Nous sommes le monde.
 

Partagez | 
 

 Une simple journée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...



MessageSujet: Une simple journée   Dim 6 Mar - 17:15

Cette journée commençait mal. Dès le premier instant. Le réveil se mit à sonner dans la chambre d'Héraclès. Saleté d'objet. Pourquoi il avait acheté un réveil ? Ah ouais...c'était un vieux réveil tout pourri qu'il avait jugé bon d'avoir au cas où un jour il avait besoin de se lever tôt. Acheter au plus bas pris possible dans un vide grenier. Eh bah on voit pourquoi il était à vendre. Il sonnait même quand on lui avait rien demandé. En même temps, un réveil, c'est là pour embêter son monde. Saleté de truc. En plus, s'il sonnait alors que le grec ne voulait pas, c'était que forcément, c'était du made in Turquey. Y avait pas d'autres possibilités. Et là, vous me demanderez « mais qu'est-ce qu'il fait avec du made in Turquey chez lui ? » Bah il a pas fait attention quand il l'a acheté. Et en fait, le lendemain de son achat il avait besoin de se lever tôt, pour sa plus grande horreur. Et puis, c'était pas forcément marqué dessus. Il était usé donc bon. L'écriture qu'il pouvait avoir sur cet objet du diable indiquant le lieu de fabrication avait commencé à s'effacer.

Donc oui, le réveil sonna -alors qu'on lui avait rien demandé à cet imbécile- et Grèce avait pas beaucoup dormi de la nuit en plus, il avait aidé des chats à se trouver quelque chose à manger. Donc, il était crevé ! Enfin, plus que d'habitude, je veux dire par là. Bref, ça le réveilla parce que sur le coup, il avait eu le sommeil un peu plus léger que d'habitude -sûrement parce qu'il avait réussi à trouver quelque chose à manger aux chats mais pas pour lui-... Il tendit la main, la tête toujours enfoncée dans son oreiller, pour appuyer sur le bouton pour éteindre le réveil avec une lenteur sans nul autre pareille. Et dès le matin on fait des rimes ! Si c'est pas génial ça. Bref. Mais comme il ne regardait pas ce qu'il faisait... Bah il a poussé le réveil qui est allé s'écraser au sol. Et pouf, cassé. Plus de réveil... Bon, au moins, il ne sonnait plus et plus jamais il allait l'embêter... Par contre, le jour où le grec devra se lever tôt... faudra en racheter un... Bah espérons que ce jour-là n'est pas proche. Et même très loin. Ou inexistant, ça, ce serait génial. Mais bon. Quand on a une éternité à vivre, se dire qu'il n'y aura pas un seul jour où il faudra se lever tôt, ça fait assez surréaliste. Mais bon, on peut toujours espérer, non ?

Donc, plus de réveil, plus de sonnerie, le silence... Là, Grèce était parti pour se rendormir. Mais. Parce qu'il y a toujours un mais pour embêter son monde... A tous les coups, ce mot a été inventé par un turc parce qu'il embête toujours son monde. Bref, Grèce allait se rendormir mais pour commencer, son estomac commença à crier famine. Genre « nourris-moi ou je t'empêche de dormir » ... Mais jusqu'à preuve du contraire, le sommeil de Grèce a toujours gagné sur son envie de manger. C'était juste un peu plus agaçant, c'est tout. Donc, jusque là, on n'abandonne pas et on reste dans son petit lit. Mais -encore un mais- un chat grimpa sur le lit d'Héraclès et vint se frotter contre sa joue. Ça, c'est déjà un réveil plus doux, plus agréable qu'un stupide appareil venant de Turquie. Grèce lui rendit sa caresse avec ses gestes lents du matin qui sont dix fois plus lents que ses gestes habituels même si à regarder ses gestes habituels, on ne voit pas comment c'est possible de ralentir encore plus. Puis, un autre chat arriva sur le lit pour demander la même chose que le premier. Le grec devina qu'il y en avait d'autres encore dans la maison qui l'attendaient... Et il se dit qu'ils devaient avoir faim. Bon, d'accord, il allait se lever pour ses petits amis. Grèce se frotta les yeux, puis passa de la position allongée sur son lit à la position assise... Je ne vous cache pas qu'il lui a fallu beaucoup plus de temps pour faire ça qu'une autre personne. Enfin bon, c'est Grèce. De sa tête d'endormi/neutre de tous les jours, il regarda un peu sa chambre... Et là, on voyait un phénomène étrange qui arrive seulement chez les personnes les moins organisées... Un bordel pas possible avec pas grand-chose. Par exemple, il peut y avoir pas grand-chose dans une armoire mais ça peut être tellement désorganisé qu'on a l'impression qu'il y a plein de trucs. Bah là, c'était pareil... pour l'armoire de Grèce mais aussi pour le reste de sa maison. Ce qui traînait par terre, par contre, ce sont des objets pas toujours identifiés... En même temps, au levé, on a le regard flou, on distingue pas tout. Donc bref, ce n'était pas important. Les chats ne tardèrent pas à monter sur le grec. Un sur son épaule et l'autre sur sa tête. Grèce finit par se lever enfin avec toute la lenteur du monde et se dirigea vers sa fenêtre pour l'ouvrir... Une fois que la chose fut faite, il se rendit compte que cette fenêtre donnait sur la maison de Turquie.

