indiquait la perte de Silésie aux mains de Frédérick II. Le traité de Aix-la-Chapelle fut signé en cet instant, pas seulement au mécontentement de l'autrichien, qui semblait dégoûté à l'idée de laisser sa capitale. Mais c'est comme ça, lorsqu'on se bat; un vainqueur, un perdant. Le perdant donne au vainqueur, alors que le vainqueur reçoit ce qu'il n'aurait peut-être pas du avoir. Les formalités terminées, la salle de conférence vide, Gilbert ne pu s'empêcher de narguer le pauvre Roderich, même si le morale de ce dernier était terriblement bas.

Suite à la prise en main des armées autrichiennes par Maria Thérésa, un autre combat eu lieu; la Guerre de Sept Ans. Mais ça, c'est une autre histoire, sur laquelle nous passerons cette fois...

La Confédération allemande (1815-1866)
--------------------------------------------
1815
Qui l'aurait cru! En tout cas, Roderich aurait préféré ne jamais avoir à le croire. Ce foutu papier, il le brûlerait bien! Oui, oui, le papier. Petite notion historique s'impose je crois. D'abord, l'écroulement du St-Empire Romain par Napoléon. 6 Août 1806. Une grosse chute, non pas sans répercussions. Un peu plus tard, suivant la Bataille de Austerlitz, pendant la Guerre de la Troisième Coalition en 1805, 16 alliés de la France et lui-même établirent la Confédération du Rhin. Seuls l'Autriche, la Prusse, le Danemark et la Suède ont décidés de rester en dehors de la confédération. Ces mêmes nations, plus tard, entrèrent en guerre, celle de la sixième coalition, de 1812 à 1814. Résultat? Le traité de Paris de 1814, qui amena au congrès de Vienne, créant ainsi la confédération allemande le 8 juin 1815.

Pour en revenir au papier, donc. Oui, il fut signer. Non, Roderich n'en était pas ravis. Déjà qu'à distance, il ne pouvait pas le sentir. Imaginez, vivre dans la même maison que ce Gilbert! Il allait devenir fou, il le savait, c'était évident. Au moins, il y avait un piano...

***

Une journée comme les autres, une année sans date, Roderich Edelstein de son nom complet jouait, comme à son habitude, de son piano. Ha, le calme régnait dans la maison, c'était merveilleux! Le son du piano le laissait divaguer dans ses pensées, ses pensées se concentrant en un fouillis de tout et de rien. Que faire, sinon s'émerveiller devant la beauté de son instrument, du son, des émotions qu'il en ressortait? Certains lui avaient déjà demandé de chanter, mais il s'y résigna: moins avait-il besoin de parler, mieux cela était. Ou en fait, c'est seulement parce qu'il est gêné. Une journée comme les autres. Banale, mais agréable. Comme pour faire changement, notez le sarcasme, un prussien arriva au pas de la porte de la salle de musique. Mais étrangement, il ne criait pas. Non, il semblait même calme. L'autrichien ferma les yeux, histoire de l'ignorer mieux au cas où il viendrait, mais rien. Après un temps il releva ses paupières, mais Gilbert avait disparu. Étrange... jamais Roderich ne pourrait comprendre la mentalité d'un tel imbécile, après tout.

***

1866
Enfin! Enfin, libéré de cet idiot. S'en suivant la guerre Austro-Prussienne, en 1866, la confédération allemande a été abolie, laissant plutôt place à la Confédération de l'Allemagne du Nord, dominée par la Prusse -comme si c'était surprenant-. Il laissa l'Autriche, ainsi que plusieurs petits pays, à part de sa nouvelle confédération. Nouvellement libéré, il du se préparer à une autre règne, déjà. 1 an plus tard, la double-monarchie fut créer...


