Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 8:37

Et j'arrive! Fais place, Invité!

L'Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d'accord. [Napoléon Bonaparte]


"Il y a des moi plus moi que d'autres."
Paul Valéry

Ils sont innombrables ceux qui me ressemblent, et moi, cependant, je demeure unique.
Vasyl Symonenko

    ♠♥ NOM HUMAIN: Feliks Łukasiewicz
    ♠♥ NATION REPRESENTEE: Pologne
    ♠♥ SEXE: Pas avant l'mariage. Masculin, et il est interdit de remettre ce fait en question.
    ♠♥ FAMILLE: Tout seul abandonné dans ce monde cruel.
    ♠♥ LIEU D'HABITATION: Frozen Hell
    ♠♥ RANG PERSONNALISE: /




♠♥ CARACTERE:

Acte I. Pologne est totalement trop cool.

Alors oui, Pologne est cool. Après, bien sûr, il convient bien de prendre en compte que, comme pour beaucoup d'autre qualificatifs, il y a deux définitions à ce terme : celle usitée par le commun des mortels, et celle usitée par Feliks. Parce qu'il faut bien avouer que la coolitude feliksienne est susceptible de provoquer une rupture de stock d'aspro. Là, on a affaire au type capable d'être pénible jusqu'à faire fuir un escargot hors de sa coquille.
Donc, Pologne est cool. Nous en venons à lire entre les lignes. Il a pour habitude de ne passe prendre la tête, à comprendre, qu'il est d'une inconséquence à peine croyable. Non, on ne parle pas de manque de prévoyance, ce serait peu dire. Il est aussi léger que malavisé et passablement irresponsable. Pour qu'il prenne quelque chose au sérieux, il faut impérativement qu'il en voie l'intérêt au préalable. Et la perception d'intérêt, ou celle de priorité, est chez lui extrêmement aléatoire et redoutablement imprévisible.
Cette inconséquence, couplée à son absence quasi totale de diplomatie et à sa grosse propension à se montrer borné au possible, constitue son gros point faible, parce que, le bonhomme, il a beau se la jouer autant qu'il peut, il n'est pas aussi solide qu'il aimerait bien le faire croire.
Autre trait de caractère qu'il s'empressera de classer dans la rubrique du C'estpasskejesuistropcoolpourtoiloser, c'est son egocentrisme très marqué. Le centre de son monde, c'est lui ; alors oui, il est tourné vers ses propres intérêts avant tout, et oui, c'est un individualiste, un narcissique, oublié d'un autolâtre, enfin, disons le, Pologne est très égoïste. Quant à savoir si c'est là un trait de caractère inné, ou si c'est à force de s'en prendre dans la figure de tous les côtés qu'il s'est tourné exclusivement ou presque, vers lui-même dans un égotisme total, c'est un autre problème.
C'est souvent le grand show. Même s'il renvoie à l'occasion cette impression d'indifférence profonde, même si a ce côté egocentrique, il a besoin de montrer qu'il existe, et pour ça, plus on l'entend et mieux on le voit, plus efficace c'est. Il faut juste s'y habituer, allez.
En fait, la chose la plus importante qu'on doit retenir de Feliks dès lors qu'il a ouvert la bouche - et qu'on s'est résigné à supporter son langage - c'est qu'il a une vision des choses et du monde bien à lui. Et son monde, c'est beaucoup de jeu. Il fait un cinéma pas croyable, et est fortement susceptible de se monter des trips délirants, les poussant jusqu'à rendre malade de stress les malheureux qu'il aura embarqué là-dedans. Et encore, ça, c'est seulement si ça ne finit pas en catastrophe.
Bon. Malgré tout, il a également ses bons côtés. Si, si. Fondamentalement, c'est quelqu'un de très positif. La plupart du temps, il est très enjoué, gai et jovial, enthousiaste par défaut, pour tout et n'importe quoi - de préférence les trucs les plus décalés. Parce que Feliks, il faut quand même le dire, est passablement excentrique, essentiellement dans ce qu'il est capable de pondre. Il a un générateur intégré d'idées super trop cool, sauf que ses idées, c'est du même tonneau que son humour : il est globalement le seul à les trouver bonnes. Mais entre nous, hein, c'est juste parce que les autres, bah ils y connaissent totalement rien. Genre.

Acte II. Pologne est totalement trop sociable.

