Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Freedom...[PV Angleterre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Freedom...[PV Angleterre]   Mar 10 Mai - 2:23


''Allez Alfred, fait ahhhh!''

Que de beaux souvenirs, des tendres moments de son enfance...

''Non! C'est même pas bon ce que tu fais de toute façon, Awthur!''

Un sourire en coin lui vint, ce qui était tout à fait normal.

''Qu-Quoi!? Mais tu racontes n'importe quoi, c'est tout à fait délicieux!''

Le bruit de la pluie s'abattant sur le haut de sa tente le réveilla soudainement. Il frotta ses yeux, les sens quelques peu endoloris et les muscles l'étant d'autant plus. L'odeur de poudre à canon flottait dans l'air, électrifiant l'atmosphère autour du jeune Jones... Non, il ne pouvait pas s’autoproclamer ''États-Unis'' à cette heure, car il était encore une colonie de ce satané Angleterre. Il devait se satisfaire du pauvre nom ''13 colonies'' …

Mais ça allait changer. Il en était sûr.

Il se redressa, lançant un regard en coin aux gardes qui surveillaient sa tente. L'un d'eux s'était tourné lorsqu'il avait baillé, mais était aussitôt retourné au travail. Durant une guerre, les jeux sont simples : une seconde d'inattention et c'est peut-être la fin. Surtout en ce moment... Les troupes moins nombreuses, démotivées, rabattues par la rumeur d'un échec imminent. Les derniers patriotes devaient garder l'espoir que cette 7ème année de guerre allait être concluante.

Un pays libre, une nation indépendante, l'espoir d'un peuple... Voilà les fantaisies sur lesquelles on se rattachait à l'époque. Il étira longuement ses muscles, portant toujours cet habit bleu qui le démarquait des troupes anglaises et leur horrible rouge... Rouge comme le sang, celui qu'ils font couler sans remords. Après ce léger réveil, il se leva hors de son lit et sortit sous l'orage. La forêt qui entourait leur camp était la seule chose visible, le reste étant caché par un rideau impénétrable de pluie. Alfred contourna quelques tentes, ayant un but bien précis : trouver la tente de son allié, France.

Oui, tout le monde sait que si vous vous mettez les Français à dos, les Anglais viendront vous aider et vice-versa, mais il était heureux de le savoir de son côté. Lorsqu'il entra dans la tente du blond, affublé de paillettes françaises et de son drapeau bleu-blanc-rouge, le Jones remarqua l'absence du jeune homme... Étrange, ou pouvait-il bien être...

Avait-il lui aussi déserté? Avait-il abandonné cette idée qu'Alfred avait droit à son indépendance?

Il fallait mieux ne pas y penser, ce n'est pas le temps de déprimer... C'est le temps de combattre, de gagner ce que le peuple désire : la liberté.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Angleterre
J'vous laisse faire ce que vous voulez 8D
avatar


MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   Sam 14 Mai - 20:36

Depuis combien de temps il n'avait pas dormi ? Combien d'heures de sommeil il lui manquait ? Son esprit divaguait de plus en plus, chaque soir il ne dormait jamais plus de deux heures. On ne peut pas se permettre de se laisser aller pendant une guerre. La moindre petit erreur stratégique peut être décisive pour la perte d'une armée et du peuple entier. Ainsi, le blond était souvent interrompu pendant ses quelques heures de repos, pour diverses raisons, comme une nouvelle attaque de l'ennemi ou d'autres problèmes à régler. Mais cette situation actuelle n'était certainement pas la seule et unique chose qui a retiré le sommeil à l'anglais. Rien que de penser à qui était son ennemi, la personne face à lui, cette personne qui cherche à gagner la guerre. Juste cette idée créait en lui une immense tristesse et une grande mélancolie. Mais il n'y a pas de places pour ces sentiments-là pendant une guerre.
La pluie s'abattait déjà depuis quelques temps, combien d'heures ? Impossible de le dire, la notion du temps chez le jeune homme n'était plus vraiment son sens des priorités. Il était allongé sur son lit, toujours vêtu de son éternel costume rouge, son magnifique costume. En tout cas ce qui est sûr, c'est que la nuit était déjà tombée et depuis quelques temps. Mais impossible encore une fois de trouver le sommeil, Arthur se contentait simplement de regarder le toit de sa tente, en réfléchissant à de nombreuses choses, laissant ses pensées accompagner le bruit de l'eau qui venait s'écraser sur cette tente.