La monarchie Austro-Hongroise, ou représentation d'une éternité éphémère (1867 - 1918)
--------------------------------------------
8 Juin, 1867
Une chaude journée que c'était. Mais le soleil, et la légère brise, faisaient que tout semblait magique et en faisait oublier la température. C'était spécial, aujourd'hui. Elizabeta, sa belle, sa douce et sa nouvelle promise. Il ne pouvait en croire ses yeux. Enfin, après tant, tant d'années de guerre. Pas que s'en était terminé, mais il savait qu'à eux deux, en restant unis, ils seraient plus forts et plus grands que beaucoup d'autres. Ses émotions et sentiments, qu'il cachait habituellement, ne semblaient, même en cet instant, ne pas vouloir se montrer. Il est vrai qu'en étant seul devant l'autel, avec à côté le prêtre, ce n'était pas des plus facile de sourire. Mais Roderich savait que lorsqu'il la verrait, ses yeux s'en verraient éblouis. Que son coeur ne pourrait cesser de battre furieusement. Que ses grandes jambes faibliraient. La mariée se faisait visiblement attendre, puisque tout le monde regardait autour, se demandant quand elle arriverait. Le jeu en valu la chandelle, tout comme l'attente. L'Orchestre débuta à la vue de la demoiselle, qui descendait les marches de leur futur manoir. Oh, qu'elle était belle. Gott, réussit-il à peine à souffler. Il n'en croyait pas ses yeux. Sublime, superbe, personne n'aurait pu lui reprocher moindre faille. Elle était parfaite, tout comme sa démarche, tout comme elle. On dit que la perfection est relative, mais il savait qu'elle était parfaite pour lui.

***

«... vous pouvez embrasser la mariée», furent les derniers mots prononcés au bout de cet interminable discours. Ces mots furent aussi ceux qui celèrent une union à l'apparence éternelle; un amoureux baiser, bien qu'un peu distant et timide au début, referma avec lui cette distance qui les séparaient. Des minutes, des heures, des années; le nouveau couple aurait put rester comme ça l'infini durant. Mais les larmes, complètement imprévues d'Elizabeta mirent fin au baiser, pour ne laisser que deux sourires rayonner sous ce soleil aux vertus anormalement magiques.

Jamais aucun des deux n'aurait voulu croire que cette alliance si solide pourrait s'envoler comme les cendres du souvenir dans le vent du temps...


The time was World War 1 (1914 - 1918)
--------------------------------------------
Cette époque fut marquante, pas seulement pour l'Autriche ou l'Europe, mais pour le monde entier. La première guerre impliquant tout les pays du monde, ou presque. À cette époque, le régime Austro-Hongrois était la plus puissante force d'Europe, et est encore reconnue pour cela. Deux forces principales par contre s'affrontaient, et étaient composées de la Triple-Entente et de la Triple-Alliance. L'empire Oztràk-Magyar se rangeait dans le deuxième triplé, avec l'Allemagne, ainsi que l'Empire Ottoman et le Royaume de Bulgarie. Ce fut toutefois, comme vous le savez tous, une défaite pour la Triple-Alliance. Mais... ailleurs se disputait une autre défaite; celle de l'Empire Austro-Hongrois...

***

Automne 1918, Budapest.
Après une quasi-cuisante défaite de l'Allemagne sur le front Ouest, la monarchie Austro-Hongroise fut dissoute. Pour des raisons politiques. L'Empire Britannique, France, Italie et les États-Unis, nationalistes, désiraient énormément l'autonomie de plusieurs pays; quand ce fut évident que la guerre était perdu pour les allemands, ils appuyèrent plus fort sur leurs demandes... comment ça s'est passé... disons que c'est douloureux, mais que je peux bien le partager...

Elizabeta, assise sur un des nombreux divan du salon. Ses yeux lançait un regard dur, presque craintif, à la porte d'entrée. À ses côtés, Roderich, lui aussi inquiet mais ne laissant rien paraître, semblait vide de vie. Les deux savaient parfaitement que quelque chose allait se produire, mais ne pas savoir comment cela arriver ne les rendaient que plus anxieux... Lizzy serra la main qu'elle tenait plus fort, entendant des pas s'approcher, imitant le bruit des aiguilles d'une horloge. Une horloge qui calculait le début d'une fin... même une larme coula, à la simple pensée de partir. Ce manoir, c'était devenu sa maison. Aucune réaction venant de l'aristocrate, sinon de la colère dans son regard, lorsqu'il vit entrer France et Angleterre, suivit d'Italie et d'Amérique. Françis prit Elizabeta par le bras, tirant pour l'apporter plus loin. Il en fut de même pour Autriche, tiré par Arthur. Sa fierté l'empêchait de pleurer face à eux, mais la colère qui montait en lui était si forte qu'il ne pu s'empêcher de crier.