Ici encore, il faut bien comprendre que la définition... Ouais, bon, vous avez compris la manoeuvre. Donc, Pologne est sociable. Eh ben, oui. Il AIME les autres, le ptit loulou. A sa façon. D'accord, on a abordé son incroyable egocentrisme, mais pour autant, ce n'est pas un solitaire - non, ce n'est pas un paradoxe, c'est Pologne, c'est comme ça, c'est comme Murphy, il vaut mieux subir sans chercher à comprendre. A un détail près cependant : il ne fréquente que ce qu'il connaît. Oui, c'est sûr, ça restreint. Mais ça vaut le coup quand même, parce le tout premier contact avec lui est à peu près le seul où on est pas tenté de lui ravager le museau à coups de baffes. Il faut en profiter, ça ne dure pas longtemps, il révèle en fait assez vite ce qu'il est, et le must du must, c'est que ce n'est pas à la tête du client, et c'est toujours pareil : il ne connaît pas, ça lui colle les jetons. Même un chibi Bambi débarqué de Woodstock. Ça, c'est quelque chose qu'il tient d'on ne sait où, lorsqu'il est au coeur d'une culture où il est de coutume d'accueillir les étrangers avec chaleur. Mais c'est ainsi, et lorsqu'on prend en compte son impressionnante capacité à pardonner, on est peu enclin à croire qu'il faille en chercher la cause dans le fait d'avoir été si longtemps en tête du top 10 des punching balls européens. Donc, c'est comme ça, pis c'est tout.
Donc, Pologne est sociable, à sa façon. Dans l'idée, il faut comprendre que dans un premier temps, il tranche. Et ce, quel que soit le sentiment qu'on lui a inspiré. A cet égard, il est comme tout le monde : il aime, il n'aime pas, ou alors il fixe un degré d'intérêt - ou plutôt de désintérêt - quelconque, en fonction. Dans son cas, la dernière option est la plus reposante. Pour les deux restantes... la frontière est mince, hein, surtout vu de l'extérieur, c'est assez difficile de savoir si on est dans un cas ou dans l'autre, d'abord en raison de la royale indifférence qu'il affiche, ensuite à cause de sa façon de faire.
L'autre principal ennui avec lui, c'est que la demi-mesure, il ne connaît pas. S'il aime, il veut. S'il veut, bonne chance pour lui faire lâcher prise, c'est mort, c'est à lui, et rideau. L'unique solution est d'opérer une subtile diversion. Le truc marrant - bizarrement ça l'est moins pour les cibles - c'est que c'est le même fonctionnement d'un point de vue social.
Il estime que vous êtes digne de l'illustre intérêt polonais ? Bien. Bravo. J'espère que vous courez vite, parce que vous en vous en débarasserez plus jamais. Pologne est constant, très constant, redoutablement constant. En effet, quand il se prend d'une réelle affection pour quelqu'un, c'est puissant, violent, intense, et surtout extrêmement envahissant. S'il s'agit d'une réelle aversion, c'est... ben, puissant, violent, intense et tout aussi envahissant.
il a aussi une forte tendance à penser que le monde entier fonctionne comme lui. Donc non ce n'est pas contre vous, c'est pour lu... euh, je veux dire, pour vous. La bonne nouvelle, s'il aime bien, c'est que c'est sincère et durable. La mauvaise nouvelle, c'est, euh.. ben, que c'est sincère et durable.
Il serait cependant complètement stupide d'essayer de se faire réellement et profondément détester de lui dans le but d'éviter une annexion de sa personne. Déjà, y en a pas beaucoup qui ont réussi. Ensuite, s'il n'aime vraiment pas, ce sera le même tarif : il fera tout pour pourrir la vie du client, mais volontairement, cette fois.
C'est vrai qu'il est ultra-chiant. Mais il a vraiment besoin de se raccrocher à tout ce qui est stable, alors oui, les relations sociales sont parfois un peu compliquées lorsqu'elles passent le stade de la cordialité, car il est possessif de nature, c'est rien de le dire, et si on ne lui met pas de barrières, il peut l'être jusqu'à confiner au despotisme. Comprenez bien que dans 'mon ami', il y a 'MON', tout est dit. Mais il est également très fidèle, très capable d'attachement sincère, et le montre... eh bien, à cette fameuse manière... c'est à dire pas exactement visible, mais il n'en pense cependant pas moins. S'il a eu l'occasion de connaître et d'apprécier quelqu'un suffisamment pour l'adopter, c'est ad vitam aeternam... A moins de lui faire une réelle crasse, même indirectement, car s'il finit par pardonner, assez facilement, on le redit, il n'oublie en revanche jamais, et dans certains cas, rares mais concrets, il peut -être très, très, très rancunier.

Acte III. Pologne est totalement trop pulse

On rétablit les faits. C'est bel et bien du sang qu'il a dans les veines, et non de la vitamine C effervescente. Il est fatigant. Il parle beaucoup. Beaucoup. Beaucoup, et tant qu'on y est, il est possible qu'on soit, genre, méga réfractaire à sa façon grave hype trop bath de causer, mais c'est comme totalement trop pas négociable, quoi, parce que, en vrai, sérieux, c'est carrément trop cool, style. Mais malgré ça, l'hyperactivité juste épuisante - pour les autres - dont il peut faire preuve n'apparait que par moments. Parce qu'il est quand même assez flemmasse de nature, un peu je-m'en-foutiste. Paradoxalement, il est désespérément obstiné, et aussi tenace d'un yorkshire qui gnape un mollet. Il se relève toujours, et pour peu qu'il tienne quelque chose - ou pire, quelqu'un - il ne lâche pas.
C'est un caractère très entier, d'une nature énergiquement agressive - au sens large du terme. Ses élans et ses démarches sont directs, qu'ils soient bienveillants ou non. Dans le second cas, il se montre volontiers brusque, virulent, voire carrément fielleux, incapable de la fermer, et grande gueule jusqu'au bout, même s'il se prend une tôle. D'ailleurs, ce côté impulsif peut lui valoir d'être blessant sans spécialement l'avoir voulu.
Pour autant, il n'a pas un mauvais fond. Il est bien trop versé dans la religion pour se rendre coupable de méchanceté gratuite.
Pologne a confiance. Une très grande confiance, une immense confiance, une confiance phénoménale complètement aveugle......... en lui. Ouaip. Ho, hé, faut pas abuser non plus, hein, il est pas maso, le specimen. Ca ne lui réussit pas souvent, de se fier aux autres. Se fier entièrement à lui-même, c'est déjà pas mal. Même si c'est excessif, et que pour le coup, eh ben.... Il a un peu tendance à avoir des accès de sur-optimisme, voire de sur-valorisation.
Alors, évidemment, on pourrait croire qu'avec un profil pareil, c'est une personnalité qu'on peut assez facilement dévaster. Pourtant, ce n'est pas le cas. Physiquement, là oui, hein, il tiendra pas longtemps debout. Moralement, c'est une autre affaire. La Pologne est très catholique ; c'est une terre qui a fait de sa très grande Foi sa principale béquille ; avec des racines extrêmement profondes, et des valeurs solidement ancrées, il est très, très, très difficile de l'anéantir moralement. Ce n'est probablement pas impossible... Mais jusque là, ça ne s'est pas trouvé. Feliks peut encaisser beaucoup, beaucoup, mais tant qu'il parvient à garder ne serait-ce qu'une bribe de cette force, alors il garde aussi l'espoir. Et il se remet.
Ensuite, et pour finir.... Ce qui l'intéresse... Aha. Pas tout, non, mais n'importe quoi, oui ! Il est imprévisible ! Il s'intéresse....... à vous. Yep.
Du moins, s'il n'a rien d'autre de plus intéressant à faire. On pourrait penser que le risque est moindre, puisqu'il est généralement TOUJOURS en train de faire des choses très, très importantes (selon l'article 454.864 du code feliksien, il est établi que 'glander' est considéré comme une chose importante). Mais si, par un incroyable coup de chance, un accès de désoeuvrement se cale sur votre problème existentiel, alors recommandez votre âme à Dieu et pensez à léguer vos pokemon de level supérieur à quelqu'un qui les mérite, car vous aurez activé le générateur à idées trop cool. Et les idées trop cool de Pologne, c'est à peu près aussi craignos que les blagues de Pologne. Vous êtes avertis.
Alors, ce n'est pas qu'il soit particulièrement altruiste, avec Feliks on tombe plutôt dans l'inverse, avec des pics d'égocentrisme aussi élevés que sa spiritualité est - peu - profonde. Non, pour les démarches de sauvetage, identifiez plutôt le problème sur sa conviction à posséder un certain génie à la coolitude hors du commun, si possible avant qu'il annonce d'un ton convaincu que, qu'est ce que tu veux, va, on peut pas aller contre sa nature, les idées trop cool, ça vient comme ça. Considérez que cela fait office d'alerte, parce qu'après, c'est souvent trop tard.
D'ailleurs, à ce sujet, il est convenu qu'avec Pologne, le 'trop tard' est un concept récurrent, à moins que vous ne soyez investi d'une réactivité bien développée, parce qu'il est très très trèstrèstrès énergique, en presque tout, pour presque tout.