Pourquoi son bonheur pur et simple, a t-il décidé de partir comme cela ? Un simple jour, une simple lettre donnée pour une raison vraiment simple. Ou plutôt c'est ce qu'il espérait, en réalité ce bout de papier signifiait le désir d'indépendance de son jeune protégé. L'anglais arrivait parfaitement à revoir cette scène, elle était tellement claire dans son esprit, et pourtant ça c'était passé il y a déjà sept ans. Sept longues années à se battre. L'un voulait sa liberté, pouvoir enfin vivre, tandis que l'autre tenait à entraver ce désir, pour le garder toujours auprès de lui. Désir égoïste, mais tellement humain.
Repenser à tout ça, au moment où il l'a trouvé, quand ils ont joué ensemble, ont partagé des choses ensemble, ont vécu de nombreuses aventures. Ont vécu leurs vies ! Rien que d'y penser les larmes lui montaient aux yeux. Rapidement il s'essuya les yeux avec le revers de sa manche et se releva, pour rester assis sur son lit. La pluie continuait à s'abattre avec toujours la même ardeur, l'orage quant à lui continuait à gronder. Son regard restait vide, à toujours fixer la tente sans rien dire, sans aucune expression. A simplement réfléchir, à comment faire pour gagner, comment faire ? De plus, France et Espagne ont décidé d'aider Alfred. Cet enfoiré de français, il le revoyait clairement avec un air moqueur sur le visage en train de partir pour aider l'ennemi.


« - Abandonne cette guerre, de toute manière, ton petit protégé ne veut plus de toi ... Arthur ! »

L'anglais serra fortement le poing avant de l'abattre avec violence sur le lit. Il revoyait son visage, le ton de sa voix, il revoyait tout cela. Pourquoi participer à cette guerre ? Tout simplement pour l'embêter, pour pouvoir s'amuser à se battre contre lui et détruire son armée. Armée qui à présent était déjà bien affaiblie, avec de nombreuses pertes. Pour Angleterre, la guerre était gagnée d'office, et pourtant ! Jamais il n'aurait pensé que ce peuple aurait réussi à trouver une telle force, une telle puissance. Arthur se leva lentement de son lit, pour finalement sortir. Comme il s'en doutait, un véritable orage s'abattait. La pluie formait un grand rideau cachant la plupart des tentes. Mais ce soir-là tout allait changer. Il en était sûr. Tout devait changer. Tout devait s'arrêter, pour enfin en finir, terminer cette guerre et rentrer calmement à la maison comme si de rien n'était.
Stupide utopie, mais après tout, c'était vraiment ce qu'il espérait. Qu'Alfred, accepterait ses excuses, et lui les siennes et tout rentrerait dans l'ordre. Ce soir sera certainement la dernière attaque et sûrement la plus décisive. L'anglais retourna dans sa tente, prit son arme et ressortit aussitôt.



Spoiler:
 

_________________
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland Avatar : By Kugelmugel
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   Mer 1 Juin - 3:39


Toutes les tentes se ressemblaient horriblement, c'était presque agressant de ne pas pouvoir se retrouver dans un si petit périmètre. Les gouttelettes ruisselaient doucement sur sa chevelure blonde, traçant un chemin sur la pointe de son nez pour finalement s'abattre sur le sol. Il n'avait fait que quelques mètres et était déjà trempé comme un noyé... Tiens, cette pluie, cette pluie, il aurait aimé la voir dans un autre territoire que le sien, que son territoire américain. En fait, il aurait aimé connaitre ce mauvais temps si légendaire qu'Arthur lui expliquait chaque fois qu'il revenait, la pluie qui tombe inlassablement sur Londres.

Mais il n'a jamais pu... Une colonie devrait avoir son mot à dire au parlement ? Il aurait dû être représenté au parlement d'Angleterre ! Mais non... Les distances étaient trop grandes, disait-il. L'écart des deux pays était trop important, disait-il.

Il ne le reconnaissait pas à sa vraie valeur, voilà ce qui c'était passé. Il ne le voyait pas comme ce grand pays où le mot ''liberté'' est imprimé dans les esprits de tous et chacun...Seulement comme une piètre colonie, un enfant, un pion dans l'échiquier de l'empire britannique.