«LÂCHEZ-MOI! LAISSEZ-MOI! Roderich...
- Bocsánat, Elizabeta...»

Tout n'est pas éternel, évidement, l'autrichien le sait trop bien. Mais... si ce mariage avait duré plus longtemps, peut-être aurait-il pu finalement vivre cet amour qui lui était aveugle? Peut-être serait-il devenue une autre personne... peut-être...

Heureusement, les deux pays ne cessèrent pas de se voir, continuant de se visiter l'un et l'autre. Ils étaient amis, mais c'était déjà bien que d'avoir seulement l'eau, alors qu'ils auraient pu avoir ni eau ni pain...


The time was World War II (1939 - 1945)
--------------------------------------------
Adolf Hitler, né le 20 avril 1889, mort le 30 avril 1945. Autrichien de souche, il fut un grand politicien allemand, entre autre le Chef du partie "National-socialiste des travailleurs allemands", ou "Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei", en allemand. On le reconnaît souvent pour avoir débuté le fascisme en Europe, la Deuxième Guerre Mondiale et l'Holocaust. Avoir su qu'un tel homme naîtrait de ses terres, Roderich aurait peut-être pu empêcher beaucoup de morts. Mais, voilà, on ne choisit pas le destin et le passé, il reste figé où il est.

On ne note pas l'Autriche comme ayant été un pays très important dans cette guerre. Certes il faisait partit de l'Allemagne nazi, mais pour être franche, il suivait surtout le troupeau pour ne pas se faire casser la gueule. On dira ce qu'on voudra, Hitler restait un homme à ne pas sous-estimer. Ayant pourtant fait d'horribles choses, il fut accueilli en héros, en rois, en Autriche. Un si grand homme, venu de chez eux! Les années passèrent, donc, et les axes, comme nous le savons tous, perdirent. S'en suivant la décision des alliés en 1943 de laisser l'Autriche totalement indépendante après la guerre, ils se séparèrent la terre en 4, entre la France, l'Angleterre, l'Union Soviétique et les États-Unis. Il se rendit à l'évidence, et Roderich se proclama perpétuellement neutre, ce qui lui permit d'avoir sa totale indépendance léguée le 12 mai 1955.

XXIe siècle, ou le présent futur
--------------------------------------------
La capitale de l'Autriche est Vienne. À son actif, la population autrichienne compte 8,414,638 personnes. Situé dans les alpes, on peut voir plusieurs montagnes le border, dont la plus grosse, Grossglockner. Dans ses pays voisins, on peut compter la Hongrie, la Suisse, le Liechtenstein, l'Italie, la Slovénie, la République Tchèque et l'Allemagne. Sa monnaie est, comme la majorité de l'Europe, l'euro et sa langue parlée, l'allemand. Sa culture est très riche, mais ce à quoi l'on pense quand on entend "Autriche" est bien évidement la musique. Plusieurs virtuoses virent le jour dans ces terres, entre autre Johan Strauss Sr. et Jr., Joseph Haydn, ou le plus connu, Wolfgang Amadeus Mozart. La nourriture autrichienne se compose majoritairement de boeuf et de porc, ainsi qu'une grande variété de légumes(oui il mange santé notre Roddy). D'ailleurs, ses plats étant inspirés de ceux hongrois, tchèques, italien, balkan et français, ils font de la cuisine autrichienne la plus variée en Europe! Un des plats typique qu'on peut y retrouver est le Schnitzel, une genre d'escalope fris. Il y a aussi une bonne variété de desserts, mais le plus connu reste l'Original (avec un O majuscule oui) Sachertorte, un gâteau au chocolat fourré de confiture d’abricot. Les sports, partie intégrante de tout bon pays, sont principalement des sports de montagnes, en avantage avec l'environnement. On y voit beaucoup de ski allepin et planche à neige. Ils sont notables dans le football, où ils excellent aussi. Pour conclure, on peut dire que l'Autriche, malgré certaines failles dans l'histoire, a su se démarquer de certains autres. Bien sûr pas aussi connu que la France ou l'Angleterre, il mérite un coup d'oeil et n'est pas à sous-estimer, malgré bien qu'il ne soit pas le plus grand des combattants. Ce que l'avenir lui réserve? On ne saurait trop dire, mais une chose est sûr, il n'a pas fini de fleurir!