♠♥ PHYSIQUE:
Alors... A quoi il ressemble. En bien, à la base, il n'a rien de vraiment particulier. Il n'est pas très grand, pas imposant pour un sou. Il s'agit même plutôt d'une morphologie assez modeste (couplé à son caractère, ça fait un peu roquet, je vous l'accorde).
Ses traits sont somme toute banals, sans singularité notable, hormis peut-être qu'il se trimballe un petit sourire quasiment tout le temps. Les contours du visage sont essentiellement ronds. Le teint est très clair, et la moindre rougeur y est visible comme un camion de pompiers sur la banquise (non, j'en ai jamais vu). Il a un regard assez expressif sans être très vivace - c'est rien de le dire - aux prunelles vertes, seule réelle couleur dans ce visage dont les teintes neutres sont presque fondues dans la nuance de ses cheveux. Ceux-ci sont d'un blond mat et s'étendent dans une stricte raideur, jusqu'à ses épaules qui, non, ne sont pas SI étroites que ça. Ses bras, ses jambes, sont longs et fins, sans pour autant composer une stature frêle. Il se situe dans la moyenne de son type.

De par sa constitution, on pourrait penser que Pologne ne suinte pas vraiment de virilité. soyez assuré qu'il est bel et bien homme de haut en bas, et surtout dans la tête.
Cette VAGUE (c'est de la méthode Coué, ouaip, je suis démasquée) ambiguité physique, il peut l'utiliser, mais ne la cultive PAS. Il est vrai qu'il est parfois difficile, chez certains enfants, de distinguer ce qui est XX et ce qui est XY. Mais c'est bien un corps adulte qu'il possède à présent, et à moins d'y mettre beaucoup de mauvaise volonté, ou de cumuler nuit noire et brouillard, il est difficile de s'y tromper ; Pologne n'est pas féminin, n'est pas efféminé, n'est pas girly, n'est pas en proie aux affres du doute sur son identité de genre, j'arrive à bout de synonymes, ayez pitié, n'ergotez pas. Alors oui, d'accord, il arrive, peut-être, parfois, très rarement, qu'il en joue. Oui, d'accord, il y a le dossier jupes. Mais c'est rare, et surtout, c'est pour s'amuser. S'il était gaulé comme une armoire normande, il ne le ferait pas et s'en passerait sans problème ; de plus, même s'il peut faire son show à l'occasion et en rajouter trois tonnes (parce qu'au fond, Pologne n'a textilement peur de rien, et surtout pas d'être voyant) , son comportement, sa gestuelle au quotidien ne sont ni délicats, ni distingués.

♠♥ HISTOIRE:
La Pologne, c'est ce coin où ça meule sévère en hiver et où ça cogne méchamment en été, où on garde soigneusement trois villes et demi toutes propres pour faire des cartes postales alors que le reste est encore plus destroy que la chambre de votre neveu de huit ans, où la bouffe est tellement lourde que quand tu grailles ton assiette, t'as mangé pour la semaine, et où une bouteille d'alcool est quasi au même prix qu'une bouteille d'eau.
On ajoutera à ça que même si c'est le jour et la nuit comparé à ce qu'il était il y a quelques dizaines d'années, c'est un pays qui reste quand même globalement assez pauvre comparé au reste de l'UE. De toute façon, le pays n'évolue pas, le chômage explose, l'Eglise écrase l'Etat, les gens ne font plus d'enfants, le tourisme marche pas, les jeunes peuvent pas faire d'études, les vieux vivent comme s'ils étaient encore sous le régime communiste, l'émigration est trop difficile, de toute façon personne ne veut d'eux.

Full négatif, hein ? C'est pour vous mettre dans le bain : le sport national en Pologne, c'est de se plaindre.

La faute à l'Histoire, bien sûr ! L'histoire de la Pologne est conditionnée par une constatation claire et simple : le pays est horriblement mal placé. Bah que oui. Tu prends un territoire plat comme une jeune pucelle, tu le fous en plein milieu du continent, avec des frontières communes multiples, histoire de pas léser les gars qui se pointent en bateau, tu ajoutes un accès à la mer, allez hop, c'est entrée libre, vas y Joe, mets un ptit collier de fleurs pour faire l'accueil. Non seulement il semble y avoir comme une étrange et irrésistible attraction, tel un gigantesque paillasson "Welcome" tout le long des frontières, mais en plus, comme dit ci-dessus, sa localisation est on ne peut plus judicieuse, si tant est qu'on ait comme ambition de passer son temps à servir de corridor, de local de stockage, de résidence secondaire, etc.
Mais au fond, si on se prête à considérer les voisins, on se console. C'est qu'il a squatté partout dans le coin ; parce qu'il faut quand même le rappeler, fut un temps où on ne rigolait pas avec Pologne et son paillasson Welcome, non m'dame.

Bref.
Donc notre histoire commence un beau jour d'été, lorsqu'un petit poisson décida de sortir de l'eau pour aller ramper sur la terre ferme... Moui, on va avancer un peu, jusqu'au jour où une bande de gus descendirent du grand nord pour poser un pied engueunillé sur un petit bout de plaine, afin d'y installer leur hutte. On ne sait pas si ladite hutte portait déjà un panneau "Entrez sans frapper trop fort", mais toujours fut-il que la bagarre commença dès cet instant avec les copains d'à côté. La Culture de Wielbark décida d'aller voir ailleurs si elle y était, et le petit bout de terrain changea de nom pour devenir la Polanie. Ça commence pareil, mais on y est pas encore. Donc là mine de rien on a quand même une petite dizaine de siècles qui ont filé. Et on y arrive, car ce fut sur cette Polanie que fut fondé le Royaume de Pologne, approximativement au Xè siècle, entre 15h54 et 16h26, heure locale (et après, tout le monde au lit, car on a pas encore inventé l'électricité.)