''Taxe sur le transport'', ''taxe sur la farine'', ''taxe sur le beurre'', ''taxe sur la poste'', ''taxe sur le thé'' ...Croyait-il pouvoir abuser de ses bonnes grâces américaines indéfiniment ? Il y a 7 ans, il allait porter la conséquence de toutes ses folies de domination...

Oui, Alfred F. Jones n'allait plus être qu'une piètre colonie anglaise... Non, il serait un nouveau monde, le plus grand, le plus fort, celui où tout le monde aura droit à sa liberté et à son opinion... Un pays libre, où le rêve sera permis.

Il continua à marcher sous la pluie, cherchant toujours Francis, légèrement inquiet. Peut-être avait-il banalement décidé de retrousser bagages et de partir, comme si rien n'était. Peut-être avait-il rejoint les Anglais comme l'a fait Matthew...Mais... Seul, en équipe, avec une armée ou la planète entière, il la gagnerait son indépendance.

-MONSIEUR JONES ! LES ANGLAIS ATTAQUENT ! cria l'un de ses sergents, un arrière-son de détonation amplifiant ses dires. Malgré la pluie, il voyait l'horreur parcourir le visage de l'homme.

...Ce serait la dernière nuit, et si Francis veut venir mettre son grain de sel, qu'il le fasse. Personnellement, Alfred n'avait rien à perdre, mais tout à gagner. Alors c'est ainsi que, une arme à la main, il partit gagner sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Angleterre
J'vous laisse faire ce que vous voulez 8D
avatar


MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   Sam 25 Juin - 8:53

« - Rentrons chez nous ! »


Cette phrase tellement simple résonnait dans sa tête. Il la laissa s'échapper de ses lèvres, dans un petit murmure. Pourquoi ces mots lui faisaient-ils si mal ? Pourquoi son cœur se serrait -il si fort au point d'en devenir douloureux ? Mais ces paroles le jeune homme ne pourra sûrement plus jamais les dire à cette personne, c'est en ça que réside le but principal d'une séparation, d'une prise d'indépendance. Ne plus avoir aucun lien avec cette personne, ne plus avoir à dépendre d'elle, et pouvoir enfin vivre de soi-même. Après plusieurs années Alfred a décidé de se séparer du britannique, ne pouvant plus supporter tout ce qu'il lui faisait subir, et d'après lui, il n'était pas reconnu à sa juste valeur. Le jeune garçon était vu comme une colonie du grand Empire Britannique, ainsi en suivant la logique des choses, c'était Alfred qui avait le plus besoin de l'anglais, pour réussir à vivre et à grandir.
Mais tout portait à croire qu'au final, c'était bel et bien Arthur qui avait le plus besoin d'Alfred. Le blond, dira simplement qu'il refusait de perdre une de ses colonies, de perdre un grand territoire. Mais en réalité tout cela dépassait les raisons matérielles. Après avoir vécu plusieurs années avec lui il s'était vraiment attaché à ce dernier. Mais là ... Ils étaient déjà plus où moins séparés, ce n'était certes pas encore officiel, cependant plus rien ne sera jamais comme avant, impossible de faire un retour en arrière avec les sentiments. Depuis plusieurs années l'américain s'éloignait de plus en plus d'Arthur, il grandissait de plus en plus à chaque visite qu'il lui faisait, il changeait. Mais jamais, jamais il n'aurait pu penser une seule seconde qu'un jour il déciderait de partir, surtout de cette manière.


« - Sir Kirkland ? »

La voix grave d'un homme permit au blond de sortir de sa rêverie. Ce dernier ne s'était même pas rendu compte qu'il se tenait droit comme un piquet devant sa tente, laissant la pluie s'infiltrer de partout, et glisser sur sa peau. Laissant les gouttes s'écraser au sol pour rejoindre celles qui étaient déjà présentes. Arthur releva lentement la tête pour déposer son regard sur l'homme qui se tenait droit devant lui, et écouta ce qu'il avait à lui dire. Ainsi l'ennemi se préparait de nouveau à parer une attaque. Le blond laissa un soupire lui échapper, prenant quelques minutes pour réfléchir aux directives à donner à ses troupes. Et cette fois-ci l'armée britannique allait remporter la victoire, il en était sûr, ou du moins il tentait de s'en convaincre le plus possible. Le jeune homme expliqua au lieutenant les choses à faire, ainsi que les positions à tenir pour cette dernière offensive, en lui montrant du doigt les différents endroits malgré la pluie qui ne permettait pas de voir très loin. Le jeune Kirkland, malgré son âge avait déjà réussi à faire ses preuves sur les terrains militaires, ainsi que montrer aux autres sa supériorité maritime. Une fois l'homme parti il prit une grande respiration, pour cette dernière attaque il irait lui-même sur le front, pour enfin faire face à Alfred. Il reprit sa marche en direction du futur champ de bataille, d'un pas décidé et sûr de lui, ses bottes frappant le sol boueux.