♠♥ TEST RP:

Réveil = travail = ennuie = maison = travail = ennuie

C'est avec ces belles pensées que Autriche se réveilla, bave au coin de la bouche. La motivation n'y était visiblement pas et la seule pensée de devoir potentiellement se lever ennuyait encore plus Roderich. Hier soir il a du veiller tard pour des causes de grande importance (en fait il était en plein milieu d'une composition et s'était décidé à ne pas s'endormir avant de l'avoir terminée). Le réveil-matin faisant résonner une alarme des moins mélodieuse dans toute la chambre, il était impossible pour l'autrichien de voir l'heure sans ses lunettes. Lunettes qui étaient posées de façon très agace à une distance juste assez loin pour que l'homme ne veuille pas y accéder avec son bras, encire mou à cette heure indéterminée. Il était bien, dans son oreiller, cheveux dépeignés et disgracieux coulis au coin des lèvres. C'est bien beau l'apparence, mais c'était le dernier soucis de notre cher aristocrate en ce radieux dimanche d'automne. D'ailleurs le paysage était tellement magnifique, que Roderich avait littéralement oublié sa mission spéciale «capture de lunettes». Suite à un soupir, son bras vint mollement prendre ses lunettes, qu'il déposa sur son nez afin de voir l'heure, qui s'afficha par les aiguilles de son horloge grand-mère miniature: 9:30. N'avait-il pas quelque chose à faire aujourd'hui? Il lui semblait qu'une réunion avait lieu...

Une fois face à son calendrier, il se remémora l'événement de la journée: une réunion chez lui afin de discuter de ce qui a changé en 10 ans. Oh, tant de choses se dit-il, mais il garda ses propositions pour plus tard, lors de la rencontre.

Après s'être choisis un complet veston-cravate noir, il se regarda dans le miroir. Oh, ses cheveux étaient si laids ce matin... il jugea qu'une douche était de mise et soit, il l'a prit. Lorsqu'il en sortit, alors qu'il arrangeait ses cheveux comme à son habitude, Roderich se rendit compte de l'horreur; Mariazell était par en bas! Oui, oui, la mèche de cheveux qu'il trimbale toujours AU-DESSUS de sa tête! Catastrophe, se dit-il, je dois y remédier! C'est ainsi que se déroula une course contre-la-montre à la recherche d'un raidissant quelconque.

Il n'en trouva point et du se rendre à l'évidence qu'il allait devoir rester comme ça s'il ne voulait pas arriver en retard à la réunion, ce qui serait le comble de ses malheurs, assis dans son auto en route vers la salle de rencontre de Vienne. De plus qu'il était hôte, ça serait complètement déplacé. Repoussant sur son nez ses lunettes, il prit un moment pour respirer. Calme-toi, Roderich. Il ne faut pas s'énerver pour si peu allons.

Il sourit légèrement face à son nouvel état d'âme «zen», profitant du moment pour chantonner sa chanson composée avec tant de passion.

***

Finalement arrivé (il avait prit un mauvais tournant et s'était UN PEU perdu. Mais juste un peu hein?). Autriche prit son temps, voyant qu'il lui restait 10 bonnes minutes avant 10:30. Il marchait dans le couloir menant à la salle d'un pas aisé, contraire à son habituelle façon de marcher si crispée. Une fois qu'il eu poussé les grandes portes de bois, il fut surpris de voir Hongrie assise à la table centrale, fouillant sans vraiment regarder ses dossiers. Pas qu'elle était d'un naturel en retard, il fut toutefois touché de la voir si tôt.

«- Jó reggelt*, Eli. Tu es bien tôt il me semble?, demanda-t-il d'un ton interrogateur.
- Oh, bon matin Rod'! Oui pardons c'est que j'ai eu quelques ennuis ce matin et je n'ai pas voulu arriver en retard, alors je me suis prise d'avance!, répondit-elle d'un ton joyeux.
- Des ennuis? Rien de trop grave j'espère...
- Oh, non non. Merci de t'inquiéter par contre!»