-...

Il referma la fenêtre en pensant encore une fois qu'il devrait la condamner... Puis, il prit la direction de la cuisine. Non, pas besoin de s'habiller, il l'était déjà. Ouais, il dort pratiquement tout le temps habillé parce que dès qu'il rentre chez lui, il va dormir sans prendre le soin de se déshabiller pour mettre un truc pour dormir... Ah et il devait peut-être se coiffer aussi... bof... on verra plus tard... Et puis, le chat qui était sur sa tête était déjà en train de le faire à sa manière... Bon, si ça l'amuse...

Donc, Héraclès arrive à la cuisine. Il se dirigea vers le frigo et l'ouvrit... Et là, on est sauvé... Il restait seulement UNE bouteille de lait pour les chats. Mais vraiment, c'était tout ce qu'il restait. Je ne veux pas dire par là qu'il ne restait qu'une bouteille de lait parmi les autres, je veux dire par là que c'était vraiment tout ce qu'il restait dans le frigo. Mais vraiment tout. Là, c'était bon, il prenait la bouteille, il y avait plus rien. Bon, il faudra faire des courses... plus tard... De toute façon, s'il ouvrait son porte-monnaie -si par un miracle, il le retrouve- tout ce qu'il pourrait trouver dedans, ce serait une toile d'araignée... ou éventuellement, un petit message de Turquie avec écrit dessus « t'es fauché » pour bien se moquer de lui... Enfin bon, c'était le matin, les idées de Grèce, ça pouvait vraiment donner n'importe quoi... Enfin...il supposait que c'était le matin... après tout, il avait pas vérifié l'heure. Bref, il regarda dans ses placards et il trouva un bol... il ouvrit la bouteille de lait et versa son contenu dans le bol qu'il posa par terre. Les chats s'empressèrent de quitter le grec pour aller boire. Héraclès alla s'asseoir sur une chaise qui traînait et il les regarda... Ils étaient mignons... Il adorait les chats... Il posa son coude sur la table et... ah, il y avait du courrier dessus... Sûrement un chat qui lui avait apporté... C'était gentil. Le grec pris les enveloppes, se doutant de ce qu'il allait y trouver... Enveloppe n°1 : Facture d'électricité... Bon, il allait s'en passer pendant un moment, il avait pas les moyens de payer. Enveloppe n°2 : Facture d'eau... Bah le truc, c'est qu'il était vraiment fauché, quoi... il avait plus rien... bon, tant pis pour l'eau, il en aura pas. Enveloppe n°3 : payer le loyer... Bon... là, ça devient embêtant s'il il payait pas... Ce serait assez gênant de se retrouver à la rue quoi... même très gênant... Bah oui, où est-ce qu'il allait mettre ses bouteilles de lait pour les chats s'il a plus de maison ? Et puis il fait froid dehors... Peut-être que Russie, lui, il aurait chaud mais là, on parle de Grèce... Bon, il allait encore devoir vendre deux trois petits trucs pour pouvoir payer... Bah tiens, les objets non identifiés qui traînaient dans sa chambre... Et là, son estomac recommença à demander de la nourriture... Et en plus, Héraclès avait un peu froid... plus de chauffage... il avait pas payé le mois dernier... Il se couvrit bien de sa veste militaire pour se réchauffer...