Les gouttes de pluie le frappaient avec de plus en plus de violence, venant s'abattre sur son visage, malgré cela il accéléra doucement sa marche. L'angoisse lui prenait le ventre, ainsi il allait de nouveau se retrouver devant Alfred après si longtemps, Arthur avait pris pour habitude de seulement envoyer ses troupes et lui de rester en arrière pour pouvoir s'assurer que tout se déroulait comme il le souhaitait. Ses hommes marchaient derrière lui en suivant tout simplement leur chef. Des bruits de canons se firent entendre un peu plus loin, la bataille avait enfin commencé, plus aucun moyen de retour en arrière. L'odeur de la poudre ne tarderait certainement pas à venir remplir l'air, en accompagnant les bruits de détonations. Arthur arriva rapidement à l'endroit où la dernière bataille allait se jouer, un large terrain plat détruit par tous les assauts précédents, ils continuaient d'avancer ne se trouvant même pas encore au milieu de cet emplacement. Le blond essayait de regarder au loin, pour peut-être apercevoir une forme signifiant l'ennemi, mais impossible avec cette pluie créant un rideau opaque de par sa force. Le garçon leva simplement le bras droit sur le côté pour signaler à ses hommes de s'arrêter, inutile d'aller plus loin. Tout allait se jouer ici, il déglutit tout en continuant à fixer l'horizon.


Spoiler:
 

_________________
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland Avatar : By Kugelmugel
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   Mer 2 Nov - 15:24

Il avait marché pendant de longues minutes, une pression au ventre et un sentiment de désir l'envahissant. Un désir de liberté, un désir de gagner, une adrénaline des plus puissantes. Il conduisait son armée, mais d'une façon particulière. Il n'a jamais eu l'âme d'un tyran, il était doux et s'occupait des blessés avant tout. Il voulait montrer aux gens que cette guerre n'était pas futile, qu'il les remerciait réellement de l'accompagner. Mais quelques fois, les gestes sont plus importants que les paroles, et ça, il l'avait compris depuis longtemps.

Ils n'étaient pas nombreux, certes, mais ils étaient déterminés. Il le fallait pour s'opposer à la plus grande puissance mondiale... Son souffle était court et rapide, blessé depuis quelques temps, il commençait à trouver ses cicatrices plus douloureuses. Mais il n'avait pas droit d'abandonner, non, il devait se battre, se battre pour lui, pour son peuple, pour sa LIBERTÉ!

Le paysage devant ses yeux était désolant. Ce qui avant était de magnifiques forêts étaient détruites, brûlées ou coupées. Les Anglais ne reculaient devant rien pour créer l'anarchie...Brûler des églises en enfermant les gens à l'intérieur, brûler les récoltes, pendre des généraux américains...Non, définitivement, rien ne les arrêtait. Le blond marchait dans la boue, le regard haineux, colérique. Il en voulait horriblement au Kirkland, pourquoi ne le laissait-il pas partir bon sang!?

Soudain, alors que le Jones était perdu dans ses pensées, un homme fit signe aux troupes de s'arrêter et d'attendre les ordres. Alfred continua de marcher sans rien remarquer, comme à son habitude un peu perdue, puis reconnu une voix qui lui laissa un goût amer en bouche.

-Alfred, c'est bien toi?

Son regard remonta, croisant les yeux émeraude d'Arthur. Cependant, il n'abordait pas son sourire de héros auquel il était tant attaché. Oh que non. Ce regard, c'était celui d'une bête à qui on avait gâché la vie en l'enfermant. Cette crispation des lèvres était le signe du peu de retenue qu'il restait au jeune homme. Ses yeux bleus, dans lesquels reflétait une si grande joie de vivre auparavant, ne diffusait en ce moment qu'un seul message.