L'histoire de Pologne commence pour ainsi dire par son évangélisation. Sitôt nommé, sitôt catholique, au cours de la même décennie. C'est en somme ce qui lie Pologne à Italie. La Pologne est devenue catholique très tôt, et c'est l'un des (voire LE, en fait) pays européens les plus axés sur cette religion. La population catholique polonaise dépasse les 95%, mais aussi, et surtout, c'est le statut de l'Eglise qui affiche la nation comme telle. Officiellement, sur le papier, c'est la laïcité qui prime. Dans les faits, force est de constater que la séparation État/Église est encore loin d'être achevée, que les institutions laïques sont rares, et, dans l'ensemble, le pays est extrêmement soumis au Vatican. La période communiste, qui aurait du atténuer, voire enrayer cet aspect, n'a finalement fait que l'exacerber et l'amplifier davantage encore.

Du coup c'est bien, tout le monde va au paradis, mais comme l'enfer c'est les autres, eh bien dès sa naissance, le pays fut considéré comme LE parc d'attraction super à la mode pour envahisseurs de tous poils. C'est pas mal d'un côté, ça permet de voir du pays sans bouger de chez soi. On a un peu de tout qui passe, le truc c'est qu'ils sont pas forcément tous invités. Mais comme il y a une longue période de calme, on a le temps de faire plein plein de choses, comme gratter la terre, par exemple.

Si la Pologne historique a quasiment toujours marché essentiellement à l'agriculture, vindiou, ce n'est pas pour autant qu'elle est restée dans son coin et qu'elle attendait les squatteurs. Parce que la Pologne à cette époque, c'est un peu le coin qui roxxe (du poney). Et Feliks, il s'y connaît aussi question expansion, avec une bonne petite tendance à s'étaler sur les voisins, pas forcément toujours à coups de fourche d'ailleurs, à noter une première version d'alliance avec le Grand Duché de Lithuanie, parce que, bah, la Lituanie à cette époque n'avait perdu ni son H, ni ses étendues, et n'a pas toujours été dotée des frontières actuelles. Et Biélorussie, parce qu'en fait, tu vois, c'était un kit. Tu prends les deux ou tu prends rien.
Il s'agit donc de l'accord de Lublin, le traité marquant la création de l'Etat commun polono-lituanien, lui permet de mettre la main sur les territoires de Lettonie et Estonie, qui étaient alors sous le contrôle de Lituanie, et réunis sous le nom de Livonie. Cette cohabitation est extrêmement courte, avortée par l'arrivée de Suède, encombrant voisinage dont la fâcheuse manie de considérer les territoires polonais comme un supermarché à colonies s'était déjà manifestée à quelques reprises, avec des pertes moins importantes. Il repart, cette fois-ci, avec Estonie sous le bras, agrémenté d'une partie de la petite bicoque de Lettonie, voilà, merci d'être passé, c'est plus la peine de revenir maintenant. Pour l'anecdote, Suède ne se prive pas pour revenir par la suite, mais il est gentiment reconduit, bredouille, à la frontière.

Les rapports avec Lituanie sont complexes, et on peut en effet rester perplexe sur la façon dont une fusion complète entre deux nations a pu évoluer en une aversion violente. Au tout début, c'est une entente entre deux grandes puissances, et c'est une alliance extrêmement puissante qui en résulte. L'État de Pologne-Lituanie, étrangement ou pas, se résume très vite à la Pologne. On parle d'alliance sur le papier, ça fait plus joli, cependant, dans les faits, il serait plus exact de parler de province avant l'heure. Progressivement, mais avec une grande rapidité, Lituanie assimile la culture polonaise jusqu'à voir disparaître la sienne officieusement, puis officiellement avec la Constitution du 3 mai, qui, entre autres, supprime le gouvernement lituanien jusque là maintenu, et fond complètement les deux nations en une seule. C'est donc dans un état de quasi-province que Lituanie est séparé de Pologne au cours du troisième partage, en 1795, et qu'il atterrit chez Russie.
Par la suite, les relations polono-lituaniennes sont tendues d'un côté, ouvertement hostiles de l'autre. C'est la même année, en 1918, à la fin de la première guerre mondiale, que l'un et l'autre reprennent leur indépendance, pas en toute sérénité toutefois, parce que si Lituanie est très content d'avoir la paix, Pologne est plutôt motivé à reformer l'État commun, allant jusqu'à refuser de reconnaître la nation lituanienne comme pays indépendant. Curieusement (curieusement, hein), Lituanie décline l'offre, et, tant qu'il y est, tâche de débarasser son territoire et surtout sa capitale des polonais, alors clairement majoritaires en nombre.
A partir de là, leurs relations s'aggravent et s'enveniment crescendo, pour tout arranger, les deux ex-alliés s'avèrent incapables de se mettre d'accord sur la délimitations de leurs territoire, l'Europe ébranlée par la première guerre mondiale aimerait bien se voir réinvestir de calme, la Société des Nations se voit rapidement obligée de jouer les médiateurs pour éviter que les claques dans la figure ne dégénèrent en guerre ouverte. Les tentatives de conciliation aboutissent à un échec retentissant. La seule chose sur laquelle Pologne et Lituanie acceptent encore de s'entendre, c'est d'être opposés à Russie. Mais lorsque la guerre russo-polonaise de 1920 éclate, Lituanie, persuadé que ça va lui retomber dessus, se précipite chez Russie pour signer un traité de paix, et lui fournit toute l'aide possible contre Pologne. La formidable ironie, c'est que la guerre prend fin à l'avantage de Pologne, et que Russie lui cède... Vilnius. La capitale lituanienne reste polonaise pendant presque 20 ans, et les deux nations n'échangent plus un mot sans passer par le biais de la Société des Nations.
Autant dire qu'après ça, toute possibilité d'entente est définitivement enterrée. La suite est du même acabit. Au cours de la guerre et de l'après-guerre, Lituanie, réintégré à l'URSS, soutient les démarches russes, avec les conséquences qu'on connaît pour l'Europe centrale.
Certes Pologne et Lituanie se retrouvent réunis par l'alliance du Pacte de Varsovie par la suite, mais cet état de fait ne change pas grand chose à leurs relations. Après l'effondrement du Bloc de l'Est, il en va de même. Depuis la fin des années 90 néanmoins, une tentative de dialogue est instaurée par le biais de contacts diplomatiques réguliers.
Pologne est une nation possessive, incapable de montrer son intérêt autrement qu'en se montrant envahissant et exigeant. Des fois, il vaut mieux ne garder du passé que les souvenirs. Mais APH en a décidé autrement.