Heureusement que les chats étaient là pour lui remonter le moral.

Spoiler:
 

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une simple journée   Dim 6 Mar - 21:28

Le réveil d'Alaska sonna. Elle ouvrit faiblement un oeil. Puis l'autre. La jeune fille se redressa lentement pour passer de la position couchée à la position assise. Elle se frotta les yeux. Elle avait mal à la tête. Et elle avait sommeil. En vérité, la jeune Américaine avait mal dormi. Elle avait fait un cauchemar. Comme souvent. De plus en plus. Nuit après nuit, le même cauchemar. Son Grand frère envahi, ses amis Nations qui disparaissent, la fin du monde, le trou noir. Bien sûr cela ne risquait pas d'arriver. Elle se gratta l'arrière de la tête. Ça, c'était à cause de tous ces films Américains que lui montrait son Grand frère. Ce genre de films où les Américains sauvent le monde et bla bla bla. Ça lui montait à la tête, au point de l'empêcher de dormir. Lynn tourna la tête vers son réveil et appuya sur le bouton pour l'éteindre. Elle regarda le cadran. 10 : 37. Une heure assez tardive pour se lever. La jeune fille regarda par la fenêtre. Il semblait faire beau. Il y avait bien quelques nuages, mais le ciel était bleu et le soleil brillait. Alaska se leva et s'étira. Elle était en chemise de nuit courte et en culotte. Vêtement typique des jeunes filles pour dormir.

La chambre de la jeune fille était bien rangée. En fait, elle essayait de la laisser en ordre, car ce n'était pas chose évidente : USA, son Grand frère, passait souvent dans sa chambre pour lui faire son speech habituel de "Je dois te protéger, je suis ton héros, te laisse pas faire par Rome, bois bien ton milk shake, mange des burgers, lave toi bien derrière les oreilles" et bla bla bla. Après quoi il repartait aussi vite qu'il était venu en laissant derrière lui nombre incalculable de miettes de burger, des photos de lui et encore plein d'autres trucs que Lynn ne préfère pas évoquer. Son Grand frère l'énervait. Il la prenait pour une gamine. Pourquoi ne lui faisait-il pas confiance ? Ou peut-être avait-il peur de la voir grandir ? Mais elle n'allait pas rester une petite fille sensible et faible toute sa vie, c'était hors de question. Elle voulait être forte. Quoi de plus normal ? Combien même elle "appartenait" à USA, elle était une Nation ! Ou presque... Cependant, elle tenait énormément à ce mangeur de Hamburgers hyperactif. Sans lui, celle-ci aurait du mal à tenir. Malgré le fait qu'elle soit têtue et qu'elle affirme ne pas avoir besoin d'aide, sans Alfred, la jeune Américaine ne tiendrait sûrement pas le coup. Sans compter sur Canada : lui aussi, elle l'adorait. Pour elle, il était typiquement l'homme parfait. Il était intelligent, doux, gentil, et lui au moins ne faisait pas trois tonnes de bruit pour rien ! Il était discret, et Alaska aimait ça. De même que ses crêpes au sirop d'érable qu'elle aimait déguster avec lui. Ce coup de nostalgie, c'est bien en regardant le sol propre de sa chambre qu'elle l'a eu...

Lynn secoua la tête et descendit les escaliers pour entrer dans la cuisine. La fenêtre était ouverte. La jeune fille inclina légèrement la tête sur le côté et ferma la fenêtre. C'était rare qu'elle oublie de la fermer. Puis elle se dirigea vers le frigo et vit un petit mot collé sur la paroi blanche de la machine à l'aide de petits aimants représentant le drapeau Etats-Unien. Machinalement, elle prit le mot et se mit à le lire.