Haine...Haine...Haine...

Cela ne lui prit pas plus que quelques secondes pour relever son mousquet et le pointer en plein vers le Britannique, ce qui sembla faire réagir les troupes derrière lui.

-C'est ici que ça se termine Kirkland! Je vais la gagner, mon indépendance!

Des mots semblant si froids et directs, mais étant empreints de vérité. il n'y avait pas d'autres options que la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Angleterre
J'vous laisse faire ce que vous voulez 8D
avatar


MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   Ven 11 Nov - 16:02

Ses jambes lui paraissaient tellement lourdes, impossibles à soulever pour s'activer et ainsi marcher. C'était comme si elles étaient faites de plomb, c'est dans des moments comme ceux-là que tout le monde préfère s'asseoir ou encore se coucher puis se reposer. Attendre que le temps passe tout en somnolant, profiter du calme ambiant et de l'instant présent. Mais la vie nous laisse rarement faire ce que l'on désire, rester avec la personne que l'on chérit le plus, la garder pour toujours auprès de nous, ne jamais avoir à se poser la question d'un possible départ, ne jamais avoir la peur que cette personne puisse un jour décider de partir d'elle-même. Et c'est pour des raisons comme celles-ci que le jeune Kirkland se retrouve en ce moment-même sur le champ de bataille. Pour être plus précis il ne s'y trouvait pas réellement, il s'y rendait. Le dernier combat, la lutte qui permettrait enfin de clore cette guerre, et d'entraver le bonheur à certaines personnes. Combien de personnes ont péri sur le champ de bataille ? Autant dans le camp d'Alfred que dans celui du britannique. Après tout être une nation c'est ça, subir les morts du peuple, de l'armée. Ressentir au plus profond de soi la mort de nombreux habitants. Être une vieille nation comme Arthur lui permet de s'endurcir c'est bien vrai, mais la douleur reste toujours aussi présente, toujours aussi forte.
Mais le pire mal reste bien sûr celui de la séparation avec son jeune protégé. Depuis plus de huit ans il repensait chaque jour aux moments heureux passés avec Alfred, à cette guerre qu'il avait osé lui déclarer. A lui le grand Empire Britannique, comment a-t-il eu l'affront de faire ça ? Sa simple colonie qui décide de se séparer de lui, de devenir indépendante, quelle idée totalement folle. Et puis Arthur avait employé tous les moyens pour gagner, il ne reculerait devant rien pour atteindre la victoire. Et pourtant le Jones qui se trouvait face à lui dans cette guerre faisait de même, malgré tout ce que le blond lui avait fait il n'avait pas capitulé. Alors cette guerre il allait la perdre ? Arthur allait perdre la personne qui lui était le plus chère ?

Il était temps à présent de se battre. Un peu plus loin le bruit sourd des armes à feu et de la souffrance se faisait entendre en un simple murmure, camouflé par la pluie. Le Kirkland n'entendait presque rien, l'esprit bien trop concentré sur ce qui allait se passer, il allait de nouveau se retrouver face à face avec Alfred. Ses hommes étaient restés légèrement derrière lui, pour ainsi montrer au Jones que cette affaire il la réglerait lui-même. Tout en fixant l'horizon il essayait de se concentrer le plus possible, pour tenter de voir si Alfred allait bel et bien arriver. Quelques minutes après il réussit enfin à voir une forme se dessiner lentement à travers les gouttes de pluie. Alfred. Le blond prit une grande inspiration sous l'effet de la surprise après avoir reconnu l'autre. Ses jambes avancèrent par automatisme, il ne sentait même plus que ses bottes s'écrasait avec violence dans cette boue, il voulait seulement le voir lui.


«- Alfred, c'est bien toi ?»