Donc on en arrive à un État commun de taille assez monstrueuse, couvrant les territoires actuels de plusieurs pays. A ce stade, c'est toujours autant ouvert à tous les vents, mais on reste dans l'esprit.
Alors, c'est un peu Woodstock à ce stade, ça fait du monde, mine de rien, sans compter Lettonie à temps partiel. Et encore, c'est sans compter l'élément le plus spaciophage de l'Histoire. Non, pas la poitrine d'Ukraine, non. Quoique... A bien u réfléchir, ça méritait de s'étendre encore un peu, pour éviter qu'elle boing-boing contre les frontières. Ah, Ukraine, c'est là le réel regret de l'épopée polonaise. Il faut dire ce qui est. Intégrée à la Pologne-Lituanie par un consensus puis récupérée par l'empire russe de façon arbitraire, elle est, en 1920, l'allié principal de Pologne dans sa course à la récupération territoriale. De courte durée, cependant. Suite à quelques cafouillages polonais pas très très réglo, dont l'abandon pur et simple des troupes ukrainiennes, Ukraine voit rouge et se retourne contre lui, avant de se rallier à Russie. ... Elle est encore fâchée ? Promis, il est désolééééé !

C'est vrai que Pologne est vaguement mégalo et que les territoires des autres lui semblent apparaître estampillés d'un gros drapeau bicolore, mais, mais... Il sait aussi garder ses distances. Hongrie par exemple. En voilà, une nation amicale, et fréquentée depuis bien longtemps ; c'est une présence pacifique avec laquelle il y aura plusieurs rois communs au cours de la période médiévale, et ce pacifisme est mutuel. Elle reste en dehors des territoires polono-lituaniens qui s'étendent de part et d'autre du sien. Au cours du conflit déclenché contre Russie au lendemain de la première guerre mondiale, Hongrie est l'une des deux nations qui apportent de l'aide. Par la suite, c'est dans le Bloc de l'Est tenaillé par Russie, dans le piège du Pacte de Varsovie, qu'elle apporte son soutien à la révolte polonaise en ruant dans les brancards avec la délicatesse toute féminine qui la caractérise, et qui lui vaudra d'ailleurs de se faire tirer les cheveux très fort par Russie en 1956, la pauvre. A noter que s'ils en sortent à la même date, c'est également la même année, en 2004, qu'ils intègrent l'Union Européenne. On ajoute jusque que si les relations avec Hongrie aujourd'hui sont tout aussi amicales qu'avec France, le témoignage se fait par un autre biais. Pas de pacte passé avec Hongrie, mais en revanche, le 23 mars est, depuis quelques années, devenu la journée nationale de l'amitié polono-hongroise.
Le pote à Hongrie, l'autrichien, c'est pas trop le même délire. Il est méchant. Tellement méchant, d'ailleurs, que lorsque son impératrice se ligue avec celle de Russie et le roi de Prusse, il ne semble pas avoir de problème moral. Pourtant, à peine plus d'un siècle auparavant, n'était-ce pas Pologne qui était allé coller une paire de baffes à Turquie joyeusement occupé à piétiner Autriche ? Si, si. Ah, mais il est vrai que l'affaire avait mal tourné au préalable. Il faut dire que Turquie et Pologne n'ont jamais été vraiment copains, et que par conséquent, Pologne et Lituanie étant déjà bien dans le collimateur turc, ce dernier ne se laissa éjecter de chez Autriche que pour mieux pouvoir taper sur le duo. Et Turquie, quand il tape... il tape fort. En l'occurence, ce fut un vrai massacre, cette affaire-là. Un appel à l'aide lancé à Autriche se vit répondre un refus tout aristocratique. Ingrat, va.


Revenons en à cette bhgxfh chronologie (sisi j'vous assure, on dirait pas, mais ça se suit)


On va poursuivre le même petit tripounet sur quelques siècles, mais toujours à cause de cette histoire de paillasson Welcome, ça devient coton, parce que ça peut roxxer tout ce qu'on veut, quand y a les copains d'à côté qui continuent à s'inviter, au bout d'un moment, ça devient usant. On trouve quand même le temps de changer deux fois de capitale, sûrement pour trouver le bon coin, c'est du feng-shui à la polonaise, pour finalement se fixer sur Varsovie. Le retapage n'empêche pas le tapage, et on peut même dire que la Pologne, après ses heures de gloire, a un peu pris le rôle du punching ball européen au cours des derniers siècles, avec tout de même deux apogées dans cette brillante carrière, tout d'abord un petit désossage qui va bien au XVIII/XIXè S, au cours duquel la Pologne va perdre en premier lieu, principalement ses territoires de l'ouest, en second lieu, ses territoires de l'est, et pour finir, quelques petits bouts oubliés.

Donc, là, il nous reste un petit trognon de pomme, pardon, de Pologne, qui se remplumera un peu plus tard en récupérant une partie de ses parcelles, mais, surtout, qui est pour un petit moment sous domination des bénéficiaires des successives Partitions, le trognon.. pardon... le principal petit bout restant passant sous les panards russes. Okay, donc là je vois que ça commence à bailler dans le fond, bah mes pauvres loulous, je sais bien que vous savez déjà tout ça, mais qu'est ce que vous voulez, hein... Où j'en étais... Ah. Les panards russes.