"Dear Sister,

C'est ton Grand frère chéri ! ♥ Je suis passé te voir mais tu dormais comme un ange, je voulais pas te réveiller, You See ? ♥ Je t'ai laisser des burgers aux sardines, ceux que tu aimes tant, je les ai fait fabriquer avec tout mon amour ! Je sais que tu vas te régaler. Et n'oublie pas de venir me voir, Right ? Sinon je vais m'inquiéter pour toi ! Je suis ton Héros, alors je dois m'assurer que tu vas bien !
Promis ?
Alors viens me voir Sister ~ ♥
Alfred F. Jones, ton Grand frère adoré ♥♥♥"


Grand moment de désespoir. Il est vraiment incroyable, celui-là... Et puis c'est quoi tous ces petits cœurs ? C'est abusif ! Alaska posa le papier sur le plan de travail de la cuisine puis leva les yeux sur la table. Ce qu'elle vit là la surprit d'abord. En effet, sur la surface lisse et dure de la table se trouvait un petit chat. Tout petit. Sûrement un chaton. Il avait dû rentrer par la fenêtre restée ouverte. Où bien était-ce lui qui l'avait ouverte ? Toujours est-il qu'il était là, en train de massacrer les burgers qu'avait laissé USA pour sa sœur. Tout ce que voulait la petite boule de poils brune, c'était la sardine se trouvant à l'intérieur. Seulement, la sardine, c'était ce que préférait Alaska. Hors de question de la laisser au petit mammifère ! Lynn s'approcha donc du petit chat en murmurant :

"Coucou toi. Good Cat, good Cat. Tu peux me rendre ma sardine s'il te plaît ?"

Elle tendit sa fine main de jeune fille vers l'animal. Ce dernier prit trois sardines entières dans la gueule et sauta de la table pour se diriger vers la fenêtre. La jeune fille le poursuivit.

"Ça ne sert à rien, je l'ai fermée !"

Le petit chat fit la sourde oreille et gratta la poignée de la fenêtre. Puis, il y posa ses pattes et cette dernière s'abaissa, laissant la fenêtre s'ouvrir et le chat s'enfuir avec le déjeuner de Lynn. Celle-ci s'énerva en voyant son déjeuner s'enfuir. Elle ne prit même pas la peine de s'habiller et sortit dehors, courant pied nus en petite tenue derrière la sale bête.

"Reviens ici !! Sale chapardeur !!"

Courant dans les rues, poursuivant le petit quadrupède, haletant, hurlant, Alaska, têtue comme pas permis, ne lâcherait l'affaire pour rien au monde ! L'animal venait de voler SES sardines que son FRERE avait apporté spécialement pour ELLE. Et uniquement pour ELLE. Après avoir couru un long moment, la jeune fille, essoufflée s'arrêta. Le petit minou s'était arrêté devant une maison. Lynn ignorait qui pouvait bien y vivre, mais à la limite, elle s'en fichait totalement. Elle voulait juste SES sardines. Le petit chat entra par une fenêtre de la maison avec les sardines. La jeune fille sentait le colère venir. Elle montait, montait, de plus en plus forte. L'Américaine se calma et reprit son souffle. Elle avait ses longs cheveux lâchés et était en tenue légère mais ne s'en rendait même pas compte. Elle voulait juste récupérer ses biens. Alors elle frappa à la porte et attendit d'un air décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...