L'autrichien répondit d'un simple mouvement de tête, avant de tourner son attention vers la porte de bois, d'où rentrèrent à la suite Allemagne, France et Angleterre. Une fois tout le monde assis, la nation hôte se leva, s’éclaircit la voix et annonça le sujet du jour.

«- Nous discuterons aujourd'hui des changements mondiaux depuis 2001, parce qu'en 10 ans, beaucoup de choses peuvent arriver. À vous la parole.
- He bien,
s'enquit d'abord Françis, la pauvreté dans les pays d'Afrique semble avoir augmentée, contrairement à ce qu'il faudrait...
- C'est vrai,
enchaîna Allemagne. Il faudrait donner plus aux pauvres et retirer aux plus riches.
- Peut-être bien, mais avec la crise économique qui rôde dernièrement, il en devient dur pour les pays européens et même les États-Unis, de payer l'argent des taxes, répliqua Angleterre.
- Il faudrait trouver une façon quelconque d'augmenter les profits. Descendre les taxes?, proposa Hongrie, assise à la droite de l'autrichien.
- L'idée des taxes me parait bonne, mais nous en parlerons une autre fois, c'est un sujet assez glissant.»

Ainsi continuèrent les discussions en passant par la santé, l'économie, l'éducation et l'augmentation des mesures de sécurité depuis le 11 septembre 2001. Sujet un peu pointu quant à savoir si oui ou non c'était exagéré et si le "patriot act" était vraiment nécessaire. Quand les sujets se firent rares, France en partit un nouveau, d'ordre peut-être un peu moins mondiale.

«- Il me semble que tu as une nouvelle coupe, Roderich... je me trompe?
- Um? De quoi parles-tu?,
il y repensa.
- O- Oh, la mèche..., rigole un peu Hongrie, le dévisageant, amusée.
- N- ne me regardez pas avec ces yeux!, parvint-il à articuler, rouge. Ça va ce n'est pas la fin du monde!, se défendit Roderich, gênée et plutôt insulté de les voir visiblement hilares face à sa fâcheuse position. J- je- c'est seulement que j'étais pressé ce matin voilà. La réunion est terminée.»

Il tourna la tête d'un mouvement limite théâtrale, le rose aux joues, faisant mine de ranger ses dossiers, parfaitement classés. Tout le monde se leva et quitta la pièce avant lui, le laissant seul dans la salle accompagné d'Elizabeta, qui lui adressa la parole.

«- Pardons pour plus tôt, je ne voulais pas rire, seulement..., elle hoqueta. C'est mignon cette mèche comme ça! Tiens quand même...», elle lui tendit un papier et parti en glissant un petit «bye!». Lorsqu'il lu le papier, son air blasé en dit long. Sur le papier: «Voici le numéro de ma coiffeuse!».

- Mes cheveux sont si laids que ça? Mais ce n'est qu'une mèche!, s'exaspéra-t-il. Il y a des journées comme ça où on aurait mieux fait de ne jamais se lever!, fini-t-il par s'avouer, avant de reprendre le chemin de son doux chez lui...

* jó reggelt = bon matin (hongrois)

♠♥ AIME: La musique (surprenant?) ♬ le piano/violon/flûte traversière(on rit pas hein)/autres instruments en tout genre ♬ la tranquillité ♬ tout ceux qui lui son chers ♬ l'argent ♬ les raffineries ♬ ce qui est sucré ♬ les promenades ♬ la lecture

♠♥ N'AIME PAS: Prusse ♯ les gens bruyants (revenir à la première mention) ♯ avoir à faire quelque chose qui pourrait être évité ♯ être décoiffé ♯ les endroits où on peut facilement se perdre


♠♥ AVATAR: Autriche x)

♠♥ AVOIR UN GRAND FRERE?: [ ]OUI [ X ]NON
♠♥ TEINTE SOUHAITÉE: #990066

♠♥ ET AUTRES: Je vous aime tous <3 Oh, où est ma douce Elizabeta?


Dernière édition par Autriche le Mar 11 Oct - 11:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fonda




MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Lun 3 Oct - 19:38

Bienvenue l'aristo ! Et bonne chance pour la suite de ta fiche !