Russie, c'est, à l'instar de Prusse, le grand ennemi héréditaire. Russie, celui qui effraie quasiment tout le monde. Pologne n'en a pas peur, mais en revanche, il le déteste cordialement. Les prises de bec russo-polonaises ne datent pas d'hier. Dès le XVIè siècle, Russie, alors plus modeste, est une cible plus facile que d'autres, avec des frontières bizarrement malléables. Ca ne dure pas, d'autant plus que Russie trouve en Prusse un appui solide, puis, très vite, Autriche se joint à eux ; à eux trois, ils se partagent successivement l'intégralité du territoire polonais. La période d'asservissement polonaise aux trois puissances est émaillée de révoltes ; cependant c'est en Pologne russe qu'il s'en déroule le plus, en raison de la dureté avec laquelle sont contrôlées les parties russifiées, dont fait partie Varsovie. La russification se poursuit jusqu'à la restauration de l'indépendance, mais elle s'avère ne pas demeurer, étant rejetée en bloc par le peuple polonais. Dès le retour de l'indépendance, Pologne entre en guerre contre Russie pour récupérer l'intégralité de ses territoires. Au bout de deux ans, l'Armée rouge se retire, Russie négocie la fin de l'affrontement. Un point qu'il a probablement eu du mal à digérer, puisqu'à partir de là, il enchaîne les actions anti-polonaises et ne s'arrête plus, tout d'abord aux côtés d'Allemagne au cours de la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle il réalise quelques massacres massifs plus ou moins discrets, intègre ce qu'il reste de Pologne à l'union soviétique, interdit toute tentative de défense à Varsovie contre l'armée allemande et réimpose le régime communiste qui va être LA plaie du pays au cours des décennies suivantes. Celles ci sont rythmées par une nouvelle tentative de russification, des révoltes en veux-tu-en-voilà, le tout sur fond rouge.
Le Bloc de l'Est est enchaîné alors à l'URSS, elle même dominée par Russie, par le Pacte de Varsovie, une alliance dont les préceptes sont le maintien de la paix entre les pays membres et une entraide mutuelle, préceptes qui s'avèrent d'ailleurs ne pas être respectés, puisque les tentatives pour quitter l'alliance sont gentiment réprimandées par l'Armée rouge. De 1981 à 1983, Russie se fait à tel point menaçant que l'état de siège est déclaré en Pologne. C'est alors une nation écrasée, qui peine à reprendre son souffle, très très appauvrie, constamment sous pression. En 1991, Pologne sort de l'influence russe. Au cours des années qui suivent, les gouvernements russes et polonais tentent d'établir des relations harmonieuses, qui paraîssent impossible en dehors du papier. Les populations, les nations dans leur ensemble, repoussent toute forme de conciliation. Peut-être trop tôt, mais .... Peut-être que c'est comme ça que les choses doivent être, simplement.
Prusse, quant à lui... avec lui, on note des hauts et des bas relationnels. C'est à dire un peu de haut et beaucoup de bas. Le premier contact est on ne peut plus hostile, c'est d'ailleurs à son agressivité qu'est dûe l'alliance polono-lituanienne. Par la suite, Prusse fait amende honorable, ce qui est toujours plus facile quand on ramasse une tatanne, et se range un court moment aux côtés de Pologne, avec en cadeau un bout de terrain, qui prend le joli nom de Prusse Royale, et qui lui permet donc l'avoir l'immense joie d'habiter en partie sur un territoire polonais. Bizarrement, ça ne lui fait pas son affaire, à Prusse, et il est tellement pas content qu'il se fait un plaisir de se joindre à Russie et Autriche pour les séances de découpage.
A la fin des années 1800, le gouvernement de Prusse a déclaré : "La civilisation polonaise ne peut être jugée par nous avec humanité et impartialité, mais seulement en tant qu'ennemie. Entre nous et la Pologne, il n'y a pas de paix possible". On retiendra la dernière phrase, elle est tout à fait réciproque.


Passons maintenant au XXè siècle. Alors la première partie elle craint, globalement. On a un bon côté, de facto, avec la déclaration d'indépendance de 1918. Pas tellement le temps d'en profiter, car la Pologne entre en guerre flash quasiment dans la foulée, histoire peut-être de se préparer à se faire magistralement rouler dessus en 39. Et là, ça fait vraiment, vraiment mal sur les cheveux avec le passage allemand.
Décidément, ça ne copine pas vraiment avec les rejetons germaniques. Mais, avant le XXè siècle, c'est surtout avec Prusse et Autriche que Pologne a des ennuis. Allemagne ne devient une menace réelle qu'à partir de la première guerre mondiale. A cette époque encore triplement asservi au trio Russie/Autriche/Prusse, Pologne fait office de bouche-trou un peu pour tout le monde. Il doit donc soutenir Russie contre Allemagne, Autriche-Hongrie contre Russie, et se range aux côtés de France contre Autriche-Hongrie. Non, pas successivement. Tout en même temps. Il est organisé, hein ? Mais lorsqu'Allemagne s'agite à nouveau, Pologne a la merveilleuse idée de faire ce qu'on pourrait appeler de la stratégie lituanienne, en constituant un pacte de non-agression. Il y avait probablement une clause écrit en tout petit, incluant sa participation comme punching ball ; en tous cas, assurément, il n'était écrit nulle part que l'alliance contre l'URSS était du flan. Une attaque surprise concoctée par l'Allemagne nazie, déjà, ça fait mal sur les cheveux. Quand la russian team se rajoute par dessus, ça fait très, très mal. Mais alors quand ça dure du premier au dernier jour de la guerre, et surtout quand ça s'acharne à ce point, ça fait très, très, très... Ah oui, là ça fait mal, quand même. Même si, grâce en partie à France, la lutte polonaise peut se poursuivre en dehors de ses frontières, il n'en reste pas moins que lorsque la guerre prend fin, la nation n'est plus qu'un petit tas de misère dépeuplé et déglingué. Il est vrai que Pologne a accordé un pardon officiel à Allemagne, mais il n'oublie jamais rien, et encore moins une si intense terreur. On peut dire qu'Allemagne est la seule nation envers qui il ressente de la crainte.


Décidément, ce paillasson, faudrait peut-être le retirer. Bon, on avance un peu, la Pologne, après s'être fait tirer les cheveux par l'allemagne nazie et avoir refait un petit tour chez le russe à l'occasion du méga super ultra week end de folie pour faire trop de la cohésion made in russia, archivée sous le nom de Pacte de Varsovie, il se tape un petit coup de communisme, et ça lui réussit pas trop bien, jusqu'à ce que finalement, elle se secoue les miches et récupère sa propre direction dans la deuxième partie du XXè S.
Pfiou.

♠♥ TEST RP:
Il arrive, à un moment donné, qu'un retard atteigne de telles proportions que pour appeler encore ça un retard, il faut soit posséder un degré de candeur-youyouh-les-ptits-zoizo à faire passer CandyCandy pour un clone de Paris Hilton, soit avoir changé la pile de sa montre à l'époque où les dinosaures régnaient sur Terre. Ou alors éventuellement, on peut AUSSI avoir une considération universelle qui se calcule en négatif. Comme celle de Pologne, mettons. La sienne doit se situer à peu près aux environs du zéro absolu.
De toute façon, il y a fort à parier que, sur ce point comme sur un autre, tout reproche glisserait sur son auguste personne, à moins de carrément s'y engluer comme les pattes d'une mouche sur un gros tas de gelée fraise. Inutile si on est pas disposé à se laisser sous-entendre que c'est déjà BIEN, qu'il soit là. Non, pas qu'il s'en tamponne.... Presque pas.

Bref, pourquoi donc un tel retard ? Maiiis, peut-être parce qu'en fait, tout simplement, il n'a juste ABSOLUMENT PAS porté la MOINDRE attention à l'heure ? Et qu'en plus, il traîne en chemin ? Parce que, soyons honnête, quand on se rend compte qu'on est à la bourre, on se dépêche. Quand on a une once de bienséance, s'entend.

Même topo pour la discrétion. Essayer de se faire tout petit quand on débarque après tout le monde, on va laisser ça aux individus investis d'un minimum de savoir-vivre, c'est à dire pas spécialement beaucoup de gens, mais pas Pologne non plus.