MessageSujet: Re: Une simple journée   Dim 13 Mar - 17:59

Héraclès n'avait pas bougé. Il était toujours là, à regarder les chats finir leur bol de lait. Quand ils eurent finis, ils revinrent vers lui pour se frotter contre le grec. Grèce leur rendit leurs caresses. Puis, il vit un autre chat entrer dans la maison par la fenêtre avec quelque chose dans la bouche. Ce ne fût que lorsqu'il s'approcha de lui que le grec vit enfin que ce qu'avait le chat, c'était des sardines. Où est-ce qu'il avait trouvé ça ? Peu importe...sans doute des restes d'une poubelle ou quelque chose comme ça... quoi qu'elles avaient l'air en assez bon était pour des sardines réduites au rang d'ordures. Le chat grimpa sur Grèce et lui déposa une sardine sur sa tête. Grèce prit la sardine parce que voilà quoi, il n'allait pas rester avec ce bidule sur sa tête et la regarda. Ouais bon, c'était clair, le chat avait apporté une sardine spécialement pour lui. Comme quoi même les animaux étaient au courant que le grec était fauché. Le chat descendit de sa tête et se mit devant lui et commença à manger une deuxième sardine. Grèce lui caressa la tête en signe de remerciement pour l'intention. Mais en même temps, est-ce qu'il allait la manger, cette sardine ? Ouais parce que, si elle sort des poubelles, il risquait de tomber malade... Et ce serait vraiment la cerise sur le gâteau. Gâteeaaaauuu... ceriiiise... faaaiiiimmm... C'est fou comme on peut revenir à des instincts primaires quand on a pas mangé depuis beaucoup trop longtemps... Là, vu de l'extérieur, le grec avait un bug... il ne bougeait pas, c'était à se demander s'il était en vie... Mais un bruit à la porte le fit débugger... après, le temps de réaction... qu'est-ce que c'était ? Quelqu'un qui frappe à la porte... Bah tiens... Qui est-ce qui pouvait bien venir voir le grec... à une heure pareille ? Ouais, bon, il ne savait pas quelle heure il était, bref. Qui ça pouvait être ? Bah le meilleur moyen de savoir était de se lever de sa chaise et marcher jusqu'à la porte pour aller voir... mais-euh... pourquoi tant de haine ? Il était bien, assis là... Se lever demandait un effort physique supplémentaire qu'il n'avait pas forcément envie de faire... Mais bon, allez... Une personne était à sa porte, il allait pas la laisser là...

Donc, Héraclès se leva dans un grand élan de courage. Un chat, pour le soutenir, grimpa sur sa tête... un chat tout blanc. Et direction la porte d'entrée. Sur le chemin, n'empêche qu'il se demandait qui pouvait bien venir frapper à sa porte... Peut-être la compagnie d'électricité... Vous savez, ceux qui servent à rien parce qu'ils viennent vous dire « on va vous couper le courant, vous n'avez pas payé » Et la seconde d'après, les lumières s'éteignent. Genre, il serait pas venu, ça aurait fait la même chose... ou alors, il venait exprès pour vous enfoncer. Genre, vous interprétez ses paroles par « vous n'avez même pas assez d'argent pour vous payer le courant, vous êtes nul, votre travail -si vous en avez un-vous rapporte que dalle. Un collègue viendra bientôt pour vous prévenir que vous n'avez plus de maison parce que vous n'avez pas pu payer le loyer » Le tout avec un grand sourire bien sadique... En fait ouais, ce genre de personnes doivent être turcs. Non, il n'était pas en train de tout mettre sur le dos des turcs... En fait, ce n'étaient pas des turcs qui faisaient ce genre de métier... c'était Turquie lui-même et en personne... Ouais, il fait plusieurs métiers...c'est pour ça qu'il a des sous. Et c'est à cause de personnes comme lui se retrouvent sans travail vu que môsieur squatte les emplois. Quel égoïste ! En même temps, c'est Turquie... Le jour où Turquie sera généreux, ce sera que c'est quelqu'un qui l'a assommé et pris sa place, c'est pas possible autrement...Et pour assommer le turc, faut y aller... Même pendant les guerres d'indépendances, il a pas réussi... Il l'a vaincu, mais jamais assommé... Bon, en même temps, Grèce est pas un exemple de force... Peut-être que Russie, lui, il pourra le faire... si l'envie lui prenait... Mais bon... Turquie...voilà quoi, il en faut pas grand-chose pour avoir envie de le frapper. Bien sûr, Grèce n'en fera rien. Nan, il avait déjà eu sa dose avec lui... l'ignorer était le plan approprié... Et là, vous vous dites « Grèce, c'est un méchant, il dit que des vacheries sur Turquie ! » Premièrement, vous ne connaissez pas Turquie aussi bien que Grèce le connait, deuxièmement Grèce venait de se réveiller donc les pensées, ça dérive et troisièmement... il pense ce qu'il veut mince ! La liberté de penser, ça vous dit quelque chose ? Bah si c'est non, c'est bien triste pour vous. Et si c'est oui bah... tant mieux pour vous, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Bref, revenons au sujet principal, navré pour cette... dérivation ? de la narration. Donc, Grèce était désormais devant la porte de sa maison. Il leva la main pour attraper la poignée... mais juste avant qu'il ne...l'attrape, justement, il arrêta son geste... Et si c'était Turquie derrière la porte ? Venu rien que pour l'embêter. Sur le coup, il n'avait plus vraiment envie de l'ouvrir, c'te porte... Bon, aller, rien ne lui permettait de prouver que ce serait Turquie derrière cette porte... alors il attrapa la poignée et enfin, la porte s'ouvrit.