(Great, les instruments c'est bien, on peut torturer aisément les gens avec ~)

_________________
&lt;img src=&quot;http://i20.servimg.com/u/f20/12/90/57/81/0066-110.png&quot;&gt;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bokuhetalia.tonempire.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Lun 3 Oct - 20:08

[joueuse]KYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH FIIIIIIIIFIIIIIIIIILLLLLLLLLEEEEEEEEEEE *gros méga hug* [/joueuse]

Bienvenue *lire : j'espère qu'on pourra jouer ensemble un de ces jours*
Revenir en haut Aller en bas
Groenland
Kalaallit Nunaat
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Mar 4 Oct - 4:24

Mon Dieu, US a ramené du monde, on dirait xD.

C'est une superbe fiche que voilà oô. Bien avancée, claire, synthétique, j'aime.. C'est vachement organisé en fait, ça va très bien avec Roddy. *se flagelle, innommable bordélique qu'elle est*

Quoiqu'il en soit, bienvenuuuuue ♥️ et bon courage pour la suite :3

*balance des phoques de bienvenue*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miss-friskies.deviantart.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Mar 4 Oct - 19:45

Bienvenu parmi nous^^, courage pour la suite de ta fiche ><

Lankou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Mar 4 Oct - 21:32

Merci beaucoup, mesdames, messieurs ^^ Je me dépêche à terminer tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Mer 5 Oct - 14:34

CHERIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ♥

*se jette sur le pianiste*

Oh, bienvenue sinon : D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Jeu 6 Oct - 1:37

Mein liebling, bien le bon- *se fait sauter dessus* jour... ^^'

Merchiiii <3 *hug hug* *o*
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Ven 7 Oct - 17:16

eh bien eh bien... Bienvenue! =D *la fiche... ouaw*

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angleterre
J'vous laisse faire ce que vous voulez 8D
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Ven 7 Oct - 17:27

Bienvenue l'pianiste \o/ Bon courage pour le test rp :3

_________________
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland Avatar : By Kugelmugel
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vatican
Admin à la bible ♫ Ossatueur de la mort qui tue qui fait très mal!
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Ven 7 Oct - 18:14

*ne va pas dire qu'elle croyait l'Autriche-Hongrie annulée en 45 alors que c'était en 18... mais l'a mis dans son devoir d'histoire... y'a des jours comme ça...*

Welcooome ! /o

_________________
« Le vrai moyen d'être trompé c'est de se croire plus fin que les autres. »
La Rochefoucauld
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prusse
THE AWESOME!!
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Ven 7 Oct - 22:42

Martyr de mon coeur !!! ♥ *pousse Hongrie et kidnappe son bouc émissaire* 8D

[Joueuse] Ma femme !!!! ♥ Hey j'aime trop sur l'image de la 2WW la tête de Russie barrée en rouge ;D ME GUSTA ! je t'aime~[/joueuse]

_________________
Ich bin Preußen, die Armee die ein Imperium erbaute,
Ich bin der Sohn des Krieges, der Dämon einer Zeit.

Ich bin der Gott des Krieges und des Schwertes.

Avatar by Kugel ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Imprecations.skyrock.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Lun 10 Oct - 0:24

J'ai terminé ma présentation ^^

Haaaa mon imbécile favoris =D *fait un cloche pied* moi aussi je t'aime femme <3
Revenir en haut Aller en bas
Fonda




MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Lun 10 Oct - 4:50

Prusse a écrit:
♥ Hey j'aime trop sur l'image de la 2WW la tête de Russie barrée en rouge ;D

...Je ferai empêcher ta validation, rien que pour ça. 8D *se prend une poutre*

_________________
&lt;img src=&quot;http://i20.servimg.com/u/f20/12/90/57/81/0066-110.png&quot;&gt;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bokuhetalia.tonempire.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Lun 10 Oct - 19:27

J'aime trop ta fiche, les images sont très jolies et super bien trouvé en plus^^.

Lankou
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...
avatar


MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   Ven 14 Oct - 18:24

Eh bah Russie, t'es pas douée pour empêcher les validations 8D de toute façon, personne ne peut m'empêcher de les faire! Je suis tout puissante! MOUAHAHAHA!!! *s'étouffe*...désolé, j'ai eu une semaine fatigante u_u

BREF ! Donc, je te valide, Autriche-rondoudou, Félicitation, ta fiche est tout simplement énorme géniale =D

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Autriche | Republik Österreich [Terminé~!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille Fiche-