A une distance assez raisonnable pour que chacun puisse arriver à se voir, Arthur s'arrêta et prononça ses mots d'une voix faible, comme s'il tentait de les dire pour lui-même, pour se rassurer. Bien sûr que c'était Alfred, qui ça pouvait bien être d'autre n'est-ce pas ? Le blond fixait l'autre intensément, jusqu'à croiser son regard. Pourquoi ce visage si sombre ? Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver pour qu'il soit comme cela ? Arthur déglutit tout en continuant à le regarder. Il aurait tant voulu s'approcher un peu plus de lui, passer sa main dans ses cheveux comme il le faisait si souvent avant. Le rassurer, l'aider, pour qu'enfin il puisse sourire de nouveau, laisser ce si magnifique sourire se dessiner de nouveau sur son visage. Le blond ne désirait qu'une seule chose l'entendre de nouveau rigoler comme avant, pouvoir passer du temps avec lui.
A la vue de l'arme pointée vers lui, l'anglais eut l'impression que ses jambes n'arriveraient plus à le supporter bien longtemps, non pas à cause de la peur mais de la surprise. Alors comme ça, il aurait pu tirer ? Faire un si petit mouvement de doigt, laisser la balle partir dans un bruit tellement fort pour enfin en finir, et lui voler sa vie. Arthur déglutit avec difficulté, laissant apparaître sur son visage un air grave et totalement abattu. Les mots que le Jones venait de prononcer explosèrent dans sa tête. Son cœur se serra de nouveau, depuis si longtemps qu'il n'avait plus entendu cette voix qu'il aimait tant, il pouvait enfin l'écouter parler, mais cette fois-ci c'était pour lui dire des mots si durs et francs. Sa gorge se noua, les mots avaient envie de sortir pour briser cet horrible silence accompagné de la pluie mais ça lui était totalement impossible. Les phrases qui voulaient naître pour enfin s'exprimer ne faisaient que mourir dans sa gorge totalement bloquée.

Malgré les horribles sentiments tellement douloureux que le Kirkland ressentait il gardait quand même son air fier et sûr de lui, pour tout simplement ne pas montrer à l'ennemi ces faiblesses. Alors ainsi il allait perdre sa colonie, un territoire ? Non pas vraiment, il allait perdre Alfred. Les terres n'avaient plus aucune importance pour lui, la seule et unique chose qu'il désirait c'était pouvoir vivre sa vie d'avant avec la personne qui lui était le plus chère dans son cœur. Arthur serra fortement son arme pour se ressaisir et la leva en direction du Jones. Il attendit quelques secondes voir si l'autre allait tirer, si la balle allait enfin venir vers lui pour en finir, terminer cette guerre et les souffrances qu'il éprouvait.
Le blond prit une profonde inspiration avant de s'élancer en direction de l'autre, l'arme toujours aussi tendue vers son ennemi. Son acte était totalement insensé et stupide, la seule et unique chose qu'il aurait pu obtenir c'est la mort, se prendre une balle par un des ennemis qui aurait eu l'idée de réagir. Mais plus rien ne comptait en ce moment-même, il ne pensait plus à rien. Au final il aurait mieux fait d'écouter son ennemi de toujours, Francis, qui lui avait conseillé de laisser tranquille Alfred, de le laisser gagner. Pourtant pour Arthur il lui était totalement impossible de se résoudre à perdre pour toujours son Alfred, impossible vraiment... Mais heureusement pour lui il ne ressentait aucune douleur dans son corps, alors au moins comme cela il ne s'était reçu aucune balle. Arthur s'arrêta proche d'Alfred, assez proche pour que son mousquet puisse toucher celui du Jones. L'impulsion qu'il avait mis pour le rejoindre venait tout d'un coup de se calmer, il le regarda une dernière fois dans les yeux avant de laisser tomber son arme au sol dans la boue.


« - Je ne peux pas ... Imbécile... je ne peux pas tirer ...»

Les mots qui sortaient de sa bouche le faisait souffrir, jamais il n'aurait cru employer ces mots contre son protégé. La victoire de la guerre lui paraissait terriblement évidente, d'aucune façon il n'aurait pu tirer contre Alfred. Ses jambes décidèrent de le lâcher d'un seul coup, ses genoux s'écrasèrent contre le sol boueux, dans un bruit de tissus caché par la pluie qui ne cessait de tomber. Les larmes commencèrent à se mélanger à la pluie sur le visage du Kirkland, il prit son visage dans sa main tout en murmurant quelques mots vulgaires, qu'il ne pouvait retenir sous le désespoir qui l'envahissait.

_________________
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland Avatar : By Kugelmugel
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Freedom...[PV Angleterre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Freedom...[PV Angleterre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-