Bah c'était pas Turquie qui se trouvait devant lui. C'était une jeune fille en petite tenue. Héraclès fut surpris... Pas pour la tenu, mais pour la fille. Nan, la tenue, il s'en fichait, c'était à peine s'il y avait fait attention... Mais il ne connaissait pas la personne qui se trouvait devant lui alors il se demanda bien ce qu'elle pouvait faire là. Bon... le cerveau de Grèce était toujours pas suffisamment éveillé pour qu'il pense à dire « bonjour » ou un truc comme ça... Ca lui traversa même pas l'esprit... Oh qu'est-ce qu'il aimerait être encore dans son lit... bref... après les quelques minutes qui ont dû se passer... a vrai dire, il en savait rien du temps qui s'était écoulé entre le moment où il avait ouvert la porte et maintenant, il s'en rendait pas compte... Et de toute façon, c'était pas important... Il se contenta donc d'interroger la jeune fille de son regard neutre sur sa présence ici... quoi que... vous avez déjà vu un regard neutre interroger quelqu'un ? Ca se voit pas le côté interrogatif... C'est tout l'intérêt du regard neutre... A part la neutralité, on voit rien... sauf dans le cas de Grèce où on peut y voir éventuellement de la fatigue... sa fatigue de tous les jours. Donc bref... interroger du regard...euh...inefficace... Bon, à la limite, si la jeune fille était très douée, elle pouvait voir un point d'interrogation au-dessus de la tête de Grèce... sens figuré ? va savoir... Mais ça, c'était un truc qui se passait chez Héraclès automatiquement, sans qu'il s'en aperçoive... ouais, très fort... mais à vous aussi ça vous arrive... sauf que comme c'est au-dessus de votre tête, vous ne voyez pas.

Bref, trêve de bavardages sur les points d'interrogation... Bavardage qui servait à rien en fait. Donc, nous en sommes là, avec Grèce devant sa porte, observant la jeune fille devant lui, un chat sur la tête... Et...oh ! d'autres chats qui viennent derrière lui et un qui lui monte sur l'épaule.

Bon... C'était pas Turquie, c'était pas un gars du service d'électricité... cette journée aurait donc pu être pire.

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une simple journée   Sam 23 Avr - 11:56

La jeune fille n'avait pas froid. Seulement, elle venait de se rendre compte qu'elle était sortie comme ça et se mit à rougir toute seule. Et le pire, c'est que personne ne venait lui ouvrir, et qu'elle tenait absolument à récupérer ses précieuses sardines. C'est vrai, quoi ! On lui aurait piqué une cerise, une fraise, une tomate, qu'importe ! Elle n'est pas cruelle à ce point, elle aurait laisser ce petit chaton se nourrir. Mais des sardines, qui plus est préparées par son Grand frère, alors là, non ! En plus, son ventre commençait à gargouiller et Lynn en avait marre d'attendre.

Alaska attendit bien dix minutes avant qu'un homme ne lui ouvre la porte. Cet homme, elle ne le connaissait pas. Ou du moins, elle ne se souvenait pas de l'avoir déjà vu. Tout ce qu'elle voyait, elle, c'est qu'il avait l'air endormi, qu'il était grand et qu'il était entouré de pleins de chats. Aucun doute, le chaton voleur de sardines était dans le coin.

"Excusez-moi de vous déranger, mais il me semble qu'un de vos chats m'a volé mon déjeuner... Des sardines."

Elle commençait à taper du pied. Cette journée commençait mal. Elle n'avait absolument rien contre les animaux ni contre ce jeune homme qui se trouvait en face d'elle, mais à vrai dire, elle était un peu énervée qu'on lui ai volé son déjeuner. Combien même il était déjà tard dans la matinée, elle voulait manger. De plus, elle avait autre chose à faire, dont s'habiller et aller faire un tour dans les boutiques alentours. Puis elle irait sûrement voir sa soeur, Québec. Et son Grand frère, USA, comme il lui avait recommandé dans sa "lettre". Inutile qu'il ne s'inquiète pour rien. Alors que la jeune fille était perdue dans ses "projets de la journée", l'un des chats vint se frotter à elle. Il était gris et blanc. La petite Américaine baissa les yeux vers le quadrupède. Ce petit félin était vraiment mignon. Ce n'était pas le voleur, il n'était pas pareil. Elle le laissa donc faire et reporta son regard vers l'homme qui se tenait toujours sur le seuil de la porte.