"OH, OKAY ! C'est genre, pour ça qu'y a personne dans les couloirs, heh. Je me disais justem... Awww, wouh, quic'estquiestlà, TROP cool !"

Et de faire des grands signes au pauvre Lituanie qui aurait sans doute préféré ne pas se retrouver impliqué là-dedans. Mais finalement, ce n'est pas plus mal, puisqu'il cessa de glapir pour foncer annexer l'espace vital du susnommé. Je précise que je compatis. Au moins, il n'avait à priori bousculé personne au passage, même si ça relevait certainement du hasard bien plus que de l'attention.

"Hey ! Ça roule ? Eeerk ! C'est quoi ce parfum ? 'Eau de loose' ? Ah, nan, excuse. Ça vient pas de toi, c'est, genre, à côté. Hé Russie, tu t'es fait greffer un nouveau pif par dessus l'autre, ou c'est l'ancien qu'a encore grossi ? Hein ? Genre ? Lieeet, il fait rien qu'à m'ignorer c'gros plouc de ruskov, c'est pas cool !!!
- J-je dirais que c'est plutôt u-une bonne chose...?
- Pfff. Et après on va dire que je fais carrément pas d'efforts. Ohmygod, j'ai grave plein de trucs à te racon... Hé, LietLietLiet, c'est qui le gars qui ressemble, genre, à un hibou constipé ? Et attends, je me posais carrément une question TROP MÉTAPHYSIQUE.. Genre je peux savoir POURQUOI que je dois viendre alors que j'ai MEME PAS de problèmes économiques, MOI, et que en plus comme par hasard ça tombe genre PILE en pleine période de soldes ?? ... et pourquoi je me retrouve avec QUE des pays pauvres ?? ...Liet, il me regarde de travers, le Hibou !!!
- Je vous signale que j'entends... et que j'attends, accessoirement. Et je pense que Russie également.
- Pas vrraiment : Rrussie toujourrs trrouvé les guignols trrès distrrayants.

La durée de réaction est cette fois estimé à environ trois secondes. Durée de réaction plus communément appelée "le temps que ça monte au cerveau". Et il faut savoir que faire monter des infos au cerveau de Pologne, c'est pas du défi de tapette : l'ascenseur est en panne et les escaliers sont accidentés. Gonflement des joues polonaises, et contre-attaque. A hauts décibels. Parce que Pologne, c'est pas d'avoir les joues gonflées qui l'empêchent de hurler comme un putois passé au lave-linge.

"EUH GENRE LA !! Elle me cherche, la GROSSE OTARIE, genre, avec sa serpillère sur la tête ??
- P-pologne, enfin !!
- Nan mais sérieux quoi ! Et pis d'ailleurs, lui non plus, il a carrément trop rien à faire là ! Lui la crise il connaît pas, vu que pour avoir des problèmes de sous, faut style EN AVOIR, t'vois. Mais genre, totalement, quoi, hein Liet, t'es pas TROP OKAY ??"

Profonde inspiration mongole.

" Bien. Comment procède-t-on pour le faire taire, généralement ?
- En lui rretirrant Lituanie, ou alorrs on peut extrrairre ses trripes et l'étrrangler avec ^^
- .... Genre, dégueulasse.
- Je m'en charrge ?
- S-s'il vous p-plaît, calmez v-vous tous...
- Je commence à comprendre pourquoi Allemagne a refusé de venir.
- Ah ouais, c'est vrai. Bah waouh, c'est grave tragique, t'sais. Carrément trop de tragisme.
- T... T-tragédie...?
- C'est PAREIL.
- TAISEZ VOUS. LITUANIE, ALLEZ VOUS ASSEOIR A COTÉ DE RUSSIE.
- Qu... Quoi ?? M-m-mais...!!
- Kolkolkol <3
- Allez.
- Mais il a TROP craqué dans sa tête, le Hibou, là, totalement !!!
- J'AI DIT... SILENCE. TOUS."

Mongolie. Level up fermeté.
Russie. Le kolkol se fait intérieur.
Lituanie. Copyright de castagnettes.

Et Pologne.
Contrariété au paroxysme, les joues sont tellement gonflées qu'il est pas loin de s'envoler. Quand Pologne veut quelque chose, il l'obtient, et le reste des considérations, elles lui passent, pfou... tellement au dessus de la tête que même avec une combo néons/jumelles, on ne les voit plus. Et là, Pologne, il veut que son territ... sa colon... son amirienqu'àlui reste à côté. Sauf que Mongolie, il en ras le bol de riz, là. Alors à peine le bec polonais s'est-il rouvert en laissant planer des promesses déjà palpables de hurlements que...

"SILENCE !! ÉXECUTION, TOUT DE S- HÉÉÉ !!! RUSSIE !! NON !!!
- Kol ?
- O-oh mon Dieu, Pologne ! Ça va ?? T-tu es vivant ??
- Mais je rêve !! Depuis quand est ce qu'il est préconisé de balancer des tuyaux à la tête des gens en cours de réunion ??
- Rrussie avoirr entendu orrdrre d'exécuter.
- Pas dans ce s... Non, je renonce. TOUS DEHORS. TOUS !! Et ramassez ce polonais avant de quitter la salle !!"

♠♥ AIME:
Beaucoup de choses.
- Lui.
- Jouer. S'amuser. Délirer. Le fun. Sourire. Les gens qui sourient. Se marrer. Les gens qui se marrent.
- Le soleil et la pluie, le chaud et le froid, la lumière et l'obscurité.
- Son folklore, toujours très vivant chez lui ; le perpétuer fait partie intégrante de l'éducation polonaise.
- Lui.
- Manger. Feliks a faim environ les trois quarts du temps. Le dernier quart, c'est quand il dort.
- Précisément, tout ce qui est pâtisserie et confiserie. S'il pouvait se nourrir exclusivement de gâteaux et de bonbons, il n'en serait pas malheureux.
- Lui.
- Sa collection de mots étrangers. Les termes isolés et les phrases très courtes : si le son lui semble marrant et pas trop compliqué, il retient très bien, et, en bon slave, il le reproduit approximativement sans trop de mal. L'ennui avec lui étant que la signification ne l'intéresse pas - en plus d'être bien trop flemmasse pour aller la chercher, mais ça l'amuse beaucoup de les ressortir aléatoirement.
- Lui.
- Les États Baltes. Il ne parvient pas à imprimer que non, ils ne sont ni "à lui", ni "sous sa responsabilité".
- Surtout Lituanie. Beaucoup de mal à le lâcher. D'ailleurs, pense que les noms des rues de Vilnius devraient être écrits en polonais.
- Il aime bien Ukraine, Hongrie, Italie, et France.