".... Il est ici ? Le chaton ......."

Cet homme endormi était vraiment étrange. Premièrement, il avait mit dix minutes au moins à ouvrir la porte. Sa maison était si grande que ça ? Deuxièmement, il mettait un temps fou à répondre. Bah, peut-être venait-il juste de se lever. En même temps, cela ne faisait pas si longtemps que ça qu'elle était debout, elle aussi... Elle l'observa d'avantage. Cheveux bruns, yeux verts, entouré de chats, l'air assez maigrichon...Il mange pas ? Ou un truc du genre ? Ou peut-être simplement qu'il ne prend pas de poids en mangeant. Comme elle, en fait. D'une nature très gourmande, elle mange énormément, mais ne prend jamais de poids. M'enfin ça c'est peut-être dû au fait qu'elle cours beaucoup. Oui, à force de courir après USA qui fait des bêtises, après Canada qui se fait frapper par Cuba, après Québec qui fait la fofolle un peu partout... Ca peut être épuisant. Mais Lynn ne laisserait tomber sa famille pour rien au monde. Après tout, c'est grâce à eux qu'elle existe. Alfred a beau la traiter comme une gamine, c'est un Grand frère irremplaçable. Matthew a beau être transparent, elle l'adore. Emma a beau l'entraîner dans des histoires pas possibles, c'est sa soeur adorée. Oui, Alaska se dit qu'elle a une famille vraiment géniale et qu'elle a beaucoup de chance.

L'homme qui se trouvait devant elle avait-il autant de chance ? Cet homme a l'air endormi, entouré de chats... Ne se sent-il pas seul ? Tout cela intriguait la jeune fille, maintenant...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Grèce
Admin aux chats ~ Zzz...



MessageSujet: Re: Une simple journée   Sam 4 Juin - 10:54

"Excusez-moi de vous déranger, mais il me semble qu'un de vos chats m'a volé mon déjeuner... Des sardines."

Ah... Bon, ça expliquait ce que la jeune fille faisait là... Un chat voleur de sardines... euh... mince... C'était pas le chat qui était venu avec des sardines dans la bouche et qui... en avait déjà mangé une ? Y avait de grandes chances... Et si ça se trouve, il avait déjà mangé la deuxième. Mouais... Et maintenant ? Non parce que si il y avait plus de sardines pour la jeune fille ce serait embêtant... La pauvre... en plus, si elle avait poursuivi le chat jusqu'ici, eh ben on pouvait se douter assez facilement qu'elle y tenait à ses sardines ! La question : il allait faire quoi ? Lui rendre des sardines que le chat avait déjà avalées, ce serait compliqué... Bon, là, ça devient comme un problème de maths en pleine matinée, on comprend rien et on ne sait déjà plus où on en est, ni ce qu'on cherche... Réfléchir le matin, c'est pas recommandé, ça devrait être interdit par le ministère de la santé, tiens ! Bon, voilà, on dérive, comme quand on fait un problème de maths... Cependant, le grec continuait de chercher une solution dans sa tête. Si bien qu'à l'extérieur, il ne bougeait pas du tout, perdu dans ses réflexions aussi profondes que l'Océan Atlantique... En espérant qu'il ne vienne pas pour le couler par la suite. Mais il sortit de ses réflexions car la jeune fille ouvrit la bouche :

".... Il est ici ? Le chaton ......."

...Oui... Mais les sardines, c'était moins sûr... Cependant, il dût répondre... Et il le fit presque -je dis bien presque- immédiatement pour éviter de se reprendre dans le bordel infini de sa tête.

-...Oui... mais...je crois...qu'il a mangé...tes sardines...