♠♥ N'AIME PAS:
- Russie.
- Prusse, Allemagne.
- La sonnerie du réveil. Surtout quand il est trop loin pour l'éteindre et faire comme s'il ne l'avait pas entendu.
- Russie.
- Etre contraint. Surtout de fournir un quelconque effort quand il n'en a pas envie. Il en a rarement envie, pour info.
- Les critiques dépréciatives et vannes - même au second degré - sur les sujets très sensibles, à savoir : ses traditions nationales, les pratiques catholiques, ses vêtements.
- Russie.
- Les inconnus super étrangers qui sont même pas de chez lui...
- J'ai mentionné Russie déjà ?


♠♥ AVATAR: N'étant pas sur mon pc actuellement, j ai piqué un ava dans la galerie, dont je ne sais strictement rien, hormis qu'il s'agit de notre bon vieux Pologne de APH.


♠♥ AVOIR UN GRAND FRERE?: [ ]OUI [ x]NON sauf si ça parait nécessaire..?
♠♥ TEINTE SOUHAITÉE: #034F00

♠♥ ET AUTRES: /


Dernière édition par Pologne le Sam 13 Aoû - 1:07, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 15:17

PREUMS! *o* Bienvenu parmi nous^^, courage pour la suite de ta fiche >w<

Lankou
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 15:48

POLOGNE! Totalement trop bienvenue, quoi! 8D Bonne chance pour la suite

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vatican
Admin à la bible ♫ Ossatueur de la mort qui tue qui fait très mal!
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 16:59

*s'étouffe avec son pain au lait* POLOOOOOOOOOGNE !!!! <3 *l'embarque dans une crypte* Welcome, welcome, welcooome !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda




MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 21:48

Bienvenue, da? =D

Pologne a écrit:
aussi tenace d'un yorkshire qui gnape un mollet
....en fait Pologne c'est le chien de Vatican.... IL A ETE DOTE D'UNE ILLUMINATION DIVIIIIIIIIIINE /SBAFF/

_________________
&lt;img src=&quot;http://i20.servimg.com/u/f20/12/90/57/81/0066-110.png&quot;&gt;


Dernière édition par Russie le Ven 27 Mai - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bokuhetalia.tonempire.net
Angleterre
J'vous laisse faire ce que vous voulez 8D
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Ven 27 Mai - 22:03

Whuééé ! Pologne ! 8D
Totalement trop bienvenue ~

Bon courage pour la suite !

_________________
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland Avatar : By Kugelmugel
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Dim 29 Mai - 12:28

OMGEE Comme j'avais trop pas vu qu'un petit Feliks perdu s'était présenté ! >o<
Bienvenue ! ♥♥

Citation :
Quant à savoir si c'est là un trait de caractère inné, ou si c'est à force de s'en prendre dans la figure de tous les côtés[...]

Totalement trop d'accord quoi. Laissez le tranquille bande de grosses nations avides de pouvoir. ;-;

Bonne chance, j'ai hâte de lire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Jeu 16 Juin - 12:42

Bienvenue avec tout plein de retard =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Jeu 16 Juin - 15:33

J'te souhaite carrément pas la bienvenue parce que je suis style totalement trop jaloux de ton caractère D8
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Jeu 16 Juin - 19:35

    Yallah ~ ♪ *late ? Nooooo*
    Bienvenue, genre, carrément ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Mer 22 Juin - 19:25

Russie a écrit:

....en fait Pologne c'est le chien de Vatican....
ça depent, j'exige une laisse avec des brillants bling-bling. Ou alors même carrément des vrais diamants. Ils ont les moyens, au Vatican, hé, ho.




Merci all !

J'ai presque fini, youhou... Pu que le test rp, faut que je trouve une heure pour pondre ça.
Je suis vraiment désolée, encore une fois, de ces délais ignominieux... Ca ira mieux au début des vacances...

Cher Autriche, sache que j'en suis au chapitre 4 de "Devenir modeste en dix leçons", mais j'ai des lacunes.

*kidnappe Chine*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Mer 22 Juin - 19:26

Hey tient, j'ai pas souhaité la bienvenue au polonais international 8D

Donc, bienvenue ! /o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Mer 22 Juin - 21:36

bienvenue parmi nous (avec un léger retard mais ne dit-on pas mieux vaut tard que jamais?)
Revenir en haut Aller en bas
Fonda




MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 25 Juin - 17:08

Si on met des faux-diamants avec impulsions électriques, ça marche aussi? 8D
Become one with Russia. Kol kol kol

_________________
&lt;img src=&quot;http://i20.servimg.com/u/f20/12/90/57/81/0066-110.png&quot;&gt;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bokuhetalia.tonempire.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 13 Aoû - 1:10

Voilà, ayé, fini.
Je suis vraiment déééésolée d'avoir mis autant de temps, j'sais, je mérite des baffes (maissij'enprendsunejelarendshein)

J'ai pas été trop à l'aise avec le test rp ¬¬ Si j'ai fait de l'OOC sur des persos que je ne maîtrise pas, ben.... c'est genre totalement pas de ma faute !!
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 13 Aoû - 17:03

Ton test rp était trop génial XD

*oulalaaaaa, c'quoi ce travail d'admin qui passe 3h après? Et encore, 3h, c'est pour rester dans l'expression, sinon c'est plus*

Aloooors ta fiche était tout simplement trop super méga trop drôle, quoi mais il manque un petit truc, repasse relire le règlement et je te valide =D

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 13 Aoû - 20:59

Euuhm... Valà, j'ai ajouté ce qui manquait - du moins je crois que c'est ça.
Revenir en haut Aller en bas
Vatican
Admin à la bible ♫ Ossatueur de la mort qui tue qui fait très mal!
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 13 Aoû - 22:21

Grèce m'a autorisée à te valider ^^ étant donné qu'elle ne reviendra qu'après demain.

Bienvenue officiellement ! 8D Je t'installe ta couleur et ton groupe ~


Dernière édition par Vatican le Sam 13 Aoû - 22:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Sam 13 Aoû - 22:23

... Ah bah écoute hein, etre validé par Vatican, c'est très IC.

Marchiiii !
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...
avatar


MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    Dim 14 Aoû - 21:14

*et débarque un peu plus tôt que d'habitude* Félicitation pour ta validation et bienvenue officiellement parmis nous, petit ponyta rose =D

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Like, so late, tre, ohmygod seriously, whatever fer shure i'm like. Totally.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille Fiche-