Et là, il mérite les applaudissements ! Vous avez vu comme il a parlé vite, le grec ? Pour une personne qui venait tout juste de se réveiller, c'était pas mal ! ...Enfin, pour un grec qui venait de se réveiller... Oui, bon, il avait parlé vraiment très lentement... Et alors ? On est pas tous du matin, certains encore moins que d'autres. Grèce était sans doute la personne la moins réactive le matin... Et le reste du temps aussi d'ailleurs... Enfin, le grec est constamment en période de réveil... le jour où vous le verrez réveillé totalement ben... C'est que vous faites des rêves vraiment très très très bizarres... Rêver...dormir... Nan, c'était pas le moment de penser à retourner se coucher ! Bon... Il était temps de se décider... Bah avec un peu de chance, le grec trouverait des sardines chez lui...quelque part... Avec de la chance... Beaucoup de chance... Le truc c'est qu'en ce moment, le grec n'est pas très chanceux...

Il fit donc signe à la jeune fille d'entrer dans sa maison... Parce qu'elle n'allait pas rester là, quoi. Et donc, lui aussi entra dans le tas de cailloux qui lui servaient d'habitation. Bon, là, il y avait pleins de chats partout, logique. Il y avait du bordel partout, quoi de plus normal ? Bon, il se mit à la recherche de sardines pour remplacer celles de la jeune fille que le chat avait mangé... Il se dirigea donc lentement vers le frigo... Il ouvrit la porte... rien... en même temps, il se souvint qu'il avait déjà ouvert cette porte le matin et qu'il n'avait trouvé qu'une bouteille de lait. Bon, il alla chercher dans les placards... Oui, il était tellement ordonné que ça aurait pu se trouver n'importe où. Bref, c'était vide aussi. Il regarda donc les endroits le plus marqués par son manque d'ordre... nan, là, s'il y en avait, ce serait plus comestible... Donc, dernier espoir, il regarda le chat qui avait pris les sardines... qui était sur la table et qui, visiblement, avait bien mangé... Bon ben... Il allait faire quoi maintenant ? Bah, il n'avait qu'à aller en racheter ! Ouais, bonne idée ! Bon, il était où, son porte-monnaie ? Le grec chercha des yeux le petit objet qui tombait un peu en lambeau... Et il le trouva... dans l'évier. Oui, petite précision, si un jour on vous dit que vous êtes aussi organisé qu'un grec... ce n'est pas un compliment. Bon, il l'ouvrit pour voir ce qu'il y avait dedans... Alors là, c'était trop fort... Il y avait la toile d'araignée, plus l'araignée qui va avec et en bonus, le petit mot de Turquie qui se foutait de sa gueule... Poubelle, le porte-monnaie.

Bon... Maintenant, il lui restait combien de solutions ? Aucune, il les avait toutes utilisées sans succès... Il était temps d'en trouver une nouvelle... Bon, à défaut d'inspiration pour aider la jeune fille... dont il ne connaissait toujours pas le nom en fait... bref, la seule chose qu'il trouva pour l'instant, c'était de s'excuser.

-...je suis...désolé...

Maintenant, il devait chercher une nouvelle solution... Faisons le point. Il n'avait pas de sardines à lui donner. Il n'avait pas d'argent pour lui en racheter... ça ressemblait un peu à un cul-de-sac, là... Il y a toujours une solution, le truc, c'est qu'on ne la voit pas toujours... Au pire, cela finira en une dette de plus envers la jeune fille en face de lui... une dette de plus ou de moins, le grec n'était plus à ça près... Mais ça l'embêtait... Il n'aimait pas l'idée de la laisser repartir sans rien alors que sa maison n'était pas forcément à côté... Non, il allait l'aider ! Il ne savait pas comment mais il allait l'aider ! Il allait trouver la solution ! Autant de motivation dans un corps aussi fatigué, c'est incroyable. Bref. Le grec ne bougeait plus, il réfléchissait à une solution éventuelle à ce problème plus qu'épineux... Avec la certitude qu'il allait trouver. Parce que quand on se donne beaucoup de mal pour faire quelque chose, on finit toujours par y arriver... en tout cas, plus ou moins mais la défaite n'est jamais totale, quoi qu'on en dise.

_________________
"Si tu as de la chance, traverse. Si tu as de la destinée, avance." Proverbe grec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une simple journée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une simple journée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Boku Hetalia :: Corbeille RP-